Série / Godless (saison 1) : critique

Publié par Lucia Miguel le 5 décembre 2017

Synopsis : Frank Griffin, un hors-la-loi semant la terreur dans l’Ouest américain des années 1880, traque Roy Goode, son ex-partenaire, devenu un ennemi. Durant sa quête, il se retrouve à LaBelle, Nouveau Mexique – une ville entièrement bâtie et régie par des femmes.

♥♥♥♥

 

Godless - affiche

Godless – affiche

Créée et réalisée par Scott Frank (Minority Report, Logan) et produite par Steven Soderbergh (The Knick, Logan Lucky), Godless est une mini-série hors-norme. Brutalement vraisemblable, la série met en scène une petite ville minière de l’Ouest américain, LaBelle, dans laquelle vit une communauté de femmes. Si Godless n’est pas un western classique, c’est qu’elle va à l’encontre des codes du genre. Son postulat rejette le système patriarcal qui sous-tend ce genre cinématographique où la représentation de la femme est essentiellement binaire : prostituée ou femme au foyer. Dans les deux cas, le western a souvent réduit la femme à un objet, dont la fonction est purement figurative. Or ici, elles sont indépendantes, travaillent, cultivent la terre, élèvent leurs enfants, gèrent des affaires, défendent leur territoire. Elles agissent, en définitive, comme des femmes. Godless n’est pas une série militante pour autant. Le féminisme ne se définit pas seulement parce qu’elle donne le point de vue des femmes. Qu’y-a-t-il de féministe à considérer que pendant la conquête de l’Ouest elles pouvaient avoir un rôle autre que prostituée ou femme au foyer ? Que faisaient-elles quand tous les hommes d’une ville disparaissaient ? Godless ne fait que rendre à l’Histoire un peu de sa véracité, cherchant à faire tomber les mythes fondateurs de l’Amérique. Son point faible est probablement sa difficulté à se positionner en tant que western. Elle revendique l’héritage du genre et glorifie sa mythologie alors qu’elle tente de renouveler ses codes à travers le point de vue féminin. Si les clichés sont inévitables -le western est sans doute l’un des genres les plus codifiés du cinéma-, Scott Franck aurait pu les pousser à l’extrême, les repenser.

 

Michelle Dockery - GodlessMerritt Wever - Godless

 

Godless reste cependant une série incontournable, par son intrigue prenante et sa noirceur, bien qu’elle soit située dans un entre-deux ; plus sombre qu’un Ford mais moins qu’un Peckinpah. C’est intéressant d’ailleurs de ressentir l’atmosphère de fin d’époque, d’un monde en train de disparaître, d’une société en changement à l’aube de l’industrialisation, avec l’arrivée du premier chemin de fer transcontinental. La photographie des grands espaces est à couper le souffle et ne cesse de rappeler les paysages interminables de John Ford ou d’Elia Kazan, tout en puisant son inspiration dans les livres d’histoire et la photographie d’époque. La bande originale mérite la même considération, discrète et puissante, même si peu surprenante.

 

Le casting se révèle aussi très bon et juste car il mise sur des acteurs moyennement connus pour laisser les personnages prendre toute leur profondeur. On souligne l’excellent jeu de Merritt Wever (Marie-Agnès McNue) et de Jeff Daniels (Frank Griffin) mais on regrette que des personnages comme Ed Logan (Kim Coates) ou Whitey Winn (Thomas Brodie-Sangster) ne soient pas exploités davantage. Les deux acteurs principaux Jack O’Connell (Roy Goode) et Michelle Dockery (Alice Fetcher) remplissent parfaitement leur contrat. Godless fait donc partie des excellentes séries de 2017, à travers son approche féminin plus ancrée dans la réalité historique, son hommage au genre, son intrigue prenante et cette belle histoire sur les origines et la force communautaire.

 

 

 

  • GODLESS
  • Diffusion : 22 novembre 2017
  • Chaîne / Plateforme : Netflix
  • Création, Scénario, Réalisation : Scott Frank
  • Avec: Jack O’Connell, Michelle Dockery, Scoot McNairy, Jeff Daniels, Merritt Wever, Thomas Brodie-Sangster, Sam Waterson, Tantoo Cardinal, Kim Coates,…
  • Production: Steven Soderbergh, Scott Frank, Casey Silver
  • Première saison
  • Durée: 7 épisodes de 60 minutes

 

Commentaires

A la Une

If It Bleeds : Darren Aronofsky, Ben Stiller et Blumhouse acquièrent trois nouvelles du recueil de Stephen King

If It Bleeds, le recueil de nouvelles horrifiques de l’auteur dont les adaptations sont les plus prolifiques au monde intéresse… Lire la suite >>

Incroyable mais vrai : Quentin Dupieux prépare son nouveau film

Après Mandibules qui sortira prochainement, Quentin Dupieux retrouve Alain Chabat et Anaïs Demoustier pour une nouvelle comédie invraisemblable, Incroyable mais… Lire la suite >>

The Boys : l’équipe de bras cassés est de retour dans le trailer de la saison 2

Humour noir, hémoglobine, têtes tranchées et traque sans merci rythment le premier trailer de la deuxième saison de The Boys,… Lire la suite >>

We Are Who We Are : premier teaser pour la minisérie de Luca Guadagnino

Deux adolescents qui échangent sur les rochers d’une plage italienne. Le teaser de la première série du réalisateur de Call… Lire la suite >>

Le bassin de la Villette va accueillir un cinéma flottant

Dans le cadre de l’ouverture de la saison de Paris Plages, le bassin de la Villette sera le théâtre d’un… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 126 691 17 507 224
2 LES PARFUMS 121 018 1 121 018
3 EN AVANT 86 495 18 769 385
4 DE GAULLE 75 074 18 791 823
5 L'OMBRE DE STALINE 55 652 3 140 532
6 INVISIBLE MAN 43 454 19 715 734
7 THE DEMON INSIDE 32 818 3 83 050
8 L'APPEL DE LA FORET 25 662 20 1 229 062
9 NOUS, LES CHIENS... 24 040 3 46 153
10 10 JOURS SANS MAMAN 22 575 20 1 151 800

Source: CBO Box office

Nos Podcasts