Livre / Le cinéma par la danse : critique

Publié par Jacques Demange le 20 janvier 2020

Résumé : Entrer dans un film par la danse, cela suppose qu’à un moment au moins quelqu’un ou quelque chose danse. Mais au-delà de la comédie musicale, où la chorégraphie et la musique sont reines, il arrive qu’un film se mette soudain à danser. Et ça danse partout, n’importe où, dans l’eau avec Esther Williams, dans une cabane avec Charlie Chaplin, en boîte de nuit avec Rita Hayworth ou au Far West avec Henry Fonda. Le peuple de Casque d’or valse dans les bastringues, les aristocrates du Guépard dans les raouts. Tout le monde se retrouve au Cabaret de Bob Fosse. Lola de Jacques Demy fait un duo avec Lola Montès de Max Ophuls. Des figures crèvent l’écran, Isadora Duncan ou Rudolph Valentino, Elvira Madigan ou Pina Bausch. Ainsi cet ouvrage s’empare-t-il des films et de la danse pour les réunir dans une lecture nouvelle, comme un pas libre au plus loin des genres attendus.

♥♥♥♥♥

 

Le cinema par la danse

Le cinéma par la danse

Entre le panorama historique, la description figurative, et l’analyse des formes subliminales de la posture, du geste et de la démarche dansée, le présent ouvrage propose une réjouissante redécouverte des rapports entretenus par l’art chorégraphique et l’art cinématographique. Hervé Gauville, essayiste, critique chorégraphique, ancien responsable de la rubrique des arts plastiques à Libération, et enseignant à la Haute École d’art de design de  Genève, associe le plaisir du foisonnement cinéphile à une rigueur toute scientifique pour offrir à son étude une approche singulière et ludique. Types de danse (ballet aquatique, solo, transe), genre cinématographique (le biopic), personnalité (Rita Hayworth) et lieux (piscines, bals populaires, soirées dansantes, cabarets…) bénéficient de commentaires attentifs empruntant tantôt à la démarche descriptive, tantôt à la réflexion philosophique, pour apparaître comme d’authentiques figures hybrides condensant les principes communs aux deux disciplines (espaces, temps, corps, mouvements). Traversée par les énergies de la danse, le cinéma s’assume comme un formidable laboratoire de gestes qui ne cessent de se réinventer sous les yeux des spectateurs. Des danses serpentines qui accompagnèrent les débuts du Cinématographe des frères Lumière aux mouvements synchrones des nageuses de Naissance des pieuvres en passant par les expérimentations subaquatiques et audio-visuelles de Jean Painlevé ou des solos composés par Charlie Chaplin, Luc Moullet ou Kim Hye-ja, l’auteur décline les étapes d’une autre histoire du cinéma, peuplées d’acteurs et de motifs aptes à transgresser l’hermétisme des pratiques et des genres.

 

Portée par une élégance certaine, l’écriture de Gauville propose ainsi des études d’interprétations situées entre le jeu et la performance, des rencontres fantasmées (Rita Hayworth et Isadora Duncan), et des thématiques transversales rapprochant les modalités du champ cinématographique avec celles de l’espace scénique (voir l’excellent chapitre consacré à Lola Montès). Sans jamais opter pour une approche comparative dont le risque tient en penchant naturel pour le didactisme, Gauville souligne la pertinence d’une problématique qui semble s’imposer de soi.

 

L’intelligence de l’auteur fut donc de la prendre comme telle sans chercher à la justifier inutilement, n’hésitant pas à piocher dans un large corpus de films pour illustrer ses propos (cinéma classique et contemporain, hollywoodien, français ou sud-coréen…). À ces évidentes qualités d’écritures et de réflexions s’ajoute une belle mise en page proposant quelques illustrations. On regrettera malgré tout l’absence de captures d’écran qui auraient permis de seconder les belles analyses proposées par l’auteur. Reste que cette étude s’affirme comme une franche réussite à la croisée de la passion cinéphile et de l’amour de la danse.

 

 

 

  • LE CINÉMA PAR LA DANSE
  • Auteur : Hervé Gauville
  • Éditions : Capricci
  • Langues : Français uniquement
  • Date de parution : 2 janvier 2020
  • Format : 176 pages
  • Tarif: 22 € (print) – 8,99 € (numérique)

Commentaires

A la Une

Gremlins 3 : Chris Colombus ne veut pas de CGI

Chris Colombus est revenu récemment dans une interview sur la possibilité d’un Gremlins 3. Que les fans se rassurent, les… Lire la suite >>

Predator : le réalisateur de 10 Cloverfield Lane aux commandes d’un nouveau film

Dan Trachtenberg, connu pour avoir réalisé 10 Cloverfield Lane, est en pourparlers avec 20th Century Studios pour diriger un nouvel épisode… Lire la suite >>

Michael Shannon rejoint Brad Pitt dans le thriller d’action Bullet Train

L’acteur américain Michael Shannon va rejoindre Brad Pitt au casting de Bullet Train, un thriller d’action produit par Sony d’après… Lire la suite >>

Small Axe : Steve McQueen présente une anthologie de films sur la communauté noire d’Angleterre

Le réalisateur oscarisé de Twelve Years a Slave revisite l’histoire des descendants afro-caribéens au Royaume-Uni à travers une série de… Lire la suite >>

Lynne Ramsay va réaliser une adaptation de Stephen King

La réalisatrice Lynne Ramsay a été embauchée par Village Roadshow Pictures pour réaliser La petite fille qui aimait Tom Gordon,… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts