Livre / Lee Chang-Dong : critique

Publié par Jacques Demange le 17 septembre 2019

Résumé : L’œuvre de Lee Chang-dong interroge le statut du voir et de l’invisible dans un monde contemporain saturé d’images et d’informations qui oscille entre réalité et fantasme, histoire et fiction. Un cinéma qui explore l’esthétique de la disparition par le hors-champ de l’image sur fond de critique sociale et politique, de la mémoire oubliée de l’homme à son Histoire ou à la Nature. Des images « perceptives » qui invitent à l’empathie pour ressentir « la sensation universelle de la vie » à travers de jeunes adultes qui louvoient avec leur désespoir existentiel dans ce monde dont ils sont captifs, l’espoir en berne malgré leur rage. Un cinéma qui se joue aussi des catégories cinématographique – avec des histoires cachées dans des récits emboités par la recréation de durées différées dans la narration ou glissées dans la bande son. Entre fiction et témoignage documentaire sur notre époque, Lee Chang-dong invente un régime d’images qui en appelle à la perception et à l’imagination en sollicitant les images mentales (invisibles) du spectateur. Un retour de mémoire pour percevoir ce « quelque chose » qui ferait vibrer les contours du réel d’un monde contemporain en cours d’évaporation et de disparition dans le virtuel.

♥♥♥♥

 

Lee Chang-Dong - livre

Lee Chang-Dong – livre

La sortie de Burning semble avoir été communément perçue comme un accomplissement. Pour ses admirateurs de la première heure, le réalisateur Lee Chang-Dong signe ici une œuvre de synthèse, entérinant dans un même mouvement les valeurs d’un style, de thématiques et d’une approche amorcée depuis 1997 et la sortie de Green Fish. Le moment était donc particulièrement bien choisi pour la publication de ce premier ouvrage en langue française consacré au cinéaste sud-coréen. Cette initiative revient à Daniele Riviere, directrice de collection aux éditions Dis Voir, qui a fait appel à Antoine Coppola, réalisateur et maître de conférences en cinéma à l’Université Sungkyunkwan de Séoul, dont la proximité avec Lee Chang-Dong a permis la retranscription d’un long entretien inédit. Au cours de celui-ci, le cinéaste revient sur son enfance, son œuvre littéraire et ses rapports avec ses films, sa courte carrière en tant que ministre de la culture (de 2003 à 2004), et évidemment sa vision du cinéma. Associant pragmatisme et engagement, les réponses de Lee Chang-Dong éclairent les ambitions d’une production cherchant délibérément à prendre à rebours les canons institutionnalisés du cinéma mainstream. Aux côtés de Coppola, Jean-Philippe Cazier, écrivain et critique, corédacteur en chef du magazine Diacritik, et Véronique Bergen, philosophe, écrivaine et collaboratrice à diverses revues, proposent deux longues études qui analysent dans le détail les différentes facettes de la filmographie de Lee Chang-Dong. Temporalités, espaces, atmosphères, représentation des corps et des matières constituent les grands axes de ces recherches au long cours. Le caractère analytique de l’ouvrage est parfaitement relayé par la mise en page des éditions Dis Voir qui n’ont pas lésiné sur les illustrations. Les nombreuses captures d’écran ponctuant l’écrit assurent la précision des développements et permettent de concrétiser leurs enjeux à travers la représentation des plans et séquences convoqués. Si cet apport visuel est en tout point louable, on pourra regretter que l’agrandissement de certains photogrammes ait altéré leur rendu. Par ailleurs, la présence d’une bibliographie internationale (articles, entretiens, romans écrits par le cinéaste…) aurait pu être intéressante. Ces petits écarts n’entravent pourtant en rien la grande qualité d’un ouvrage qui permet d’offrir un panorama assez élargi d’une œuvre et de la personnalité d’un artiste qui méritent, toutes deux, d’être (re)découvertes.

 

 

 

  • LEE CHANG-DONG
  • Auteurs : Antoine Coppola, Véronique Bergen et Jean-Philippe Cazier
  • Éditions :  Dis Voir
  • Collection : Cinéma
  • Date de parution : Septembre 2019
  • Format : 128 pages
  • Tarif : 35 € (disponible en anglais et en français)

Commentaires

A la Une

The Department : Michael Fassbender pourrait jouer dans la série d’espionnage de George Clooney

Michael Fassbender est actuellement en discussion pour rejoindre The Department, la série d’espionnage réalisée par George Clooney et basée sur… Lire la suite >>

César 2024 : Anatomie d’une Chute rafle la mise avec six récompenses

L’Olympia accueillait la 49e Cérémonie des César ce vendredi 23 février. Si les récompenses n’ont pas créé de grandes surprises,… Lire la suite >>

Micheline Presle, star de Falbalas et du Diable au Corps, s’éteint à 101 ans

La doyenne du cinéma français, qui a partagé l’affiche avec les plus grands de l’époque comme Paul Newman et Erroll Flynn, nous a quittés ce 21 février.

Jurassic World 4 : Gareth Edwards en pourparlers pour réaliser le prochain volet

Après le départ de David Leitch, c’est Gareth Edwards, réalisateur de Rogue One, qui serait envisagé par Universal pour reprendre les rênes de l’univers Jurassic Park.

American Nails : Abel Ferrara prépare un film de gangsters moderne avec Asia Argento et Willem Dafoe

Abel Ferrara, réalisateur de Bad Lieutenant et de The King of New York prépare une histoire de gangsters moderne située en Italie, avec Asia Argento et Willem Defoe dans les rôles principaux.

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BOB MARLEY : ONE LOVE 772 865 1 772 865
2 MAISON DE RETRAITE 2 526 067 1 526 067
3 COCORICO 383 132 2 967 838
4 CHIEN & CHAT 314 952 1 314 952
5 MADAME WEB 207 894 1 207 894
6 LE DERNIER JAGUAR 177 731 2 400 111
7 LA ZONE D'INTERET 130 142 3 535 450
8 DAAAAAALI ! 116 376 2 325 922
9 TOUT SAUF TOI 112 338 4 451 874
10 SANS JAMAIS NOUS CONNAITRE 74 540 1 74 540

Source: CBO Box office

Nos Podcasts