Les Filles du Docteur March de Greta Gerwig : critique

Publié par CineChronicle le 28 décembre 2019

Synopsis : Quatre jeunes sœurs, faisant face à l’absence de leur père durant la guerre de Sécession aux États-Unis, se voient confrontées aux difficultés des choix incombant à leur condition et à leur classe.

♥♥♥♥

 

Les Filles du Docteur March - affiche

Les Filles du Docteur March – affiche

Deux ans après le succès de son premier film Lady Bird, Greta Gerwig, actrice, scénariste et réalisatrice, choisit de s’attaquer à un monument de la littérature, maintes fois transposé au cinéma. Ancrée en elle depuis de nombreuses années, cette volonté d’explorer autrement le célèbre roman de Louisa May Alcott paru en 1868, a pu enfin aboutir, après un travail minutieux de documentation. Elle s’est ainsi affranchie des codes propres à une adaptation littérale, prenant la liberté nécessaire à sa création. Celle que nous avions pu découvrir dans Frances Ha décrit avec justesse et bienveillance les tourments traversés par ses personnages ambitieux et modernes. Elle rend ici intemporel les questionnements de ses jeunes sœurs, brossant quatre protagonistes féminins, quatre définitions de la féminité, forte, passionnée, aspirant à des destins différents, sans jamais les juger. La volonté profonde de ses héroïnes est au centre du récit, qu’elles soient destinées à écrire, peindre, jouer ou être femme au foyer. Leur plus grand pouvoir face aux conventions de la société de l’époque reste leur sororité puissante et joyeuse. C’est d’ailleurs ce qui émane de tous les flashbacks de leur jeunesse insouciante. Un tourbillon de joie, appuyé par le montage effréné des scènes de jeux entre sœurs. Il émane de cette fresque familiale, une nostalgie de l’enfance au coin du feu, de l’ambivalence des sentiments ressentis au moment du passage à l’âge adulte. Les évènements les plus marquants du roman sont retranscrits ici, comme l’accident du fer à friser, les soirées de bals… Le superbe travail de la costumière Jacqueline Durran magnifie ces jeunes femmes sans devenir, prétexte à démonstration trop ostentatoire. Malgré une première partie un peu longue et une intrigue principale qui peine à arriver, le récit, conté à travers les yeux de Jo, reste rythmé grâce au choix d’une narration non linéaire, alternant entre passé et présent, sans jamais perdre le spectateur.

 

Little Women

Les filles du Docteur March (Little Women)

 

Pour sa deuxième collaboration avec la réalisatrice, Saoirse Ronan campe avec force et justesse une Jo lumineuse et puissante, qui accepte avec difficulté de voir sa chère Meg (Emma Watson), l’abandonner pour se marier. Tentant de se faire une place dans le milieu très masculin de l’édition, elle trouve en Laurie (élégant et romantique Timothée Chalamet), un ami fidèle qui la porte et l’épaule. L’amoureux éconduit finit bien sûr par se retourner vers une Amy à laquelle Florence Pugh, révélée dans The Young Lady, apporte une certaine complexité, malgré l’apparente futilité de son personnage. Elle profite de son voyage avec son acariâtre tante March, interprétée par Meryl Streep, excellente dans le ce rôle qu’elle avait expressément réservé auprès de la réalisatrice dès la genèse du projet, pour développer son don pour la peinture.

 

Le choix de modifier la fin du récit illustre l’audace et la justesse de cette adaptation moderne qui tranche avec les précédentes versions, et restaure certainement la volonté originelle de l’écrivaine qui s’était vu imposer la fin de son roman par son éditeur. Belle occasion donc de découvrir désormais sa fin alternative.

 

Laura Sztajnkrycer

 

 

  • LES FILLES DU DOCTEUR MARCH (Little Women)
  • Sortie salles : 1er janvier 2020
  • Réalisation : Greta Gerwig
  • Avec : Saoirse Ronan, Emma Watson, Florence Pugh, Eliza Scanlen, Laura Dern, Timothée Chalamet, james Norton, Louis Garrel, Meryl Streep, Bob Odenkirk, Chris Cooper, Tracy Letts…
  • Scénario : Greta Gerwig d’après les romans de Louisa May Alcott Les Quatre Flles du Docteur March et Le Docteur March marie ses filles
  • Production : Denise Di Novi, Arnon Milchan, Amy Pascal et Robin Swicord
  • Photographie : Yorick Le Saux
  • Montage : Nick Houy
  • Décors : Sean Faulkner, Chris Farmer et Brayn Felty
  • Costumes : Jacqueline Durran
  • Musique : Alexandre Desplat
  • Distribution : Sony Pictures France
  • Durée : 2h15

 

Commentaires

A la Une

Gremlins 3 : Chris Colombus ne veut pas de CGI

Chris Colombus est revenu récemment dans une interview sur la possibilité d’un Gremlins 3. Que les fans se rassurent, les… Lire la suite >>

Predator : le réalisateur de 10 Cloverfield Lane aux commandes d’un nouveau film

Dan Trachtenberg, connu pour avoir réalisé 10 Cloverfield Lane, est en pourparlers avec 20th Century Studios pour diriger un nouvel épisode… Lire la suite >>

Michael Shannon rejoint Brad Pitt dans le thriller d’action Bullet Train

L’acteur américain Michael Shannon va rejoindre Brad Pitt au casting de Bullet Train, un thriller d’action produit par Sony d’après… Lire la suite >>

Small Axe : Steve McQueen présente une anthologie de films sur la communauté noire d’Angleterre

Le réalisateur oscarisé de Twelve Years a Slave revisite l’histoire des descendants afro-caribéens au Royaume-Uni à travers une série de… Lire la suite >>

Lynne Ramsay va réaliser une adaptation de Stephen King

La réalisatrice Lynne Ramsay a été embauchée par Village Roadshow Pictures pour réaliser La petite fille qui aimait Tom Gordon,… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts