Les Filles du Docteur March de Greta Gerwig : critique

Publié par CineChronicle le 28 décembre 2019

Synopsis : Quatre jeunes sœurs, faisant face à l’absence de leur père durant la guerre de Sécession aux États-Unis, se voient confrontées aux difficultés des choix incombant à leur condition et à leur classe.

♥♥♥♥

 

Les Filles du Docteur March - affiche

Les Filles du Docteur March – affiche

Deux ans après le succès de son premier film Lady Bird, Greta Gerwig, actrice, scénariste et réalisatrice, choisit de s’attaquer à un monument de la littérature, maintes fois transposé au cinéma. Ancrée en elle depuis de nombreuses années, cette volonté d’explorer autrement le célèbre roman de Louisa May Alcott paru en 1868, a pu enfin aboutir, après un travail minutieux de documentation. Elle s’est ainsi affranchie des codes propres à une adaptation littérale, prenant la liberté nécessaire à sa création. Celle que nous avions pu découvrir dans Frances Ha décrit avec justesse et bienveillance les tourments traversés par ses personnages ambitieux et modernes. Elle rend ici intemporel les questionnements de ses jeunes sœurs, brossant quatre protagonistes féminins, quatre définitions de la féminité, forte, passionnée, aspirant à des destins différents, sans jamais les juger. La volonté profonde de ses héroïnes est au centre du récit, qu’elles soient destinées à écrire, peindre, jouer ou être femme au foyer. Leur plus grand pouvoir face aux conventions de la société de l’époque reste leur sororité puissante et joyeuse. C’est d’ailleurs ce qui émane de tous les flashbacks de leur jeunesse insouciante. Un tourbillon de joie, appuyé par le montage effréné des scènes de jeux entre sœurs. Il émane de cette fresque familiale, une nostalgie de l’enfance au coin du feu, de l’ambivalence des sentiments ressentis au moment du passage à l’âge adulte. Les évènements les plus marquants du roman sont retranscrits ici, comme l’accident du fer à friser, les soirées de bals… Le superbe travail de la costumière Jacqueline Durran magnifie ces jeunes femmes sans devenir, prétexte à démonstration trop ostentatoire. Malgré une première partie un peu longue et une intrigue principale qui peine à arriver, le récit, conté à travers les yeux de Jo, reste rythmé grâce au choix d’une narration non linéaire, alternant entre passé et présent, sans jamais perdre le spectateur.

 

Little Women

Les filles du Docteur March (Little Women)

 

Pour sa deuxième collaboration avec la réalisatrice, Saoirse Ronan campe avec force et justesse une Jo lumineuse et puissante, qui accepte avec difficulté de voir sa chère Meg (Emma Watson), l’abandonner pour se marier. Tentant de se faire une place dans le milieu très masculin de l’édition, elle trouve en Laurie (élégant et romantique Timothée Chalamet), un ami fidèle qui la porte et l’épaule. L’amoureux éconduit finit bien sûr par se retourner vers une Amy à laquelle Florence Pugh, révélée dans The Young Lady, apporte une certaine complexité, malgré l’apparente futilité de son personnage. Elle profite de son voyage avec son acariâtre tante March, interprétée par Meryl Streep, excellente dans le ce rôle qu’elle avait expressément réservé auprès de la réalisatrice dès la genèse du projet, pour développer son don pour la peinture.

 

Le choix de modifier la fin du récit illustre l’audace et la justesse de cette adaptation moderne qui tranche avec les précédentes versions, et restaure certainement la volonté originelle de l’écrivaine qui s’était vu imposer la fin de son roman par son éditeur. Belle occasion donc de découvrir désormais sa fin alternative.

 

Laura Sztajnkrycer

 

 

  • LES FILLES DU DOCTEUR MARCH (Little Women)
  • Sortie salles : 1er janvier 2020
  • Réalisation : Greta Gerwig
  • Avec : Saoirse Ronan, Emma Watson, Florence Pugh, Eliza Scanlen, Laura Dern, Timothée Chalamet, james Norton, Louis Garrel, Meryl Streep, Bob Odenkirk, Chris Cooper, Tracy Letts…
  • Scénario : Greta Gerwig d’après les romans de Louisa May Alcott Les Quatre Flles du Docteur March et Le Docteur March marie ses filles
  • Production : Denise Di Novi, Arnon Milchan, Amy Pascal et Robin Swicord
  • Photographie : Yorick Le Saux
  • Montage : Nick Houy
  • Décors : Sean Faulkner, Chris Farmer et Brayn Felty
  • Costumes : Jacqueline Durran
  • Musique : Alexandre Desplat
  • Distribution : Sony Pictures France
  • Durée : 2h15

 

Commentaires

A la Une

Vince Gilligan retrouve Rhea Seehorn dans une nouvelle série pour Apple

Alors que Better Call Saul, série dérivée de Breaking Bad, s’est conclue au terme de sa sixième saison en août… Lire la suite >>

Blitz : Saoirse Ronan en tête d’affiche pour le film de guerre de Steve McQueen chez Apple

Pour son cinquième long-métrage, le réalisateur britannique Steve McQueen réalisera un film de guerre à destination d’AppleTV + avec Saoirse… Lire la suite >>

Bardo : Alejandro González Iñárritu dévoile la bande-annonce de son nouveau film

Sept ans après The Revenant, le réalisateur mexicain Alejandro González Iñárritu livre des images de son prochain film, Bardo, disponible… Lire la suite >>

David Cronenberg donne des nouvelles de son prochain film et produira pour HBO une série adaptée de Scanners

Depuis son retour au cinéma après huit ans d’absence, David Cronenberg est au taquet. Il prépare son nouveau long-métrage en… Lire la suite >>

Knock at the Cabin : Une bande-annonce pour le nouveau M. Night Shyamalan

Deux ans après Old, M. Night Shyamalan livre les premières images de son prochain film d’horreur à suspense, Knock at… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 KOMPROMAT 136 417 2 341 864
2 CHRONIQUE D'UNE LIAISON PASSAGERE 119 790 1 119 790
3 REVOIR PARIS 114 784 2 257 625
4 LE VISITEUR DU FUTUR 83 842 2 231 030
5 TOP GUN : MAVERICK 59 367 17 6 554 634
6 CITOYEN D'HONNEUR 57 538 1 57 538
7 COUP DE THEATRE 56 893 1 56 893
8 BULLET TRAIN 55 892 7 1 468 204
9 EVERYTHING EVERYWHERE ALL AT ONCE 55 329 3 263 548
10 LA DEGUSTATION 51 821 3 229 074

Source: CBO Box office

Nos Podcasts