Livre / Errol Flynn. Mémoires. My Wicked, Wicked Days : critique

Publié par Jacques Demange le 18 juin 2020

Résumé : Figure légendaire de l’Âge d’or d’Hollywood, Errol Flynn fut surtout un acteur incontrôlable, scandaleux et charismatique, très éloigné des vedettes lisses et calibrées des temps modernes. Un homme politiquement incorrect, dont les confessions peuvent aujourd’hui faire rire… ou choquer. À l’écran, sa beauté et son dynamisme firent de lui un habitué des rôles héroïques : Capitaine Blood (1935), Les Aventures de Robin des Bois (1938), L’Aigle des mers (1940), La Charge fantastique (1941)… Mais chaque décor a son envers – certains plus sombres que les autres. Dans ses Mémoires posthumes, parus un an après sa mort, Flynn révélait tout de sa vie d’aventurier des mers, de ses conquêtes, de ses mensonges, de ses pitreries, de son alcoolisme Plus qu’aucun autre acteur de sa génération, il incarne l’ambivalence du mythe hollywoodien : la célébrité, le luxe, et l’envers du décor, machiste, violent, consumé par les excès.

♥♥♥♥

 

Errol Flynn Memoires

Errol Flynn Mémoires

En ouvrant ses mémoires par la chronique d’une mort annoncée, Errol Flynn exprime sans doute certains paradoxes de son caractère. Sa nonchalance s’accompagne ainsi d’une attitude désabusée qui lui permet d’observer avec une ironie non dénuée de tendresse les multiples tracas qui traversèrent son existence. Enfant-aventurier parti à la chasse aux animaux exotiques de Tasmanie en compagnie de son père biologiste, Flynn devient l’une des vedettes hollywoodiennes les plus adulées pendant près d’une décennie. La suite, le cinéphile la connaît. Rongé par l’alcoolisme et écrasé par les dettes, la figure de Flynn sort de l’écran pour faire la Une de la presse à scandale. Et puis, l’oubli, avant qu’un heureux et inattendu concours de circonstances ne lui permette de revenir sur le devant de la scène à la fin des années 1950. Mais entre le fier Flynn de Capitaine Blood ou des Aventures de Robin des Bois et celui, vieilli pour ne pas dire ravagé, du Soleil se lève aussi et d’Une femme marquée, du temps a passé, quelques mariages aussi et beaucoup de litres d’alcool. À lire cet écrit (dont on rappellera qu’il bénéficia d’une première traduction française en 1977 sous le titre Mes 400 coups chez Olivier Orban), on prend plaisir à redécouvrir le Flynn que l’on a tant aimé. À la fois débonnaire et sarcastique, plein d’esprit et truculent, la star affirme son tempérament hédoniste en commentant de façon amusée les nombreuses polémiques qui agitèrent sa carrière. De sa haine envers Jack Warner (qui fut son producteur attitré dès le milieu des années 1930) à son amour pour ses réalisateurs fétiches (Michael Curtiz et Raoul Walsh), Flynn décrit avec flegmatisme sa passion pour la mer, les femmes et les plaisirs illicites. Son autoportrait correspond plus ou moins aux souvenirs qu’ont pu rapporter certains de ses contemporains (on se reportera notamment sur ce point à l’autobiographie de Walsh), pour s’offrir comme le récit édifiant, et ô combien passionnant, d’un libertin libre-penseur. Si l’on peut regretter que les éditions Séguier n’ait pas agrémenté le texte de quelques illustrations, il faut féliciter l’initiative de cette réédition. À lire ces pages, on en vient à penser que Flynn appartenait à une classe particulière de l’Olympe hollywoodien. Celle des incorrigibles Bacchus et autres Vénus de la dépravation, celle des pirates romantiques et des héros d’un autre temps. Son amour de l’Océan et sa volonté constante d’aller à l’encontre des bien-pensants le rapproche parfois de Sterling Hayden, autre magnifique maudit d’Hollywood qui trouva dans l’horizon des mers lointaines et des paradis artificiels un échappatoire à la folie des hommes.

 

 

 

  • EROLL FLYNN. MÉMOIRES. MYWICKED, WICKED DAYS
  • Auteur : Errol Flynn
  • Traduction : France-Marie Watkins et Florence Metzger (première traduction française en 1977)
  • Préface : Eric Neuhoff
  • Éditions  : Séguier
  • Date de parution : 18 juin 2020
  • Langues : Français et Anglais (chez G.P. Putnam’s Sons sous le titre My Wicked, Wicked Ways. The Autbiography of Errol Flynn)
  • Format : 496 pages
  • Tarif : 18 €

Commentaires

A la Une

Renfield : Nicolas Cage en comte Dracula

Universal continue à développer son Dark Universe en s’attaquant au célèbre vampire avec Nicolas Cage et Nicholas Hoult.    … Lire la suite >>

David Gulpilil, du contrechamp au plein cadre

Emporté à l’âge de 68 ans par un cancer du poumon ce 29 novembre 2021, l’acteur australien aborigène David Gulpilil… Lire la suite >>

Stephen Sondheim, compositeur d’images

Disparu le 26 novembre 2021, le compositeur et parolier Stephen Sondheim a su marquer de sa personnalité certaines des plus… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Ridley Scott rejette l’échec sur les millenials et leurs smartphones

Un peu plus d’un mois après la sortie du Dernier Duel, Ridley Scott explique l’insuccès de son drame historique par… Lire la suite >>

Ridley Scott donne des nouvelles des séries Alien et Blade Runner

Au micro de la BBC, Ridley Scott a confirmé la progression du développement des séries adaptées de ses films à… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LES BODIN'S EN THAILANDE 580 181 1 580 181
2 ALINE 301 206 2 896 417
3 LES ETERNELS 209 800 3 1 455 865
4 ON EST FAIT POUR S'ENTENDRE 158 922 1 158 922
5 AMANTS 136 003 1 136 003
6 MOURIR PEUT ATTENDRE 83 764 7 3 892 174
7 AFFAMES 75 483 1 75 483
8 MARATHON ONE PIECE 1000 LOGS 69 460 1 69 460
9 VENOM : LET THERE BE CARNAGE 63 113 5 1 586 933
10 ILLUSIONS PERDUES 60 444 5 752 693

Source: CBO Box office

Nos Podcasts