Livre / Le cinéma par la danse : critique

Publié par Jacques Demange le 20 janvier 2020

Résumé : Entrer dans un film par la danse, cela suppose qu’à un moment au moins quelqu’un ou quelque chose danse. Mais au-delà de la comédie musicale, où la chorégraphie et la musique sont reines, il arrive qu’un film se mette soudain à danser. Et ça danse partout, n’importe où, dans l’eau avec Esther Williams, dans une cabane avec Charlie Chaplin, en boîte de nuit avec Rita Hayworth ou au Far West avec Henry Fonda. Le peuple de Casque d’or valse dans les bastringues, les aristocrates du Guépard dans les raouts. Tout le monde se retrouve au Cabaret de Bob Fosse. Lola de Jacques Demy fait un duo avec Lola Montès de Max Ophuls. Des figures crèvent l’écran, Isadora Duncan ou Rudolph Valentino, Elvira Madigan ou Pina Bausch. Ainsi cet ouvrage s’empare-t-il des films et de la danse pour les réunir dans une lecture nouvelle, comme un pas libre au plus loin des genres attendus.

♥♥♥♥♥

 

Le cinema par la danse

Le cinéma par la danse

Entre le panorama historique, la description figurative, et l’analyse des formes subliminales de la posture, du geste et de la démarche dansée, le présent ouvrage propose une réjouissante redécouverte des rapports entretenus par l’art chorégraphique et l’art cinématographique. Hervé Gauville, essayiste, critique chorégraphique, ancien responsable de la rubrique des arts plastiques à Libération, et enseignant à la Haute École d’art de design de  Genève, associe le plaisir du foisonnement cinéphile à une rigueur toute scientifique pour offrir à son étude une approche singulière et ludique. Types de danse (ballet aquatique, solo, transe), genre cinématographique (le biopic), personnalité (Rita Hayworth) et lieux (piscines, bals populaires, soirées dansantes, cabarets…) bénéficient de commentaires attentifs empruntant tantôt à la démarche descriptive, tantôt à la réflexion philosophique, pour apparaître comme d’authentiques figures hybrides condensant les principes communs aux deux disciplines (espaces, temps, corps, mouvements). Traversée par les énergies de la danse, le cinéma s’assume comme un formidable laboratoire de gestes qui ne cessent de se réinventer sous les yeux des spectateurs. Des danses serpentines qui accompagnèrent les débuts du Cinématographe des frères Lumière aux mouvements synchrones des nageuses de Naissance des pieuvres en passant par les expérimentations subaquatiques et audio-visuelles de Jean Painlevé ou des solos composés par Charlie Chaplin, Luc Moullet ou Kim Hye-ja, l’auteur décline les étapes d’une autre histoire du cinéma, peuplées d’acteurs et de motifs aptes à transgresser l’hermétisme des pratiques et des genres.

 

Portée par une élégance certaine, l’écriture de Gauville propose ainsi des études d’interprétations situées entre le jeu et la performance, des rencontres fantasmées (Rita Hayworth et Isadora Duncan), et des thématiques transversales rapprochant les modalités du champ cinématographique avec celles de l’espace scénique (voir l’excellent chapitre consacré à Lola Montès). Sans jamais opter pour une approche comparative dont le risque tient en penchant naturel pour le didactisme, Gauville souligne la pertinence d’une problématique qui semble s’imposer de soi.

 

L’intelligence de l’auteur fut donc de la prendre comme telle sans chercher à la justifier inutilement, n’hésitant pas à piocher dans un large corpus de films pour illustrer ses propos (cinéma classique et contemporain, hollywoodien, français ou sud-coréen…). À ces évidentes qualités d’écritures et de réflexions s’ajoute une belle mise en page proposant quelques illustrations. On regrettera malgré tout l’absence de captures d’écran qui auraient permis de seconder les belles analyses proposées par l’auteur. Reste que cette étude s’affirme comme une franche réussite à la croisée de la passion cinéphile et de l’amour de la danse.

 

 

 

  • LE CINÉMA PAR LA DANSE
  • Auteur : Hervé Gauville
  • Éditions : Capricci
  • Langues : Français uniquement
  • Date de parution : 2 janvier 2020
  • Format : 176 pages
  • Tarif: 22 € (print) – 8,99 € (numérique)

Commentaires

A la Une

L’actrice et chanteuse Olivia Newton-John est décédée à l’âge de 73 ans

La célèbre interprète de Sandy Olsson dans la comédie musicale Grease a poussé son dernier souffle des suites d’un long… Lire la suite >>

L’Exorciste : Le producteur Jason Blum donne des nouvelles du remake

À l’occasion du Festival international du film de Locarno où il devrait recevoir le prix du Meilleur producteur indépendant, Jason… Lire la suite >>

Les femmes prennent de l’importance dans les films de mafieux

Alors que Prime Vidéo a récemment sorti l’intégralité des épisodes de Bang Bang Baby, de nombreux films et séries utilisent… Lire la suite >>

White Noise : Adam Driver dans la comédie noire du réalisateur de Marriage Story

Le prochain film de Noah Baumbach, sur une terrifiante et hilarante famille américaine d’aujourd’hui, avec Adam Driver, aura droit à… Lire la suite >>

The Veil : Elisabeth Moss à la tête de la nouvelle série du créateur de Peaky Blinders

Alors que la saison 5 de The Handmaid’s Tale est attendue pour la rentrée, l’actrice Elisabeth Moss est annoncée dans… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BULLET TRAIN 460 136 1 460 136
2 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 251 426 5 3 145 264
3 THOR : LOVE AND THUNDER 250 210 4 2 379 227
4 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 222 730 2 556 091
5 TOP GUN : MAVERICK 165 278 11 5 877 276
6 DUCOBU PRESIDENT ! 132 886 4 870 163
7 MENTEUR 109 332 4 694 419
8 L'ANNEE DU REQUIN 79 534 1 79 534
9 LA NUIT DU 12 54 557 4 296 044
10 JOYEUSE RETRAITE 2 52 910 3 300 700

Source: CBO Box office

Nos Podcasts