Les Plus Belles Années d’une vie de Claude Lelouch : critique 

Publié par Sévan Lesaffre le 24 mai 2019

Synopsis : Anne Gauthier retrouve Jean-Louis Duroc, des années après leur rencontre amoureuse à Deauville. Les souvenirs affluent, chabadabada…

 

♥♥♥♥♥

 

Les Plus Belles Annees dune vie - Claude Lelouch - affiche

Les Plus Belles Années d’une vie – Claude Lelouch – affiche

Cinquante-trois ans après sa Palme d’or, Claude Lelouch signe Les Plus Belles Années d’une vie, point final de l’aventure Un homme et une femme, qui avait connu, en 1986, une première suite intitulée Un homme et une femme : Vingt ans déjà. On y retrouve Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée au crépuscule de leur histoire d’amour. Lui est un vieil homme atteint d’Alzheimer, pensionnaire d’une maison de retraite, loin du pilote automobile qu’il fut autrefois ; elle est toujours cette femme mélancolique. Leurs retrouvailles sont émouvantes, spontanées, filmées avec une tendresse indéniable et immortalisées par un selfie inattendu. Tantôt hypnotique, tantôt somnolent, Les Plus Belles Années d’une vie file assez droit dans sa conduite dramaturgique. Lelouch, au plus près de ses acteurs-personnages, rend hommage à deux corps mythiques du cinéma, donne à voir un amour fulgurant, passionné, qui perdure en dépit de l’âge et prend le temps de filmer chaque geste, chaque mimique. Ici, la mémoire de Jean-Louis fait des allers retours, à l’instar du film qui convoque les plus belles images d’Un homme et une femme ayant remporté les Oscars du Meilleur film étranger et du Meilleur scénario en 1967. C’est donc à grands renforts de flashbacks que le réalisateur parvient à combler les temps morts dus à un scénario peu épais et à un tournage n’ayant duré que treize jours.

 

Les Plus belles annees dune vie

Les Plus belles années d’une vie

 

Le spectateur oublie volontiers les faux raccords, les imperfections des images enregistrées à l’aide d’un iPhone, et s’imprègne surtout de la mise en scène extrêmement épurée – plans séquences, champs-contrechamps, surimpressions et silences –, qui aboutit à une traversée de Paris à toute allure extraite du court métrage C’était un rendez-vous. Il déplore toutefois l’emploi constant de la musique pesante composée par Francis Lai, laquelle vient contredire la délicatesse de chaque dialogue « très Nouvelle Vague ». Les Plus Belles Années d’une vie souffre également d’une ribambelle de séquences très statiques rythmant inexplicablement les bavardages. Jean-Louis Trintignant, ravagé par le temps, est très touchant. Face à lui, on découvre une Anouk Aimée figée, reproduisant continuellement le même rictus, se passant nerveusement la main dans les cheveux. L’apparition éclair de Monica Bellucci dans le rôle d’Elena, la fille de Jean-Louis, déçoit quelque peu. Antoine Sire, Souad Amidou et Marianne Denicourt font de leur mieux. En dépit de ces impuretés, Lelouch signe une ode vibrante au septième art et aux acteurs. « Les plus belles années d’une vie sont celles que l’on n’a pas encore vécues » écrivait Victor Hugo.

 

 

 

  • LES PLUS BELLES ANNÉES D’UNE VIE
  • Sortie : 22 mai 2019
  • Réalisation : Claude Lelouch
  • Avec : Jean-Louis Trintignant, Anouk Aimée, Monica Bellucci, Marianne Denicourt, Souad Amidou, Antoine Sire, Tess Lauvergne, Vincent Vinel, Laurent Dassault, Françoise Coupel, Laurend Prudhomme….
  • Scénario : Claude Lelouch
  • Production : Samuel Hadida, Victor Hadida, Claude Lelouch
  • Photographie : Robert Alazraki
  • Montage : Stéphane Mazalaigue
  • Décors : Bernard Warnas
  • Costumes : Christel Birot
  • Musique : Francis Lai, Calogero
  • Distribution : Metropolitan FilmExport
  • Durée : 1h30

 

Commentaires

A la Une

Blacula revient d’entre les morts dans une nouvelle version

La MGM et les producteurs Deon Taylor et Roxanne Avent Taylor préparent une relecture de Blacula, classique de l’horreur et… Lire la suite >>

Colin Farrell et Rachel Weisz dans une relecture du mythe œdipien de Todd Solondz

Après The Lobster de Yorgos Lanthimos, Colin Farrell et Rachel Weisz vont se retrouver dans le nouveau film cauchemardesque et… Lire la suite >>

Zoë Kravitz passe à la réalisation avec Pussy Island

Zoë Kravitz fera ses débuts derrière la caméra avec Pussy Island, qui mettra en vedette Channing Tatum dans la peau… Lire la suite >>

Wild West : le nouveau vivier français du cinéma de genre

Cette nouvelle société de production, installée dans le sud-ouest de la France, va se consacrer entièrement aux films et séries… Lire la suite >>

Ned Beatty, acteur dans Délivrance, Network et Superman, nous a quittés

Disparu le 13 juin 2021 à l’âge de 83 ans, c’est en tant que second rôle que Ned Beatty se… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 CONJURING : SOUS L'EMPRISE DU DIABLE 665 476 1 665 476
2 NOMADLAND 125 027 1 125 027
3 LE DISCOURS 121 740 1 121 740
4 THE FATHER 93 583 3 385 143
5 ADIEU LES CONS 88 201 34 1 683 963
6 DEMON SLAYER - KIMETSU NO YAIBA - LE FILM :... 49 311 4 659 599
7 TOM & JERRY 42 542 4 461 621
8 NOBODY 41 594 2 122 034
9 LES BOUCHETROUS 41 435 3 189 754
10 CHACUN CHEZ SOI 40 025 2 129 066

Source: CBO Box office

Nos Podcasts