Cannes 2018 / BlacKkKlansman de Spike Lee : critique

Publié par Cyril Perraudat le 19 mai 2018

Synopsis : Au début des années 70, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, plusieurs émeutes raciales éclatent dans les grandes villes des États-Unis. Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department, mais son arrivée est accueillie avec scepticisme, voire avec une franche hostilité, par les agents les moins gradés du commissariat. Prenant son courage à deux mains, Stallworth va tenter de faire bouger les lignes et, peut-être, de laisser une trace dans l’histoire. Il se fixe alors une mission des plus périlleuses : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions. En se faisant passer pour un extrémiste, Stallworth contacte le groupuscule : il ne tarde pas à se voir convier d’en intégrer la garde rapprochée. Il entretient même un rapport privilégié avec le « Grand Wizard » du Klan, David Duke, enchanté par l’engagement de Ron en faveur d’une Amérique blanche. Tandis que l’enquête progresse et devient de plus en plus complexe, Flip Zimmerman, collègue de Stallworth, se fait passer pour Ron lors des rendez-vous avec les membres du groupe suprémaciste et apprend ainsi qu’une opération meurtrière se prépare. Ensemble, Stallworth et Zimmerman font équipe pour neutraliser le Klan dont le véritable objectif est d’aseptiser son discours ultra-violent pour séduire ainsi le plus grand nombre.

♥♥♥♥

 

blackkklansman - affiche

blackkklansman – affiche

Cela fait bien longtemps qu’un film de Spike Lee n’était plus sorti dans les salles de France ou passé sur la Croisette. BlacKkKlansman marque son retour remarqué au Festival de Cannes où il rafle le Grand Prix et montre l’inébranlable vigueur et rage qui anime le réalisateur désormais sexagénaire. Il livre ici une comédie policière efficace dans le ton du récent The Nice Guys en y apportant comme toujours chez lui un véritable message de soutien à la communauté noire américaine. On y suit Ron Stallworth, premier policier noir de Colorado Springs dans les années 70, qui va devoir composer avec le scepticisme de certains collègues et se lancer dans l’opération folle d’infiltrer le Ku Klux Klan. Après avoir conclu un rendez-vous au téléphone avec ses dirigeants, il doit envoyer un de ses collègues blancs pour être son relais sur le terrain. Ils vont donc tous les deux se partager une identité afin de déjouer une attaque que le groupe est en train de mettre sur pied. Tout ceci dans un contexte tendu où des émeutes raciales explosent dans plusieurs villes des États-Unis. Produit par Jordan Peele, l’auteur du récent Get Out, BlacKkKlansman s’inscrit dans une mouvance de films protestataires dénonçant le racisme anti-noirs. En s’attaquant ici à l’emblématique Ku Klux Klan, ou « l’organisation » selon ses membres prudents, il élargit son spectre à toutes formes de haine et de rejets, y compris ceux des juifs et des homosexuels, fixettes de tout bon sympathisant d’extrême droite. Basé sur « une putain d’histoire vraie » écrite dans le livre éponyme du tout aussi éponyme Ron Stallworth et bercé par la bande son funk de Terence Blanchard, BlacKkKlansman déride les zygomatiques assez facilement. Il envoie en contrepoint des piques bien senties à l’Amérique effrayante de Donald Trump ou directement au personnage lui-même en reprenant certains passages de ses discours effarants. Il n’hésite pas à grossir le trait pour tourner en ridicule les membres du Ku Klux Klan dirigés par un Topher Grace en roue libre qui a dû s’éclater à tenir le rôle. John David Washington (fils de Denzel) et Adam Driver sont eux aussi au diapason dans leur duo de flics à la complicité un peu forcée. Spike Lee n’hésite pas non plus à rendre autant hommage qu’à questionner une époque où sortaient les films de blaxploitation plus ou moins recommandables. Il parvient surtout à faire un admirable parallèle autour de la création de la mouvance Black Power en réaction à celle bien présente du White Power lors d’une scène marquante où le montage jumelle le récit fort de tortures autour d’un jeune noir handicapé et des images d’archives saisissantes. Ce cri du cœur contre toute forme de haine profite d’une mise en scène alerte et amuse autant qu’il permet une prise de conscience toujours d’une effroyable actualité. Une certaine idée du cinéma de divertissement à consommer sans modération.

 

 

 

  • BLACKKKLANSMAN
  • Sortie salles : 22 août 2018
  • Réalisation : Spike Lee
  • Avec : John David Washington, Adam Driver, Topher Grace, Laura Harrier,…
  • Scénario : Charlie Wachtel, David Rabinowitz, Spike Lee, Kevin Willmont
  • Production : Jordan Peele, Jason Blum, Raymond Mansfield, Shaun Redick, Sean McKittrick, Spike Lee
  • Photographie : Chayse Irvin
  • Montage : Barry Alexander Brown
  • Décors : Curt Beech
  • Musique : Terence Blanchard
  • Distribution : Universal
  • Durée : 2h08

 

Commentaires

A la Une

Twin Peaks : Kyle MacLachlan propose aux fans de fêter les 30 ans de la série avec lui

Le confinement n’empêchera pas les adeptes de Twin Peaks de se réunir pour fêter les trente ans de sa première… Lire la suite >>

J.K. Rowling lance « Harry Potter at Home », une plateforme pour occuper les enfants

La célèbre autrice britannique propose aux parents un site éducatif centré sur l’univers de Poudlard et ses sorciers, pour apprendre… Lire la suite >>

Le remake de Candyman écrit par Jordan Peele sortira à l’automne 2020

Le retour du terrible Candyman sur grand écran devra attendre septembre prochain.       Il va falloir patienter pour… Lire la suite >>

Call Me By Your Name : le réalisateur confirme la suite avec le casting du premier film au complet

La pépite aux allures de dolce vita oscarisée pour son scénario en 2018, va bien connaître une suite sur grand… Lire la suite >>

Hollywood : premières images de la minisérie Netflix de Ryan Murphy

La nouvelle série progressiste du créateur de Glee et American Horror Story sera consacrée à un groupe de talents dans… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts