Livre / Spike Lee. Un cinéaste controversé : critique

Publié par Jacques Demange le 12 août 2019

Résumé : Spike Lee, l’enfant terrible du cinéma afro-américain, est depuis ses débuts en 1986 autant connu pour l’originalité de son cinéma que pour ses coups d’éclats médiatiques. Baptisé “le Noir le plus en colère d’Amérique” à l’occasion de la sortie de Malcolm X (1992), il n’a eu de cesse tout au long de sa carrière d’entretenir la polémique. Avec des œuvres engagées comme Do the Right Thing, Jungle Fever, The Very Black Show ou BlacKkKlansman, mais aussi des films moins controversés tels He Got Game, La 25e Heure ou Inside Man, il aura marqué de son passage la grande histoire du septième art. Et pourtant, à ce jour, aucune monographie française évoquant l’ensemble de son œuvre n’est parue en librairie. Ce livre a ainsi pour but de corriger cet oubli en revenant sur toute l’œuvre du cinéaste pour lui redonner la place qui lui revient au centre de l’historiographie du cinéma américain, avec la secrète intention de rappeler aux plus jeunes combien son rôle de pionnier fut décisif dans l’émergence d’un cinéma noir américain.

♥♥♥♥

 

Spike Lee - Un cineaste controverse

Spike Lee – Un cinéaste controversé

Si une chose est sûre à propos de Spike Lee, c’est qu’il ne laisse personne indifférent. Depuis ses débuts, le réalisateur afro-américain s’est fait le grand spécialiste de la polémique, transposant sur la scène publique le ton frondeur de ses films à grands coups de déclarations assassines. Admiré par les uns, haïs par les autres, Lee joue de son image médiatique tout en restant fidèle à sa propre vision du Septième art. En 2018, BlacKkKlansman prouvait que son style n’avait rien perdu de la verve de ses débuts. Un retour en grâce qui invitait, comme naturellement, à un retour sur l’ensemble de sa carrière. Régis Dubois, historien du cinéma et spécialiste du cinéma afro-américain (on lui doit notamment Images du Noir dans le cinéma américain blanc publié chez L’Harmattan ; Le Cinéma des Noirs américains entre intégration et contestations aux éditions du Cerf ; et Le Cinéma noir américain des années Obama chez LettMotif) profite donc de cette opportunité pour signer la première monographie française consacrée au réalisateur. De ses courts-métrages d’étudiant à ses derniers succès, l’auteur propose une étude exhaustive de la filmographie de Lee. En 10 chapitres, les 21 films du réalisateur sont analysés dans le détail, sans omettre ses documentaires ou sa récente série télévisée She’s Gotta Have It, adaptée de son premier long métrage éponyme. Au fil des pages, Dubois raconte les grandes heures de Lee et ses périodes plus difficiles. Adepte des tournages rapides et des productions à petit budget, le cinéaste doit toujours s’adapter aux contraintes que lui imposent l’industrie hollywoodienne. Car de Lee, on se méfie. Le roi de la provoc’ n’hésite pas à monter au créneau lorsqu’il s’agit de défendre sa cause : la représentation des Noirs à l’écran. Ce discours quelque peu redondant, l’ouvrage en explicite les déterminismes et les limites. Sans dissimuler son admiration pour le réalisateur, Dubois décrit parfaitement les paradoxes qui entourent sa personnalité. Malcolm X, par exemple, oscille entre un réel souci pédagogique et une ambition marketing plus ou moins assumée. Ces deux pôles balisent en définitive l’ensemble de la carrière de Lee, à la fois capable de revenir, avec plus ou moins de réussite, aux origines artisanales de son métier, de diriger avec talent un film à gros budget (Inside Man) ou de se lancer dans un projet très éloigné de ses propres préoccupations artistiques (le remake de Oldboy). Ces dernières constituent d’ailleurs l’un des grands axes de l’ouvrage. Dubois s’emploie en effet à définir les caractéristiques de la mise en scène de Lee. Cette analyse s’éloigne des lieux communs (Spike Lee comme grand spécialiste des effets clip) pour souligner l’apport technique d’une œuvre dont il faut, malgré tout, souligner l’admirable cohérence.Point de vue annexes, le lecteur trouvera un index des noms et des films, une bibliographie majoritairement anglo-saxonne et tronquée (les articles cités dans l’ouvrage auraient dû y trouver leur place), une filmographie complète ainsi qu’une sélection des meilleurs titres musicaux employés par le réalisateur dans ses films.

 

 

 

  • SPIKE LEE. UN CINÉASTE CONTROVERSÉ
  • Auteur : Régis Dubois (préface de Jean-Claude Barny)
  • Éditions : LettMotif
  • Date de parution : 6 août 2019
  • Format : 174 pages
  • Tarifs : 29 € (print) – 11,90 € (numérique)

Commentaires

A la Une

Blacula revient d’entre les morts dans une nouvelle version

La MGM et les producteurs Deon Taylor et Roxanne Avent Taylor préparent une relecture de Blacula, classique de l’horreur et… Lire la suite >>

Colin Farrell et Rachel Weisz dans une relecture du mythe œdipien de Todd Solondz

Après The Lobster de Yorgos Lanthimos, Colin Farrell et Rachel Weisz vont se retrouver dans le nouveau film cauchemardesque et… Lire la suite >>

Zoë Kravitz passe à la réalisation avec Pussy Island

Zoë Kravitz fera ses débuts derrière la caméra avec Pussy Island, qui mettra en vedette Channing Tatum dans la peau… Lire la suite >>

Wild West : le nouveau vivier français du cinéma de genre

Cette nouvelle société de production, installée dans le sud-ouest de la France, va se consacrer entièrement aux films et séries… Lire la suite >>

Ned Beatty, acteur dans Délivrance, Network et Superman, nous a quittés

Disparu le 13 juin 2021 à l’âge de 83 ans, c’est en tant que second rôle que Ned Beatty se… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 CONJURING : SOUS L'EMPRISE DU DIABLE 665 476 1 665 476
2 NOMADLAND 125 027 1 125 027
3 LE DISCOURS 121 740 1 121 740
4 THE FATHER 93 583 3 385 143
5 ADIEU LES CONS 88 201 34 1 683 963
6 DEMON SLAYER - KIMETSU NO YAIBA - LE FILM :... 49 311 4 659 599
7 TOM & JERRY 42 542 4 461 621
8 NOBODY 41 594 2 122 034
9 LES BOUCHETROUS 41 435 3 189 754
10 CHACUN CHEZ SOI 40 025 2 129 066

Source: CBO Box office

Nos Podcasts