Livre / Prendre au sérieux la comédie : critique

Publié par Jacques Demange le 11 décembre 2020

Résumé : La comédie au cinéma n’a pas vocation qu’à faire rire, elle est aussi un subtil moyen d’exprimer des idées subversives. Car la censure baisse souvent la garde devant la comédie, qui peut se permettre d’attaquer tabous et interdits beaucoup plus efficacement. Cela nécessite un fin dosage : être suffisamment choquant pour provoquer rire et réflexion critique, mais ne pas l’être trop, pour ne pas susciter rejet ou censure. Le tout dicté par un impératif économique : les producteurs ont toujours voulu éviter que les films n’affichent trop ostensiblement un « message », pour ne pas risquer de déplaire. La comédie est d’autant plus facilement acceptée qu’elle semble correspondre à l’idée que l’on se fait du cinéma : un pur divertissement. Il est ainsi paradoxalement plus facile d’y glisser des idées critiques. Mais cet avantage se paie au prix fort : les comédies accèdent rarement à la légitimité culturelle et, dans la hiérarchie du cinéma, elles sont reléguées après les genres « sérieux ». Il suffit de constater le faible nombre de comédies dans les palmarès des grands prix. Il s’agit ici de dégager quelques lignes de force en une cinquantaine de titres situés, pour la plupart, entre 1920 et 1980, date à partir de laquelle le cinéma est moins en butte à la censure, et où la comédie cesse d’être un refuge.

♥♥♥♥

 

Prendre au serieux la comedie

Prendre au sérieux la comédie

La comédie déploie les gorges autant qu’elle fait grincer les dents. Si la mise en cause des certitudes est bien une constante du rire, Yannick Mouren, docteur en études cinématographiques et déjà auteur d’un certain nombre d’études remarquées (François Truffaut, l’art du récit ; Le Flash-Back ; Filmer la création cinématographique ; La Couleur au cinéma) interroge les possibles prolongement de cet outil critique. Deux types de comédies filmiques apparaissent alors : la « comédie normative » dont le but est de sanctionner par le rire toute conduite socialement marginale, et la « comédie transgressive » qui vient remettre en cause, « d’une manière plus ou moins explicite », le fonctionnement social. Ce sont évidemment ces dernières qui intéressent l’auteur. La viabilité théorique et pratique de cette catégorie cinématographique est ici clairement démontrée par le nombre considérable d’exemples envisagés. Au-delà du seul nombre, c’est l’éclectisme du corpus qui impressionne. Traversant les décennies (du muet au contemporain) et les cinématographies (France, Italie, Grande-Bretagne, Amérique, Espagne, Tchécoslovaquie, Pologne…), Mouren choisit d’articuler ses réflexions autour de grandes thématiques. Le sexe, la politique, la loi, la morale, la religion, l’armée, ou encore la consommation sont ainsi discutés à travers une analyse précise de films en particulier. On apprécie à nouveau le syncrétisme de l’auteur qui tout en revenant sur les incontournables (Ninotchka ; Le Roman d’un tricheur ; Divorce à l’italienne ; M*A*S*H. ; Docteur Folamour ; La Vie de Brian…) n’hésite pas à se tourner vers certaines productions quelque peu oubliées (l’excellent Bourreau de l’Espagnol Luis Berlanga, La Mazurka du Baron de Pupi Avati) ou à troubler les catégories établies (voir l’instructif sous-chapitre consacré à la réception de Starship Troopers).

 

Si l’on peut regretter que les analyses proposées par Mouren oublie par trop souvent les questions de mise en scène dont les procédés participent directement aux ressorts comiques des films, l’ouvrage reste remarquable dans son approche historique. Car si ce sont bien les récits cinématographiques qui constituent l’objet principal de l’ouvrage, l’auteur prend soin d’expliciter leur rapport avec la structure censoriale qui les encadre. De fait, l’ultime chapitre consacré au cinéma contemporain permet d’envisager les prolongements de la comédie transgressive (l’humour noir, le choix de sujets choquant le consensus, le féminisme).

 

Il faut enfin souligner la rigueur scientifique de l’étude dont les nombreuses références, malheureusement non rassemblées dans une bibliographie indicative, prouvent l’indéniable maîtrise de l’auteur qui parvient à s’inscrire dans les traditionnelles approches du genre tout en en renouvelant certains des enjeux constitutifs.

 

 

 

  • PRENDRE AU SÉRIEUX LA COMÉDIE
  • Auteur : Yannick Mouren
  • Éditions : CNRS
  • Date de parution : 26 novembre 2020
  • Langues : Français uniquement
  • Format : 232 pages
  • Tarifs : 24 € (print)  – 16,99 € (numérique)

Commentaires

A la Une

Tomb Raider : Phoebe Waller-Bridge prépare une série dérivée pour Amazon

L’héroïne des jeux vidéo Tomb Raider reprendra bientôt vie sur le petit écran, dans une série créée par Phoebe Waller-Bridge…. Lire la suite >>

Jennifer Aniston et Julia Roberts échangent leurs corps dans le prochain film de Max Barbakow

La nouvelle comédie de Max Barbakow réunira Julia Roberts et Jennifer Aniston, dans le corps l’une de l’autre.    … Lire la suite >>

Michael Jackson sera incarné par son neveu dans un biopic signé Antoine Fuqua

Jaafar Jackson prendra les traits de son oncle Michael Jackson dans un biopic qui sera réalisé par Antoine Fuqua, avec… Lire la suite >>

César 2023 : La liste des nommés

Les nominations de la 48e cérémonie des César font la part belle à L’Innocent et à La Nuit du 12,… Lire la suite >>

Les nommés aux Oscars 2023

C’est ce mardi 24 janvier que l’Académie des Oscars a révélé sa sélection pour sa 95e cérémonie. Grand favori de… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 AVATAR : LA VOIE DE L'EAU 719 221 6 8 388 607
2 BABYLON 508 796 1 508 796
3 LA GUERRE DES LULUS 200 047 1 200 047
4 TIRAILLEURS 176 551 3 914 457
5 LE CHAT POTTE 2 : LA DERNIERE QUETE 148 313 7 2 465 668
6 LE CLAN 101 291 1 101 291
7 LES CYCLADES 96 097 2 266 479
8 YOUSSEF SALEM A DU SUCCES 72 216 1 72 216
9 LES BANSHEES D'INISHERIN 50 952 4 321 624
10 L'EMPRISE DU DEMON 48 248 2 133 316
11 L'IMMENSITA 46 659 2 138 565
12 FESTIVAL CINEMA TELERAMA (2023) 38 554 1 38 554
13 M3GAN 37 969 4 452 376
14 TEMPETE 33 534 5 668 886
15 NOSTALGIA 23 642 3 132 148
16 CARAVAGE 22 258 4 239 990
17 NOS SOLEILS 20 951 1 20 951
18 LA CONSPIRATION DU CAIRE 20 533 13 518 626
19 TERRIFIER 2 19 362 2 53 451
20 BLACK PANTHER : WAKANDA FOREVER 19 109 11 3 634 550

Source: CBO Box office

Nos Podcasts