Résumé : Les combats héroïques de Garibaldi pour unifier l’Italie, le sacrifice exalté des légionnaires de Mussolini dans le désert de Libye, la vie quotidienne à Florence au temps de Dante… Mais aussi l’érotisme sulfureux des Amants diaboliques, les caprices des divas ou les crimes d’honneur napolitains. Le cinéma italien a fait preuve entre 1922 et 1945 d’une vivacité et d’une créativité qui n’ont rien à envier à ses homologues européens. Que l’on songe aux exploits du colosse Maciste, star mondiale des années 1920, aux superproductions comme Scipion l’Africain et sa troupe d’éléphants, à La Couronne de fer, étonnant film précurseur de l’heroic fantasy, et c’est un tout un continent oublié et poétique de l’histoire du septième art qui apparaît. Un cinéma de propagande aussi, mais non dénué de subversion, où la réalité et l’invention sont souvent bien plus fortes que tous les discours officiels. En plusieurs centaines d’entrées, ce dictionnaire propose pour la première fois au public français de découvrir une période fondatrice qui, de Luchino Visconti à Totò, en passant par Vittorio De Sica, Roberto Rossellini, ainsi que la création de Cinecittà et celle de la Mostra de Venise, porte en germe ce qui fera la gloire du cinéma italien d’après-guerre.

♥♥♥♥♥

 

Dicitionnaire cinema italien - livre

Dictionnaire du cinéma italien – livre

Le premier intérêt de ce dictionnaire tient aux deux décennies qui encadrent son propos : 1922-1945, soit de l’arrivée de Mussolini au pouvoir jusqu’à la fin de la Seconde guerre mondiale et l’émergence du néoréalisme italien. Il faut en effet remarquer que cette période fut longtemps mise de côté par les critiques et les historiens du cinéma, à l’exception notable de Nino Frank et de son admirable Cinema dell’Arte (dont la première édition remonte tout de même à 1951) et des deux ouvrages de Jean A. Gili consacrés à la question (L’Italie de Mussolini et son cinéma, 1985 ; Le cinéma italien à l’ombre des faisceaux, 1922-1945, 1990). Alessandro Corsi, titulaire d’un master en terminologie et traductique de l’Inalco, professeur de langue italienne et traducteur indépendant, nous invite donc à découvrir la richesse d’une cinématographie que l’on a trop souvent limitée aux exemples des fameux « téléphones blancs ». Grandes figures, films, genres, institutions et événements historiques structurent les nombreuses entrées de l’ouvrage. L’exhaustivité encyclopédique dont profite celui-ci est encore renforcée par les longs développements apportés par Corsi. Loin de se limiter à une simple énumération de faits, de dates ou de noms, l’auteur envisage chacun de ses termes selon un panorama historique élargie qui permet de comprendre leurs fondements et leurs évolutions dans l’histoire. Ainsi, de la question des actrices et acteurs ou du réalisme qui permet de distinguer certains phénomènes typiques de l’art cinématographique transalpin (le « divismo » par exemple). Parallèlement, certaines entrées (le Centre expérimental de cinématographique, le documentaire) informent sur la conduite future des réalisateurs du néoréalisme, ou interrogent indirectement certaines problématiques contemporaines (la constante popularité de la Mostra de Venise, la désaffectation progressive de Cineccità). Cette érudition se retrouve dans les annexes de l’ouvrage. À la bibliographie sélective (dans laquelle manque l’ouvrage susmentionné de Nino Frank) s’ajoute une large filmographie qui revient de façon utile sur la disponibilité de chaque film mentionné (présence ou non d’une édition DVD ou VHS). On ne peut donc attendre qu’une chose de ce beau dictionnaire : la publication d’un second et d’un troisième volume qui permettront d’envisager l’ensemble de l’histoire du cinéma italien à la lumière de cette réflexion féconde.

 

 

 

  • DICTIONNAIRE DU CINÉMA ITALIEN. DE LA MARCHE SUR ROME À LA RÉPUBLIQUE DE SALO (1922-1945)
  • Auteur : Alessandro Corsi
  • Éditions : Vendémiaire
  • Collection : Dictionnaire cinéma
  • Date de parution : 3 octobre 2019
  • Format : 648 pages
  • Tarif : 30 €

Commentaires

A la Une

Megalopolis : Le tournage du prochain Coppola commence cet automne

Francis Ford Coppola a terminé le casting de Megalopolis, son drame épique qu’il va tourner cet automne en Géorgie.  … Lire la suite >>

Dune – The Sisterhood : Emily Watson et Shirley Henderson au casting de la série d’HBO Max

Emily Watson et Shirley Henderson seront les têtes d’affiche de la série Dune : The Sisterhood, un préquel de Dune… Lire la suite >>

Diane Kruger en Marlène Dietrich dans la série de Fatih Akin

En 2017, Diane Kruger remportait le prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes pour son rôle dans In the fade…. Lire la suite >>

Le Flic de Beverly Hills 4 : Kevin Bacon rejoint le casting du film Netflix

Le quatrième épisode de la fameuse saga policière prend forme doucement mais sûrement, avec l’arrivée de Kevin Bacon.    … Lire la suite >>

Le Cabinet de curiosités : Une bande-annonce pour la série d’anthologie horrifique de Netflix

Guillermo del Toro nous ouvre les portes de son cabinet de curiosités dans la bande-annonce de la nouvelle série d’horreur… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 AVATAR (REP 2022) 335 359 1 335 359
2 UNE BELLE COURSE 180 034 1 180 034
3 DON'T WORRY DARLING 151 272 1 151 272
4 LES ENFANTS DES AUTRES 142 402 1 142 402
5 KOMPROMAT 126 665 3 468 529
6 REVOIR PARIS 117 695 3 375 320
7 CHRONIQUE D'UNE LIAISON PASSAGERE 82 643 2 202 433
8 LE VISITEUR DU FUTUR 59 583 3 290 613
9 BULLET TRAIN 46 357 8 1 514 561
10 TAD L'EXPLORATEUR ET LA TABLE D'EMERAUDE 44 274 5 440 198

Source: CBO Box office

Nos Podcasts