Les Œillades 2019 / Seules les bêtes de Dominik Moll : critique 

Publié par Sévan Lesaffre le 21 novembre 2019

Synopsis : Une femme a disparu. Le lendemain d’une tempête de neige, sa voiture est retrouvée sur une route qui monte vers le plateau où subsistent quelques fermes isolées. Alors que les gendarmes n’ont aucune piste, cinq personnes se savent liées à cette disparition. Chacune a son secret, mais personne ne se doute que cette histoire a commencé loin de cette montagne balayée par les vents d’hiver, sur un autre continent où le soleil brûle, et où la pauvreté n’empêche pas le désir de dicter sa loi.

 

♥♥♥♥

 

Seules les betes - affiche

Seules les bêtes – affiche

Polar rural intense à la structure narrative singulière et sophistiquée, l’intriguant Seules les bêtes de Dominik Moll (Harry, un ami qui vous veut du bien) relate la mystérieuse disparition d’une femme dans une région montagneuse et enneigée. Cinq personnages sont touchés par ce drame et les secrets de chacun se dévoilent au moyen d’un ingénieux chapitrage reliant méticuleusement toutes les trajectoires parallèles qui le composent. Ainsi, à chaque nouvelle pièce du puzzle se superpose une couche supplémentaire du récit global, une autre perspective, de nouveaux éléments, qui apportent un éclairage neuf sur les circonstances tragiques et fragmentées. Les points de vue incomplets se succèdent, s’imbriquent les uns dans les autres. Pièce maîtresse de la mise en scène méthodique de Dominik Moll, ce dispositif met l’accent sur l’enchevêtrement des regards rendu possible par la répétition et la relecture des scènes-clés filmées sous différents angles. Ce qui pourrait n’être qu’une idée formelle raconte la profonde détresse de ces individus habités par le désespoir et la misère affective. Rythmé par une tension et un suspense constants, Seules les bêtes transporte le spectateur de la campagne française à Abidjan – métropole africaine où certains jeunes rêvent de faire fortune en devenant cyber-arnaqueurs –, et exploite pleinement le potentiel cinématographique de ses paysages. Le fort contraste entre le Causse enneigé et les ambiances moites et poussiéreuses de la Côte d’Ivoire, oppose ces deux mondes pourtant « connectés » via un écran de projection figuré par le réseau Internet, lequel décuple le pouvoir de fantasmer des histoires invraisemblables. De même, la tendre mélodie de Tu t’en vas d’Alain Barrière cherche à rompre avec la noirceur du propos.

 

Seules les betes

Seules les bêtes

 

Fidèle à ses thrillers à la lisière du film de genre, le cinéaste explore ici des thématiques variées telles que la solitude rurale, l’idéalisation amoureuse, l’aveuglement face au désir, les désillusions engendrées par les nouvelles technologies, l’appât du gain, l’envie d’échapper au quotidien ou encore la dimension d’irrationalité à laquelle l’être humain confie parfois son destin. Tous ces éléments assemblés, tirés du roman éponyme de Colin Niel, composent une sombre tragédie illuminée par un casting de qualité. Aux côtés d’une Laure Calamy (La Dernière folie de Claire Darling) moins fantasque qu’à l’accoutumée, on retrouve Denis Ménochet (Jusqu’à la garde) en enfant trop crédule, Damien Bonnard (Les Misérables), le fermier lugubre et solitaire ou Bastien Bouillon (Carnivores), le gendarme inoffensif. Enfin, Valeria Bruni Tedeschi (Les Estivants) crève l’écran dans le rôle d’Evelyne Ducat, quinquagénaire refusant de se laisser déborder par ses sentiments pour la ravissante Marion, remarquablement interprétée par Nadia Tereszkiewicz.

 

Assemblage de personnalités vulnérables portées par le désir d’aimer et d’être aimé, Seules les bêtes rappelle au spectateur que le hasard est toujours plus fort que lui.

 

 

 

  • SEULES LES BÊTES
  • Sortie : 4 décembre 2019
  • Réalisation : Dominik Moll
  • Avec : Laure Calamy, Denis Ménochet, Valeria Bruni Tedeschi, Damien Bonnard, Bastien Bouillon, Nadia Tereszkiewicz, Guy Roger « Bibisse » N’Drin…
  • Scénario : Gilles Marchand, Dominik Moll d’après l’œuvre originale de Colin Niel
  • Production : Carole Scotta, Caroline Benjo, Barbara Letellier, Simon Arnal
  • Photographie : Patrick Ghiringhelli
  • Montage : Laurent Rouan
  • Décors : Emmanuelle Duplay
  • Costumes : Isabelle Pannetier
  • Musique : Benedikt Schiefer
  • Distribution : Haut et Court
  • Durée : 1h57

 

Commentaires

A la Une

Being The Ricardos : Nicole Kidman et Javier Bardem dans le prochain film d’Aaron Sorkin

Nicole Kidman et Javier Bardem sont en pourparlers pour incarner à l’écran Lucille Ball et Desi Arnaz, les interprètes de… Lire la suite >>

Danny Boyle va réaliser une série sur les Sex Pistols pour FX

Le réalisateur britannique Danny Boyle prépare pour la chaîne FX une minisérie de six épisodes centrée sur le groupe punk… Lire la suite >>

Men : le nouveau projet d’Alex Garland réunira Jessie Buckley et Rory Kinnear

Alex Garland, le réalisateur d’Ex-Machina et d’Annihilation, prépare un nouveau film sous la bannière studio A24, avec au casting Jessie Buckley… Lire la suite >>

Trailer de Locked Down : Anne Hathaway et Chiwetel Ejiofor font un casse en plein confinement

Voici la bande-annonce du nouveau film de Doug Liman, Locked Down. Tournée en plein confinement, cette comédie policière réunie un… Lire la suite >>

Rencontre avec le storyboarder Sylvain Despretz autour de son artbook Los ángeles

À l’occasion de la parution de son ouvrage, Los ángeles, Sylvain Despretz, storyboardeur sur Gladiator, La Planète des singes, Panic… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts