Cuban Network d’Olivier Assayas : critique

Publié par Erica Farges le 30 janvier 2020

Synopsis : Début 1990. Un groupe de Cubains installés à Miami met en place un réseau d’espionnage. Leur mission : infiltrer les groupuscules anti-castristes responsables d’attentats sur l’île.

♥♥♥♥

 

Cuban Network - affiche

Cuban Network – affiche

Cuban Network marque un retour au thriller géopolitique pour Olivier Assayas. Le cinéaste qui a remporté un Golden Globe en 2011 pour Carlos, se penche cette fois sur l’adaptation au cinéma du livre Os Últimos Soldados da Guerra Fria écrit par le journaliste-biographe Fernando Morais. C’est le producteur brésilien Rodrigo Teixeira (Call Me By Your Name), alors détenteur des droits de l’œuvre, qui a contacté Charles Gillibert, producteur attitré d’Assayas, pour proposer une collaboration autour de ce projet. L’histoire réelle porte sur les Cuban Five, un groupe d’espions cubains du Wasp Network, envoyés en Floride afin d’infiltrer les organisations d’exilés anticastristes qui planifient des attaques contre la « République Socialiste » de leur pays d’origine. Le film sélectionné en compétition officielle à la dernière Mostra de Venise jongle habilement entre la vie privée de ces taupes et les relations politiques cubo-étasuniennes dans les années 1990. Assayas relève admirablement le défi titanesque de porter à l’écran une intrigue qui se déroule sur plusieurs années et qui comporte une multitude de couches narratives. L’incessante alternance entre les différents points de vue permet de faire ressortir la complexité et les paradoxes de cette situation diplomatique tendue. Bien qu’il n’y ait aucun parti pris concernant les deux gouvernements, l’empathie est installée d’emblée avec certains personnages.

 

Cuban Network

Cuban Network

 

Ainsi, on retrouve au centre du film le pilote d’avion idéaliste René Gonzalez et son épouse Olga, respectivement interprétés par Edgar Ramirez (récompensé sur César du meilleur espoir masculin pour Carlos) et Pénélope Cruz. Le duo d’acteurs talentueux, dont l’alchimie était déjà visible lorsqu’ils interprétaient Gianni et Donatella Versace dans la deuxième saison d’American Crime Story, est sans doute l’un des atouts majeurs. De son côté, Gael García Bernal incarne le leader du Wasp Network. Quant à Wagner Moura, le Pablo Escobar de la série Narcos, il interprète Juan Pablo Roque, un dissident de l’armée de l’air cubaine très matérialiste qui tient plus à sa Rolex et à sa Jeep qu’à sa femme. On découvre cette dernière sous les traits d’Ana de Armas, actrice qui s’est récemment distinguée dans le thriller à énigmes À couteaux tirés. Les intrigues secondaires qui, paradoxalement, portent souvent sur des événements à impact international, viennent ponctuer ces histoires personnelles qui sont mises au premier plan.

 

Cuban Network

Cuban Network

 

Après une première moitié où l’on suit l’évasion de René Gonzalez et Juan Pablo Roque, on nous révèle rapidement les dessous de l’enjeu principal. Un choix apparemment osé, car il peut donner la sensation qu’il ne reste plus rien d’intéressant à montrer, et servant parfaitement le propos. Ce twist à mi-chemin nous amène à considérer les faits qu’ils voient sous plusieurs angles. Cette narration éclatée et composée de va-et-vient, un peu déroutante par moments, apporte une touche de réalisme, dans la mesure où elle se démarque d’un thriller d’espionnage entièrement monté où le dénouement répond à une logique qui sert entièrement l’intrigue. La photographie de Yorick Le Saux et de Denis Lenoir, ainsi que le montage souvent frénétique de Simon Jacquet donnent un style assez grandiose, évocateur des productions hollywoodiennes. Grâce en grande partie à sa narration peu conventionnelle, Cuban Network s’affranchit du schéma typique du genre thriller/film d’espionnage pour ainsi dévoiler des destins individuels et l’histoire collective qui s’influencent mutuellement.

 

 

 

  • CUBAN NETWORK (Wasp Network)
  • Sorties salles : 29 janvier 2020
  • Réalisation : Olivier Assayas
  • Avec : Pénélope Cruz, Edgar Ramirez, Gael García Bernal, Wagner Moura, Ana de Armas, Leonardo Sbaraglia, Nolan Guerra Fernandez, Osdeymi Pastrana Miranda, Tony Plana, Julian Flynn, Gisela Chipe
  • Scénario : Olivier Assayas
  • Production : Rodrigo Teixeira, Charles Gillibert, Lourenco Sant’Anna, Alexandre Mallet-Guy, Matteo de Castello, Geneviève Lemal
  • Photographie : Yorick Le Saux et Denis Lenoir
  • Montage : Simon Jacquet
  • Décors : François-Renaud Labarthe
  • Costumes : Jürgen Doering et Samantha Chijona
  • Musique : Eduardo Cruz
  • Distribution : Memento Films
  • Durée : 2h07

 

Commentaires

A la Une

The Bikeriders : Michael Shannon retrouve le réalisateur Jeff Nichols

Pour son sixième long-métrage, le cinéaste Jeff Nichols fait à nouveau appel à son acteur fétiche Michael Shannon, et collabore… Lire la suite >>

Wednesday : Première bande-annonce de la série de Tim Burton

Après trois ans d’absence, le réalisateur américain a dévoilé les images de sa première série télévisée pour le géant du… Lire la suite >>

Wise Guys : Robert De Niro dans le prochain film de gangsters de Barry Levinson

L’acteur de 79 ans retrouve le scénariste des Affranchis et s’associe au réalisateur de Rain Man, Barry Levinson, pour un… Lire la suite >>

Le Magicien d’Oz : Kenya Barris à la réalisation du remake

Le créateur de la série Black-ish, Kenya Barris, prend les rênes du remake du Magicien d’Oz pour le studio Warner… Lire la suite >>

Modigliani : Johnny Depp à la réalisation d’un biopic sur le célèbre peintre coproduit par Al Pacino

Pour son second long-métrage, l’acteur américain s’attaque au sculpteur italien Amedeo Modigliani, avec Al Pacino en tant que coproducteur.  … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ONE PIECE FILM RED 575 182 1 575 182
2 BULLET TRAIN 313 237 2 804 304
3 NOPE 224 705 1 224 705
4 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 213 497 6 3 358 761
5 THOR : LOVE AND THUNDER 197 826 5 2 577 053
6 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 191 457 3 747 548
7 TOP GUN : MAVERICK 180 658 12 6 057 934
8 LA TRES TRES GRANDE CLASSE 157 884 1 157 884
9 DUCOBU PRESIDENT ! 97 550 5 967 713
10 MENTEUR 82 714 5 777 133

Source: CBO Box office

Nos Podcasts