Série / Unbelievable (saison 1) : critique

Publié par CineChronicle le 26 septembre 2019

Synopsis : L’histoire vraie de Marie, une adolescente accusée d’avoir menti sur le fait d’avoir été violée, et de l’enquête menée par deux détectives.

♥♥♥♥♥

 

Unbelievable - affiche

Unbelievable – affiche

Avec sa minisérie Unbelievable, Netflix affirme une nouvelle fois son parti pris pour les questions sociales et féministes. Que ce soit sous forme de pépites méconnues du grand public, dont fait partie la série de catch féminin Glow, ou bien de productions à succès, telle que Orange is the New Black, le géant du streaming dépoussière des sujets problématiques avec brio depuis plusieurs années déjà. À travers huit épisodes, Unbelievable prend précisément le sujet du viol à bras le corps. Inspirée d’un article publié en 2015, An unbelievable story of rape, la série policière se base sur le témoignage de Marie Adler. Victime d’une agression sexuelle, la jeune femme de 18 ans avait alors déposé plainte auprès du commissariat le plus proche. Plainte qui s’était soldée par une accusation de fausses allégations envers la victime. Bien des années plus tard, le papier dans lequel Marie raconte son histoire fait l’effet d’une onde de choc. Aussi bien au regard de l’atrocité du viol que de l’incompétence du système judiciaire. Ce sont ces mêmes problématiques qui sont au cœur de la série créée par Susannah Grant et Lisa Cholodenko. Le traumatisme lié au viol et ses conséquences y est traité de manière frontale, renforcé par une colorimétrie aseptisée et un format qui flirte avec le docu-fiction. Pour enfin briser l’omerta et rendre compte de la réalité post-agression. Des flashs, des bribes de souvenirs, puis quelques mots prononcés qui s’ancrent dans la réalité : un véritable processus de maïeutique se met alors en place pour la victime. À travers différentes voix, celles de Marie et d’autres jeunes femmes, la série permet d’appréhender les multiples facettes du traumatisme.

 

Merritt Wever et Toni Collette - Unbelievable

Merritt Wever et Toni Collette – Unbelievable

 

Dans un autre registre, le teen drama 13 Reasons Why avait entrepris d’aborder les mêmes sujets, avec plus ou moins de tact. Car si les deux premières saisons ont incontestablement participé à ouvrir un débat de fond autour des thématiques des agressions sexuelles et du suicide, la troisième, sortie récemment, s’éparpille. Jusqu’à poser un regard presque complaisant sur les agresseurs. A contrario, Unbelievable ne laisse place à aucun message ambigu. L’histoire reste en permanence centrée sur les témoignages et parcours féminins, qu’il s’agisse de Marie Adler, les autres victimes, ou bien les deux détectives. Un trio touchant et sensible formé par Toni Collette (Hérédité), Kaitlyn Dever (Booksmart) et Merritt Wever (The Walking Dead) se dessine alors au fur et à mesure des épisodes. Ensemble, elles collaborent pour démasquer le coupable dans une enquête contre la montre.

 

Si la série nous fait entendre des voix exclusivement féminines, c’est pour mieux tirer un portrait au vitriol de leurs homologues masculins. Incompétents, incompréhensifs, voire grossiers, ce sont pourtant ceux qui détiennent le pouvoir entre leurs mains. En témoigne le premier épisode, centré autour du dépôt de plainte de Marie après son viol. Procéduriers, les deux policiers se placent face à elle et l’interrogent de façon mécanique, lui faisant subir un interrogatoire qui brouille les frontières entre criminel et victime. À force de répétition, ces séquences policières deviennent assez vite insoutenables, à la recherche d’une faille dans le discours de la jeune femme. On devine le doute qui se profile à l’horizon, puis le couperet qui tombe brutalement. Elle n’est pas crue, son histoire est inventée de toutes pièces. Ce que la série offre est donc une réflexion corrosive sur le système judiciaire actuel, composé en majorité d’hommes.

 

Kaitlyn Dever - Unbelievable

Kaitlyn Dever – Unbelievable

 

Afin de contrebalancer, les réalisatrices introduisent dès le second épisode de nouveaux protagonistes féminins, les détectives Karen Duvall et Grace Rasmussen. L’occasion de découvrir de nouvelles manières de dialoguer avec les victimes. Plus humaines, plus empathiques, les deux femmes portent à elles seules un message d’espoir et de solidarité féminine. Une sublime leçon d’entraide et de sororité qui rappelle pourtant que même le mouvement #MeToo n’a pas suffi à révolutionner les tribunaux, comme le prouve la récente condamnation de Sandra Muller (#BalanceTonPorc) pour diffamation. Mais si la loi ne rend pas justice aux victimes de viol, Unbelievable le fait en tapant du poing sur la table.

 

Garance Lunven

 

 

 

  • UNBELIEVABLE
  • Diffusion : depuis le 13 septembre 2019
  • Chaîne/ Plateforme : Netflix
  • Création et réalisation :  Susannah Grant, Lisa Cholodenko, Michael Dinner
  • Avec : Kaitlyn Dever, Toni Collette, Merritt Wever, Annaleigh Ashford, Maximino Arciniega, Jamila Allen, Vanessa Bell Calloway, Allius Barnes, Elena Campbell-Martinez, Dale Dickey.
  • Scénario : Susannah Grant, Michael Chabon, Becky Mode, Jennifer Schuur, Ayelet Waldman.
  • Durée : 8 épisodes de 1 heure environ

 

Commentaires

A la Une

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Rachel Weisz dans la peau d’Elizabeth Taylor 

Rachel Weisz incarnera la superstar hollywoodienne Elizabeth Taylor, dans un biopic consacré à l’actrice militante, figure de la lutte contre… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BELLE EPOQUE 565 429 1 565 429
2 JOKER 463 547 5 5 074 165
3 HORS NORMES 382 646 3 1 529 131
4 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 295 221 4 2 402 411
5 ABOMINABLE 262 442 3 1 637 561
6 MIDWAY 238 069 1 238 069
7 RETOUR A ZOMBIELAND 161 784 2 458 756
8 TERMINATOR : DARK FATE 126 753 3 850 150
9 MON CHIEN STUPIDE 122 483 2 412 739
10 AU NOM DE LA TERRE 107 892 7 1 845 632

Source: CBO Box office

Nos Podcasts