Le cinéaste sud-coréen Kim Ki-duk est mort à 59 ans

Publié par Jacques Demange le 12 décembre 2020
Kim Ki-duk

Kim Ki-duk

Emporté par le coronavirus le 11 décembre 2020, le réalisateur sud-coréen controversé Kim Ki-duk laisse derrière lui une filmographie riche d’une vingtaine de longs métrages qui ne souffrit presque d’aucune fausse note. Retour sur une œuvre poussée par la fièvre de l’intransigeance.

 

 

 

Révélé par son neuvième long métrage, Printemps, été, automne hiver…et printemps (2003), le réalisateur Kim Ki-duk (1960-2020) creusa un sillon tout à fait personnel au sein du cinéma sud-coréen contemporain. Là où ses compatriotes Bong Joon-ho, Park Chan-wook et Kim Jee-woon participèrent au rayonnement de leur cinématographie nationale en travaillant les codes du cinéma de genre (et notamment ceux du thriller), Kim Ki-duk proposa tout au long de sa prolifique carrière un curieux mélange entre représentation animiste du monde et désir de briser les tabous.

 

Si Souffle (2007), Locataires (2004) ou Samaria (2004) affirment communément une ambition de représenter les mœurs et les impasses de la société sud-coréenne, ce sont d’abord les limites de l’Homme qui intéressent le réalisateur. En ce sens, Human, Space, Time and Human (2019), son avant-dernier long métrage, se présente comme l’accomplissement thématique de son œuvre.

 

Autre point central de sa filmographie : la famille ou plutôt les failles qui travaillent l’homogénéité de la cellule familiale. La relation peut ainsi prendre une tournure incestueuse comme dans Moebius (2013) ou s’établir selon un pacte criminel à la manière de Pieta (2012), Lion d’or à la Mostra de Venise.

 

C’est donc l’idée d’une relativité qui prime, s’établissant à travers le motif d’une rencontre faisant coïncider intimité et étrangeté. Si Kim Ki-Duk s’est rapidement forgé la réputation de cinéaste dérangeant, s’épanouissant dans la mise en scène de situations perturbantes ou malaisantes, le climat glauque de ses films n’empêche l’expression d’une poésie.

 

Dans Printemps, été, automne, hiver…et printemps, c’est le règne animal (serpents, crapauds, poissons, canards, coqs et chats) qui entre en contact avec l’érotisme latent qui se tisse entre deux jeunes femmes et un moine. Le contact s’établit d’abord par la distance, un regard échangé par le prisme d’un reflet, une main qui effleure une jambe dénudée… La concrétisation de l’entreprise de séduction conserve ce lyrisme. Les corps se pénètrent au bord d’une rivière, tandis que le ciel contemple les visages des deux amants animés par l’acte consommé.

 

Bien que le parcours de Kim Ki-duk ait été noirci par une série d’accusations d’harcèlements et d’agressions sexuels, on retiendra de sa filmographie cette puissance qui battit en brèche toute concession sans rien perdre des nuances de l’éloquence.

Commentaires

A la Une

Tomb Raider : Phoebe Waller-Bridge prépare une série dérivée pour Amazon

L’héroïne des jeux vidéo Tomb Raider reprendra bientôt vie sur le petit écran, dans une série créée par Phoebe Waller-Bridge…. Lire la suite >>

Jennifer Aniston et Julia Roberts échangent leurs corps dans le prochain film de Max Barbakow

La nouvelle comédie de Max Barbakow réunira Julia Roberts et Jennifer Aniston, dans le corps l’une de l’autre.    … Lire la suite >>

Michael Jackson sera incarné par son neveu dans un biopic signé Antoine Fuqua

Jaafar Jackson prendra les traits de son oncle Michael Jackson dans un biopic qui sera réalisé par Antoine Fuqua, avec… Lire la suite >>

César 2023 : La liste des nommés

Les nominations de la 48e cérémonie des César font la part belle à L’Innocent et à La Nuit du 12,… Lire la suite >>

Les nommés aux Oscars 2023

C’est ce mardi 24 janvier que l’Académie des Oscars a révélé sa sélection pour sa 95e cérémonie. Grand favori de… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 AVATAR : LA VOIE DE L'EAU 719 221 6 8 388 607
2 BABYLON 508 796 1 508 796
3 LA GUERRE DES LULUS 200 047 1 200 047
4 TIRAILLEURS 176 551 3 914 457
5 LE CHAT POTTE 2 : LA DERNIERE QUETE 148 313 7 2 465 668
6 LE CLAN 101 291 1 101 291
7 LES CYCLADES 96 097 2 266 479
8 YOUSSEF SALEM A DU SUCCES 72 216 1 72 216
9 LES BANSHEES D'INISHERIN 50 952 4 321 624
10 L'EMPRISE DU DEMON 48 248 2 133 316
11 L'IMMENSITA 46 659 2 138 565
12 FESTIVAL CINEMA TELERAMA (2023) 38 554 1 38 554
13 M3GAN 37 969 4 452 376
14 TEMPETE 33 534 5 668 886
15 NOSTALGIA 23 642 3 132 148
16 CARAVAGE 22 258 4 239 990
17 NOS SOLEILS 20 951 1 20 951
18 LA CONSPIRATION DU CAIRE 20 533 13 518 626
19 TERRIFIER 2 19 362 2 53 451
20 BLACK PANTHER : WAKANDA FOREVER 19 109 11 3 634 550

Source: CBO Box office

Nos Podcasts