Résumé : Un éclairant portrait du plus célèbre romancier américain de la littérature populaire, roi du fantastique et de l’horreur. De quoi a peur Stephen King ? « Mais de tout !« , assure le prolixe romancier américain. Né en 1947 dans le Maine, où il vit toujours, il s’est imposé depuis le mitan des années 1970 comme le roi du fantastique et de l’horreur, vendant autour du monde en un demi-siècle plus de 350 millions d’exemplaires de ses best-sellers. Revitalisant le genre en jouant sur les terreurs enfantines, ses récits, ancrés dans l’Amérique rurale d’aujourd’hui, ont inspiré une pléiade de cinéastes chevronnés.

♥♥♥♥

 

Stephen King - Le mal necessaire - Arte

Stephen King – Le mal nécessaire – Arte

La faconde visuelle de l’œuvre de Stephen King a le plus souvent été reconnue par le biais des adaptations filmiques de ses romans. Sans doute le romancier contemporain le plus adapté au cinéma, King ne cesse d’interroger public et critiques sur la question de la transposition de l’écriture sur le grand (et les petits) écrans, n’hésitant pas à donner son avis sur les versions cinématographiques de ses films, félicitant (Stand By Me et Misery de Rob Reiner ; Christine de John Carpenter ; Dead Zone de David Cronenberg) ou fustigeant (sa célèbre diatribe contre le Shining de Kubrick) ses adaptateurs, tout en passant lui-même derrière la caméra (Maximum Overdrive en 1986). Ce lien toujours entretenu entre l’acte d’écriture de King et son prolongement au cinéma constitue l’objet central de ce documentaire réalisé par Julien Dupuy et disponible sur le site de la chaîne Arte jusqu’au 21 décembre 2020. Plutôt que d’opter pour l’approche didactique de l’analyse comparative, le film se propose de donner la parole à King. Par le biais de nombreux films d’archive (interviews données pour la télévision, discours prononcés au cours d’événements publiques), le romancier revient sur son intérêt pour le fantastique, ses rapports avec la critique et sa volonté de hiérarchisation, ses sources d’inspiration et ses grandes thématiques. Charge alors au montage et à la voix off de tisser les liens entre mots, paroles et images. L’importance de l’enfance et de l’imaginaire, du frisson et de l’humanité que King cherche à pousser dans ses ultimes retranchements pour mieux cerner sa vérité influent sur l’atmosphère et la mise en scène des films. La nostalgie contrariée de Stand By Me, le sang s’écoulant le long des jambes diaphanes de Carrie, le brouillard opaque évidant les plans de The Mist illustrent magistralement les préoccupations de l’auteur. 

 

Stephen King Le mal necessaire

Stephen King – Le mal nécessaire

 

À ces questions générales s’ajoute une focalisation toute particulière sur la civilisation nord-américaine avec laquelle King affirme sa relation paradoxale, assumant d’être le pur produit de sa culture sans pour autant hésiter à critiquer ses écarts les plus probants (de la consommation de masse à l’élection de Donald Trump dont les attitudes ne sont pas sans rappeler la figure du politicien Greg Stillson dans Dead Zone). 

 

À travers différents extraits de films et de documents d’époque, le film de Dupuy prend alors soin de souligner le terreau culturel de King, rappelant son intérêt pour les films de monstres des années cinquante, communément animé par la hantise du nucléaire, sa sidération face à la violence qui déferla sur l’Amérique des années soixante (l’assassinat de Kennedy, l’apparition des premiers serial killers), tout en revenant sur certains éléments biographiques (l’abandon du père, son attachement à l’État du Maine).

 

Le découpage parfaitement rythmé du documentaire (à propos duquel on regrettera malgré tout la forte propension à user de transitions numériques quelque peu éculées) tient le spectateur en haleine et force l’admiration par son souci de concision. En un peu moins d’une heure, c’est un portrait très complet de King qui nous est proposé. Si les inconditionnels du romancier risquent de ne pas apprendre grand-chose (rappelons que l’auteur s’était déjà livré à une réflexion sur son art dans deux ouvrages essentiels, Anatomie de l’horreur et Écriture : Mémoires d’un métier, respectivement publiés en 1981 et 2000), ils profiteront malgré tout du plaisir d’entendre sa voix et, peut-être, de découvrir l’étonnante sagacité de sa pensée.

 

 

 

  • STEPHEN KING – LE MAL NÉCESSAIRE
  • Diffusion : du 16 octobre au 21 décembre 2020
  • Chaîne / Plateforme : Arte et Arte.tv
  • Réalisation et Scénario  : Julien Dupuy
  • Avec : Micky Sebastian (voix narratrice)
  • Producteurs : Fabien Giraud
  • Photographie : Jérémy Fauchoux
  • Montage : Louis Mathews
  • Musique : Benjamin Ramon
  • Durée : 53 minutes

 

Commentaires

A la Une

Verde : le prochain film de Cédric Jimenez se penchera sur l’enlèvement d’Íngrid Betancourt

Alors que Novembre, sur les attentats de 2015, est attendu dans le courant de l’année, le nouveau projet de Cedric… Lire la suite >>

Les nommés aux César 2022

Ce mercredi 26 janvier, Véronique Cayla, Présidente de l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma, a communiqué les films sélectionnés… Lire la suite >>

Brad Pitt et Damien Quintard relancent le studio d’enregistrement Miraval dans le sud de la France

C’est durant l’été 2022 que les portes du nouveau studio Miraval rouvriront après une refonte par Brad Pitt, aidé du… Lire la suite >>

Civil War : Kirsten Dunst dans le prochain Alex Garland

Le réalisateur britannique Alex Garland continue sa collaboration avec A24 pour produire son prochain film Civil War, avec Kristen Dunst… Lire la suite >>

Nyad : Jodie Foster rejoint Annette Bening dans le biopic consacré à Diana Nyad

Jodie Foster sera aux côtés d’Annette Bening pour les débuts des documentaristes Jimmy Chin et Elizabeth Chai Vasarhelyi au cinéma,… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SPIDER-MAN : NO WAY HOME 208 524 6 6 652 879
2 ADIEU MONSIEUR HAFFMANN 170 581 2 432 511
3 NIGHTMARE ALLEY 142 309 1 142 309
4 SCREAM 122 173 2 334 728
5 TOUS EN SCENE 2 105 801 5 2 253 265
6 L'AMOUR C'EST MIEUX QUE LA VIE 105 611 1 105 611
7 THE KING'S MAN : PREMIERE MISSION 88 329 4 758 443
8 EN ATTENDANT BOJANGLES 86 141 3 440 126
9 OUISTREHAM 85 285 2 212 260
10 TENDRE ET SAIGNANT 72 295 1 72 295

Source: CBO Box office

Nos Podcasts