Cannes 2018 / BlacKkKlansman de Spike Lee : critique

Publié par Cyril Perraudat le 19 mai 2018

Synopsis : Au début des années 70, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, plusieurs émeutes raciales éclatent dans les grandes villes des États-Unis. Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department, mais son arrivée est accueillie avec scepticisme, voire avec une franche hostilité, par les agents les moins gradés du commissariat. Prenant son courage à deux mains, Stallworth va tenter de faire bouger les lignes et, peut-être, de laisser une trace dans l’histoire. Il se fixe alors une mission des plus périlleuses : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions. En se faisant passer pour un extrémiste, Stallworth contacte le groupuscule : il ne tarde pas à se voir convier d’en intégrer la garde rapprochée. Il entretient même un rapport privilégié avec le « Grand Wizard » du Klan, David Duke, enchanté par l’engagement de Ron en faveur d’une Amérique blanche. Tandis que l’enquête progresse et devient de plus en plus complexe, Flip Zimmerman, collègue de Stallworth, se fait passer pour Ron lors des rendez-vous avec les membres du groupe suprémaciste et apprend ainsi qu’une opération meurtrière se prépare. Ensemble, Stallworth et Zimmerman font équipe pour neutraliser le Klan dont le véritable objectif est d’aseptiser son discours ultra-violent pour séduire ainsi le plus grand nombre.

♥♥♥♥

 

blackkklansman - affiche

blackkklansman – affiche

Cela fait bien longtemps qu’un film de Spike Lee n’était plus sorti dans les salles de France ou passé sur la Croisette. BlacKkKlansman marque son retour remarqué au Festival de Cannes où il rafle le Grand Prix et montre l’inébranlable vigueur et rage qui anime le réalisateur désormais sexagénaire. Il livre ici une comédie policière efficace dans le ton du récent The Nice Guys en y apportant comme toujours chez lui un véritable message de soutien à la communauté noire américaine. On y suit Ron Stallworth, premier policier noir de Colorado Springs dans les années 70, qui va devoir composer avec le scepticisme de certains collègues et se lancer dans l’opération folle d’infiltrer le Ku Klux Klan. Après avoir conclu un rendez-vous au téléphone avec ses dirigeants, il doit envoyer un de ses collègues blancs pour être son relais sur le terrain. Ils vont donc tous les deux se partager une identité afin de déjouer une attaque que le groupe est en train de mettre sur pied. Tout ceci dans un contexte tendu où des émeutes raciales explosent dans plusieurs villes des États-Unis. Produit par Jordan Peele, l’auteur du récent Get Out, BlacKkKlansman s’inscrit dans une mouvance de films protestataires dénonçant le racisme anti-noirs. En s’attaquant ici à l’emblématique Ku Klux Klan, ou « l’organisation » selon ses membres prudents, il élargit son spectre à toutes formes de haine et de rejets, y compris ceux des juifs et des homosexuels, fixettes de tout bon sympathisant d’extrême droite. Basé sur « une putain d’histoire vraie » écrite dans le livre éponyme du tout aussi éponyme Ron Stallworth et bercé par la bande son funk de Terence Blanchard, BlacKkKlansman déride les zygomatiques assez facilement. Il envoie en contrepoint des piques bien senties à l’Amérique effrayante de Donald Trump ou directement au personnage lui-même en reprenant certains passages de ses discours effarants. Il n’hésite pas à grossir le trait pour tourner en ridicule les membres du Ku Klux Klan dirigés par un Topher Grace en roue libre qui a dû s’éclater à tenir le rôle. John David Washington (fils de Denzel) et Adam Driver sont eux aussi au diapason dans leur duo de flics à la complicité un peu forcée. Spike Lee n’hésite pas non plus à rendre autant hommage qu’à questionner une époque où sortaient les films de blaxploitation plus ou moins recommandables. Il parvient surtout à faire un admirable parallèle autour de la création de la mouvance Black Power en réaction à celle bien présente du White Power lors d’une scène marquante où le montage jumelle le récit fort de tortures autour d’un jeune noir handicapé et des images d’archives saisissantes. Ce cri du cœur contre toute forme de haine profite d’une mise en scène alerte et amuse autant qu’il permet une prise de conscience toujours d’une effroyable actualité. Une certaine idée du cinéma de divertissement à consommer sans modération.

 

 

 

  • BLACKKKLANSMAN
  • Sortie salles : 22 août 2018
  • Réalisation : Spike Lee
  • Avec : John David Washington, Adam Driver, Topher Grace, Laura Harrier,…
  • Scénario : Charlie Wachtel, David Rabinowitz, Spike Lee, Kevin Willmont
  • Production : Jordan Peele, Jason Blum, Raymond Mansfield, Shaun Redick, Sean McKittrick, Spike Lee
  • Photographie : Chayse Irvin
  • Montage : Barry Alexander Brown
  • Décors : Curt Beech
  • Musique : Terence Blanchard
  • Distribution : Universal
  • Durée : 2h08

 

Commentaires

A la Une

Spermageddon : un film d’animation norvégien prometteur

Originals Factory a acquis les droits de distribution en France de cette comédie musicale animée autour du sexe, qui sera… Lire la suite >>

The Substance : le film de body horror avec Demi Moore se dévoile dans un teaser intrigant

Le nouveau film de Coralie Fargeat verra s’affronter Demi Moore et Margaret Qualley autour de cette fameuse substance.    … Lire la suite >>

Gladiator II : une bande-annonce épique et intense pour la suite de l’épopée historique

Ridley Scott nous replonge dans l’arène du Colisée de Rome, avec Paul Mescal pour marcher dans les pas de son… Lire la suite >>

Emmanuelle : La relecture se dévoile dans une bande-annonce sensuelle et mystérieuse

Le nouveau long-métrage d’Audrey Diwan, avec Noémie Merlant dans le rôle-titre, révèle les premières images de cette nouvelle version du… Lire la suite >>

RIP : Matt Damon et Ben Affleck à l’affiche d’un thriller criminel sur Netflix

La plateforme de streaming a récemment acquis les droits du film qui sera écrit et réalisé par Joe Carnahan, avec… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 MOI, MOCHE ET MECHANT 4 1 400 169 1 1 400 169
2 LE COMTE DE MONTE-CRISTO 1 076 425 3 3 539 650
3 VICE-VERSA 2 860 850 4 6 296 623
4 UN P'TIT TRUC EN PLUS 310 660 11 8 388 607
5 SANS UN BRUIT : JOUR 1 104 468 3 740 382
6 HORIZON : UNE SAGA AMERICAINE, CHAPITRE 1 71 398 2 193 015
7 LONGLEGS 69 851 1 69 851
8 TO THE MOON 60 663 1 60 663
9 BAD BOYS : RIDE OR DIE 53 569 6 1 175 179
10 ELYAS 45 371 2 147 466

Source: CBO Box office

Nos Podcasts