Tenet de Christopher Nolan : critique

Publié par Jacques Demange le 26 août 2020

Synopsis : Muni d’un seul mot – Tenet – et décidé à se battre pour sauver le monde, notre protagoniste sillonne l’univers crépusculaire de l’espionnage international. Sa mission le projettera dans une dimension qui dépasse le temps. Pourtant, il ne s’agit pas d’un voyage dans le temps, mais d’un renversement temporel…

♥♥♥♥

 

Tenet - affiche

Tenet – affiche

Si le parcours temporel narré par Tenet invite naturellement à discuter de son contexte de distribution perturbé par l’actuelle crise sanitaire, le critique doit vite se détourner de ce rapport de surface pour souligner la qualité toute singulière du nouvel magnum opus de Christopher Nolan. On le sait, chez le réalisateur britannique c’est lorsque la mécanique s’emballe qu’elle se rode. Prolongeant l’association fructueuse entre film de genre et réflexion métaphysique, son cinéma affirme la beauté d’un geste qu’inspire sans cesse l’abstraction de la pensée. Le récit de Tenet s’accomplit ainsi par bribes, une structure nivelée et volontairement fragmentaire dont le titre en forme de palindrome fournit la recette. À partir de Memento (2000), c’est l’appréhension du cinéma en tant que dispositif qui fonde sa démarche artistique. Mémoire, rêve, spectacle, se mettent communément en scène pour réfléchir les principales capacités d’un art affublé chez lui d’une fonction médiumnique. Le cinéma se présente en effet pour Nolan comme un laboratoire de recherches, mettant en lumière phénomènes et paradoxes scientifiques. Sur ce point, Tenet exprime un retour à l’essentiel, dilatant le temps pour mieux condenser l’espace, brisant la continuité pour mieux explorer ses failles. Là où Inception s’intéressait à l’interaction métaphorique du découpage parallèle, Tenet revient sur les principaux mécanismes du film d’action.

 

Tenet de Christopher Nolan

Tenet de Christopher Nolan

 

Ce travail instauré, l’approche de Nolan vise moins la rupture que la possibilité d’une refonte. Le traditionnel montage alterné se heurte à une désynchronisation des plans dont le cinéaste s’emploie à traduire visuellement les dynamiques nouvellement engagées. Le cut provoque un décalage qui met en péril la logique du raccord, tandis que la dissociation temporelle s’exprime par le biais d’un split-screen figuré par le décor et la simple opposition de deux couleurs primaires (le rouge et le bleu). Nolan démultiplie ainsi son cadre spatio-temporel, une entreprise ô combien risquée mais que la rigueur de la mise en scène prémunit de toute boursouflure superflue.

 

La tentation de l’excès, Nolan la retrouve pourtant à travers son attention à l’humain, à ce qui l’agite et le brise, à ce qui l’émeut et le transporte. Le pathos naît ainsi de sa prédilection pour les plans rapprochés qui nourrissent la pyrotechnie des séquences d’action d’une sidération purement émotionnelle. La virtualité de l’image de synthèse se voit ainsi compensée par l’ancrage charnel des corps qui interagissent avec elle.

 

Tenet de Christopher Nolan

Tenet de Christopher Nolan

 

Le cinéaste ayant pris l’habitude de diriger certains des plus talentueux acteurs du cinéma américain (d’Al Pacino à Leonardo DiCaprio en passant par Christian Bale et Tom Hardy), cette atmosphère intime est naturellement soutenue par la grande qualité de ses interprètes. Le tragique shakespearien qui anime la composition de Kenneth Branagh contraste parfaitement avec le tandem formé par John David Washington et Robert Pattinson. Là où le premier privilégie un naturel fondé sur la maîtrise des gestes et l’adoption d’attitudes faussement nonchalantes, le second opte pour un rythme plus complexe car plus nuancé qui prolonge la réussite de ses dernières interprétations.

 

Il reste cependant dommage que la principale protagoniste féminin du film, pourtant interprété par l’intéressante Elizabeth Debicki, ne profite pas du même traitement. La beauté diaphane de l’actrice se limite à un intérêt de surface que ne parvient à approfondir l’épanchement maternel un peu lourd qui caractérise son personnage. Ce manque mis à part, on ne peut qu’être séduit par le brio de Tenet. Au-delà du clinquant blockbuster de studio, le film articule à sa méthodologie scientifique une modulation lyrique qui n’est pas sans rappeler la beauté des expérimentations d’un Jean Epstein.

 

 

 

  • TENET
  • Sortie salles : 26 août 2020
  • Réalisation et Scénario : Christopher Nolan
  • Avec : John David Washington, Robert Pattinson, Elizabeth Debicki, Kenneth Branagh, Michael Caine, Clémence Poésy…
  • Producteurs : Christopher Nolan et Emma Thomas
  • Production déléguée : Thomas Hayslip
  • Photographie : Hoyte van Hoytema
  • Montage : Jennifer Lame
  • Musique : Ludwig Göransson
  • Distribution : Warner Bros. Pictures
  • Durée : 2h20

 

Commentaires

A la Une

Un biopic sur Richard Pryor en projet chez MGM

La vie du comédien et pionnier de l’humour afro-américain Richard Pryor sera adaptée en film. La réalisation, l’écriture et la… Lire la suite >>

Jessica Chastain et Oscar Isaac rejoueront Scènes de la vie conjugale de Bergman pour HBO

HBO prépare un remake en série de Scènes de la vie conjugale d’Ingmar Bergman. Jessica Chastain et Oscar Isaac sont… Lire la suite >>

Bride : Scarlett Johansson dans un nouveau drame de science-fiction

Le réalisateur chilien Sebastian Lelio dirigera Scarlett Johansson dans Bride, un drame de science-fiction, librement inspiré du classique La Fiancée… Lire la suite >>

La Famille Addams de retour à la télévision sous la direction de Tim Burton ?

La famille la plus macabre d’Amérique va revenir hanter les écrans de télévision, et s’apprête à accueillir un nouveau membre,… Lire la suite >>

Jared Leto reprend le rôle du Joker pour le Zack Snyder’s Justice League

La nouvelle version de Justice League retravaillée par Zack Snyder incluera des scènes inédites. Le Joker y fera une apparition… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts