Blu-ray / Les Fleurs de Shanghai de Hou Hsiao-hsien : critique

Publié par Jacques Demange le 12 octobre 2020

Synopsis : À la fin du XIXe siècle, dans la concession britannique de Shanghai. Plusieurs « Maisons des fleurs », réservées à l’élite masculine, forment un monde clos où l’on vient autant pour dîner, fumer de l’opium, jouer au mah-jong et se distraire que pour rencontrer des courtisanes. Les femmes qui y travaillent sont appelées « les fleurs de Shanghai ». Wang, un haut fonctionnaire, est le client officiel de la sublime et dépensière Rubis. Dans une autre maison, il fréquente aussi Jasmin…

♥♥♥♥♥

 

Les fleurs de Shanghai edition prestige Bluray et DVD

Les fleurs de Shanghai / Edition prestige Blu-ray et DVD

Œuvre charnière dans l’œuvre de Hou Hsiao-hsien, Les Fleurs de Shanghai (1998) marque la première incursion du cinéaste taiwanais dans le registre du film historique. Loin d’inscrire son récit dans le caractère épique propre au genre, Hou Hsiao-hsien décrit le quotidien d’une maison close du XIXe siècle à travers un huis-clos à la fragilité sensible. La fébrilité des sentiments se répand à la manière des vapeurs d’opium qui traversent le flux ininterrompu des dialogues. Au cœur de ces paroles, mêlant pragmatisme et affection amoureuse, le cinéaste explore la nature d’un désir flottant dont l’expression est soutenue par l’extrême régularité de son dispositif. Plan-séquence et fondus au noir structurent l’ensemble du film, tandis que le plan d’ensemble et le panoramique latéral balayent la totalité de l’espace, épousant la trajectoire d’un déplacement, l’orientation d’un geste ou d’un regard. La logique de cette architecture a ceci de particulier que, loin de résumer la forme du film à un enchaînement d’épisodes ou de saynètes, elle insuffle à l’ensemble de la production une continuité plus marquante que réellement marquée. Images et situations se suivent sans totalement se prolonger. Plutôt que de structure, il faudrait parler d’univers, plutôt que de rythme, de durée. L’apparition constante du fondu au noir, la relative lenteur de sa formation à l’écran, décale la valeur conclusive du procédé au profit d’une recherche plus émotionnelle. C’est ici que se joue le fructueux paradoxe des Fleurs de Shanghai

 

 

L’ordonnance parfaite des compositions affirme d’abord la prédominance d’une rigidité qui fait écho aux règles de vie de la maison close et à celles régissant les relations des clients et des courtisanes. Et pourtant, cet apparent rigorisme formel est sans cesse réfuté par la belle photographie de Mark Lee qui, tout en valorisant la somptuosité des décors et des textures des costumes d’époque, confère une chaleur certaine aux compositions. Ce qui s’imprime sur la surface de l’écran, ce qui travaille le rapport du spectateur aux images, c’est la langueur d’un affect, la constance fluctuante du sentiment. Les Fleurs de Shanghai prend alors la valeur d’un voyage vers un monde soumis au régime de la seule sensation. Film-méditatif, peut-être, expérience cinématographique, assurément.

 

 

La restauration 4K réalisée par le 22e Shanghai International Film Festival affirme l’impact visuel de la mise en scène de Hou Hsiao-hsien (là où les précédentes éditions DVD du film avaient plutôt tendance à l’amoindrir). Côté bonus, la présentation de Jean-Michel Frodon, journaliste, critique, enseignant et coordinateur d’un excellent ouvrage collectif consacré au cinéaste paru en 1999 aux éditions des Cahiers du cinéma, permet de replacer le film dans son contexte de réalisation et de production.

 

Mais le vrai intérêt de ces suppléments se trouve du côté du documentaire HHH réalisé par Olivier Assayas en 1997 pour la série Cinéma, de notre temps et que la maison Carlotta a eu la bonne idée de proposer en version restaurée 2K pour son édition Blu-ray. D’une durée de 90 minutes, ce portrait du cinéaste permet de mieux comprendre les enjeux de ses productions, entre goûts personnels et déterminismes culturels, tout en aménageant une place importante à ses collaborateurs de création.

 

 

 

  • LES FLEURS DE SHANGHAI
  • Édition prestige Blu-ray (master haute définition) + DVD (nouveau master restauré)
  • Date de sortie : 12 octobre 2020
  • Version restaurée 4K
  • Réalisateur : Hou Hsiao-hsien
  • Avec : Tony Leung, Michiko Hada, Michelle Reis, Carina Lau, Jack Kao, Rebecca Pan…
  • Scénario : Chu Tien-wen
  • Producteurs : Yang Teng-kuei et Ichiyama Shozo
  • Photographie : Mark Lee
  • Montage : Liao Ching Sung
  • Musique : Hanno Yoshihiro
  • Distribution : Carlotta Films
  • Tarif : 28 € (Édition Prestige limitée, combo Blu-ray / DVD + livre inédit écrit par Charles Tesson)
  • Durée : 114 minutes
  • Sortie initiale : 20 mai 1998 (présentation au Festival de Cannes) / 18 novembre 1998 (Taiwan)

 

Commentaires

A la Une

Wild West : le nouveau vivier français du cinéma de genre

Cette nouvelle société de production, installée dans le sud-ouest de la France, va se consacrer entièrement aux films et séries… Lire la suite >>

Ned Beatty, acteur dans Délivrance, Network et Superman, nous a quittés

Disparu le 13 juin 2021 à l’âge de 83 ans, c’est en tant que second rôle que Ned Beatty se… Lire la suite >>

Toxic Avenger : Kevin Bacon incarnera le méchant dans le remake

L’acteur américain a rejoint le casting du prochain remake de Toxic Avenger, basé sur le film culte de Troma Entertainment, avec en… Lire la suite >>

Un remake de Christine en préparation par le créateur d’Hannibal

Produite par Sony et Blumhouse, la nouvelle adaptation de Christine, l’une des œuvres majeures de Stephen King, va être réalisée… Lire la suite >>

Carey Mulligan et Zoe Kazan dans la peau des journalistes qui ont fait tomber Harvey Weinstein

Le long métrage de Maria Schrader, réalisatrice de Unorthodox, va retracer l’enquête des deux journalistes du New York Times qui a… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 CONJURING : SOUS L'EMPRISE DU DIABLE 665 476 1 665 476
2 NOMADLAND 125 027 1 125 027
3 LE DISCOURS 121 740 1 121 740
4 THE FATHER 93 583 3 385 143
5 ADIEU LES CONS 88 201 34 1 683 963
6 DEMON SLAYER - KIMETSU NO YAIBA - LE FILM :... 49 311 4 659 599
7 TOM & JERRY 42 542 4 461 621
8 NOBODY 41 594 2 122 034
9 LES BOUCHETROUS 41 435 3 189 754
10 CHACUN CHEZ SOI 40 025 2 129 066

Source: CBO Box office

Nos Podcasts