Livre / (Très) cher cinéma français : critique

Publié par Jacques Demange le 15 septembre 2019

Résumé : « HS. Kaputt. Finito. Arrêtons les frais. Le cinéma français agonise sous nos yeux. Il est à peine l’ombre de lui-même. Bientôt, on punira les enfants qui n’ont pas fini leurs devoirs en les obligeant à regarder les nouveautés. C’est ainsi, le plaisir est devenu une corvée. Si tu n’es pas sage, tu iras voir le dernier Ozon. »

♥♥♥♥♥

 

Tres cher cinema francais - livre

Très cher cinéma français – livre

Il est certain que l’ouvrage d’Eric Neuhoff, écrivain, journaliste au Figaro et critique au Masque et la Plume, saura atteindre son premier et principal objectif : susciter la polémique. Dans un horizon critique dégagé de tout débat de fond et de forme, il faut d’abord reconnaître que cette entreprise a le mérite d’exister. Dans le viseur de l’auteur, un cinéma français qui depuis une trentaine d’années s’est endormi dans ses certitudes et refuse de se réveiller. Décrépite sans s’en rendre compte, notre cinématographie nationale refuserait de mourir sans pour autant chercher à se réinventer. Ce constat prend sous la plume de l’auteur la forme d’une fatalité que nos plus éminents auteurs tragiques n’auraient pas désavouée. Tout y passe, et personne n’est sauvé. Réalisateurs, actrices et acteurs, scénaristes, chef-opérateurs, critiques, et institutions sont, selon Neuhoff, tous coupables de la dégradation continuelle du cinéma de l’Hexagone. Volontairement orienté du côté du brûlot, cet essai ne craint ni la répétition ni la démagogie. Car la grande victime de cette situation, c’est bien le public qui préfère noyer son chagrin auprès des Ch’tis et des Tuche plutôt que d’endurer la projection d’un énième chef-d’œuvre consacré par la presse spécialisée. Neuhoff a choisi son camp et s’en réjouit. Le populaire contre l’ennuyeuse avant-garde, Charensol plutôt que Bory. On rappellera alors à l’auteur que si le premier était enclin à soutenir les derniers Oury, c’est bien le second qui prit seul la défense de La Guerre des Étoiles.

 

Porté par un style percutant, l’écrit de Neuhoff fait rire parfois, sourire souvent, et parvient dans ses meilleurs moments à toucher à une certaine objectivité. Ses portraits dépassent alors la simple caricature pour exprimer une opinion qui incite à la réflexion. Il y avait là le matériau à un solide article (dans la veine du fameux « Les acteurs français sont trop payés ! » de Vincent Maraval), mais qui ainsi dilaté sous la forme de l’essai semble perdre de sa substance. La réflexion de Neuhoff souffre en ce sens d’une vision par trop nostalgique qui, bien que totalement assumée, ne peut réellement prétendre à la lucidité. On regrettera ainsi que le mal décelé par l’auteur n’ait pas bénéficié de plus longs développements pratiques (la question des subventions par exemple) un manque que l’on retrouve à travers l’absence de toute approche comparative. Car si le cinéma français souffre de nombreuses carences que dire de ses voisins européens ou même du sacro-saint américain dont la production moyenne reste noyée sous les flots de suites, reboots, remakes et films de franchise ?

 

« C’était mieux avant » nous répète sans cesse Neuhoff ; sans doute, mais ces regrets ne sont pas l’apanage de notre seule cinématographie. Reste la question des réalisateurs, et on aurait tort d’oublier que le cinéma américain peut encore s’enorgueillir de concilier les vœux du (grand) public avec ceux de ses artistes (dernier exemple en date : Once Upon a Time in Hollywood de Tarantino). Mais quid de Kerven et Delépine, de Dupontel, ou de Hazanavicius, cinéastes qui surent par leur originalité dépasser les simples succès d’estime ? On remarquera encore que si les acteurs peinent aujourd’hui à attirer le public, la chose n’est vrai qu’en partie (Omar Sy en étant la preuve éclatante). L’ouvrage, on le voit, incite à la réaction, mais son écriture au vitriole reste trop partiale pour réellement se prêter au débat escompté.

 

 

 

  • (TRÈS) CHER CINÉMA FRANÇAIS
  • Auteur : Eric Neuhoff
  • Éditions : Albin Michel
  • Date de parution : 4 septembre 2019
  • Format : 144 pages
  • Tarif : 14 € (print) – 9,99€ (numérique)

Commentaires

A la Une

Cannes 2024 : La sélection officielle dévoilée

La sélection officielle de cette 77e édition du Festival de Cannes promet d’être intéressante. Un nouveau film de Yórgos Lánthimos avec Emma Stone, le retour de la saga Mad Max, un projet de Francis Ford Coppola vieux de presque 40 ans, et bien d’autres surprises…

Cannes 2024 : Megalopolis de Francis Ford Coppola présenté sur la Croisette

Le réalisateur de 85 ans signe son retour avec son film autofinancé Megalopolis, qui sera présenté en compétition à la 77e édition du Festival de Cannes. 

George Lucas recevra une Palme d’Or d’honneur lors du 77e Festival de Cannes

Dans une galaxie pas si lointaine, à Cannes, lors de la Cérémonie de clôture du 77e festival, George Lucas, célèbre scénariste, réalisateur et producteur de la saga Star Wars, recevra une Palme d’Or d’honneur.

Dune 3 et Nuclear War : les prochains projets de Denis Villeneuve

La collaboration entre Denis Villeneuve et Legendary ne semble pas prête de s’arrêter. Après le succès du second volet des aventures de Paul Atréides, les prochains projets du réalisateur pour le studio…

Un Matrix 5 en préparation chez Warner Bros avec Drew Goddard à la réalisation

Le studio lance le développement d’une suite de la saga Matrix qui marque un tournant pour la franchise car il ne sera pas réalisé par les Wachowski.

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 GODZILLA X KONG : LE NOUVEL EMPIRE 442 704 1 442 704
2 KUNG FU PANDA 4 334 599 2 1 160 497
3 DUCOBU PASSE AU VERT ! 231 183 1 231 183
4 ET PLUS SI AFFINITES 149 749 1 149 749
5 DUNE DEUXIEME PARTIE 143 811 6 3 864 690
6 PAS DE VAGUES 94 548 2 265 365
7 IL RESTE ENCORE DEMAIN 87 633 4 465 632
8 LA PROMESSE VERTE 74 908 2 251 189
9 SIDONIE AU JAPON 53 732 1 53 732
10 LE JEU DE LA REINE 49 130 2 156 002

Source: CBO Box office

Nos Podcasts