Livre / Spike Lee. Un cinéaste controversé : critique

Publié par Jacques Demange le 12 août 2019

Résumé : Spike Lee, l’enfant terrible du cinéma afro-américain, est depuis ses débuts en 1986 autant connu pour l’originalité de son cinéma que pour ses coups d’éclats médiatiques. Baptisé “le Noir le plus en colère d’Amérique” à l’occasion de la sortie de Malcolm X (1992), il n’a eu de cesse tout au long de sa carrière d’entretenir la polémique. Avec des œuvres engagées comme Do the Right Thing, Jungle Fever, The Very Black Show ou BlacKkKlansman, mais aussi des films moins controversés tels He Got Game, La 25e Heure ou Inside Man, il aura marqué de son passage la grande histoire du septième art. Et pourtant, à ce jour, aucune monographie française évoquant l’ensemble de son œuvre n’est parue en librairie. Ce livre a ainsi pour but de corriger cet oubli en revenant sur toute l’œuvre du cinéaste pour lui redonner la place qui lui revient au centre de l’historiographie du cinéma américain, avec la secrète intention de rappeler aux plus jeunes combien son rôle de pionnier fut décisif dans l’émergence d’un cinéma noir américain.

♥♥♥♥

 

Spike Lee - Un cineaste controverse

Spike Lee – Un cinéaste controversé

Si une chose est sûre à propos de Spike Lee, c’est qu’il ne laisse personne indifférent. Depuis ses débuts, le réalisateur afro-américain s’est fait le grand spécialiste de la polémique, transposant sur la scène publique le ton frondeur de ses films à grands coups de déclarations assassines. Admiré par les uns, haïs par les autres, Lee joue de son image médiatique tout en restant fidèle à sa propre vision du Septième art. En 2018, BlacKkKlansman prouvait que son style n’avait rien perdu de la verve de ses débuts. Un retour en grâce qui invitait, comme naturellement, à un retour sur l’ensemble de sa carrière. Régis Dubois, historien du cinéma et spécialiste du cinéma afro-américain (on lui doit notamment Images du Noir dans le cinéma américain blanc publié chez L’Harmattan ; Le Cinéma des Noirs américains entre intégration et contestations aux éditions du Cerf ; et Le Cinéma noir américain des années Obama chez LettMotif) profite donc de cette opportunité pour signer la première monographie française consacrée au réalisateur. De ses courts-métrages d’étudiant à ses derniers succès, l’auteur propose une étude exhaustive de la filmographie de Lee. En 10 chapitres, les 21 films du réalisateur sont analysés dans le détail, sans omettre ses documentaires ou sa récente série télévisée She’s Gotta Have It, adaptée de son premier long métrage éponyme. Au fil des pages, Dubois raconte les grandes heures de Lee et ses périodes plus difficiles. Adepte des tournages rapides et des productions à petit budget, le cinéaste doit toujours s’adapter aux contraintes que lui imposent l’industrie hollywoodienne. Car de Lee, on se méfie. Le roi de la provoc’ n’hésite pas à monter au créneau lorsqu’il s’agit de défendre sa cause : la représentation des Noirs à l’écran. Ce discours quelque peu redondant, l’ouvrage en explicite les déterminismes et les limites. Sans dissimuler son admiration pour le réalisateur, Dubois décrit parfaitement les paradoxes qui entourent sa personnalité. Malcolm X, par exemple, oscille entre un réel souci pédagogique et une ambition marketing plus ou moins assumée. Ces deux pôles balisent en définitive l’ensemble de la carrière de Lee, à la fois capable de revenir, avec plus ou moins de réussite, aux origines artisanales de son métier, de diriger avec talent un film à gros budget (Inside Man) ou de se lancer dans un projet très éloigné de ses propres préoccupations artistiques (le remake de Oldboy). Ces dernières constituent d’ailleurs l’un des grands axes de l’ouvrage. Dubois s’emploie en effet à définir les caractéristiques de la mise en scène de Lee. Cette analyse s’éloigne des lieux communs (Spike Lee comme grand spécialiste des effets clip) pour souligner l’apport technique d’une œuvre dont il faut, malgré tout, souligner l’admirable cohérence.Point de vue annexes, le lecteur trouvera un index des noms et des films, une bibliographie majoritairement anglo-saxonne et tronquée (les articles cités dans l’ouvrage auraient dû y trouver leur place), une filmographie complète ainsi qu’une sélection des meilleurs titres musicaux employés par le réalisateur dans ses films.

 

 

 

  • SPIKE LEE. UN CINÉASTE CONTROVERSÉ
  • Auteur : Régis Dubois (préface de Jean-Claude Barny)
  • Éditions : LettMotif
  • Date de parution : 6 août 2019
  • Format : 174 pages
  • Tarifs : 29 € (print) – 11,90 € (numérique)

Commentaires

A la Une

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Rachel Weisz dans la peau d’Elizabeth Taylor 

Rachel Weisz incarnera la superstar hollywoodienne Elizabeth Taylor, dans un biopic consacré à l’actrice militante, figure de la lutte contre… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BELLE EPOQUE 565 429 1 565 429
2 JOKER 463 547 5 5 074 165
3 HORS NORMES 382 646 3 1 529 131
4 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 295 221 4 2 402 411
5 ABOMINABLE 262 442 3 1 637 561
6 MIDWAY 238 069 1 238 069
7 RETOUR A ZOMBIELAND 161 784 2 458 756
8 TERMINATOR : DARK FATE 126 753 3 850 150
9 MON CHIEN STUPIDE 122 483 2 412 739
10 AU NOM DE LA TERRE 107 892 7 1 845 632

Source: CBO Box office

Nos Podcasts