Livre / Bong Joon-ho. Des chimères et des hommes : critique

Publié par Jacques Demange le 2 juillet 2021

Résumé : Le cinéma du sud-coréen Bong Joon-ho se déploie dans un entremêlement de genres et de registres qui témoignent d’une attention toute particulière aux mécanismes de la servilité et des déterminismes. Le réalisateur cultive un goût pour le trivial et le burlesque et porte un regard incisif sur les différences de classes sociales, jouant de manière jubilatoire avec les codes cinématographiques et les attentes du spectateur pour déployer une esthétique à la fois naturaliste et conceptuelle.

♥♥♥♥♥

 

Bong Joon-ho - Eclipses n68

Bong Joon-ho – Eclipses n68

Comme à son habitude, l’excellente revue Éclipses consacre son nouveau numéro à un réalisateur consacré. C’est cette fois-ci le Sud-coréen Bong Joon-ho qui est à l’honneur, l’étude de sa filmographie profitant de plusieurs pistes de lecture regroupées à travers quatre grandes parties. Tout en prouvant la cohérence de son œuvre, les articles cherchent à définir la singularité de son identité artistique. Celle-ci trouve d’abord sa source à travers une culture particulière qui fait de l’impromptu et de l’imprévisible un moyen d’enrayer la mécanique bien huilée de la fiction. Sans rien perdre de leur efficacité narrative, les films du réalisateur accueillent ainsi des moments autonomes qui déconstruisent ponctuellement la régularité de la dramaturgie en place pour suspendre et interroger l’orientation de sa structure. Ce phénomène de rupture est interprété à travers certains traits propre à l’identité nationale du cinéaste (le « piksari ») mais aussi par le biais de motifs visuels dont la récurrence les constituent comme d’authentiques signatures stylistiques traversant un film unique (les raccords dans l’axe dans Memories of Murder) ou un corpus élargi (les cadres dans le cadre et la profondeur de champ qui animent les compositions de Barking Dogs Never Bites, Mother et Snowpiercer). Le cinéma de Bong Joon-ho est aussi un cinéma d’espace(s). Souterrains, poreux, construits sur l’idée d’une verticalité topographique et symbolique (le rapport de classes de Parasite) ou marqués par l’invisibilité partielle des spectres ou des ombres, les lieux que décline sa filmographie se prêtent à une réflexion sur la géographie du cadre cinématographique et la nature des êtres qui l’habitent.

 

Fréquemment soumis à une hiérarchisation sociale, ces derniers évoluent à l’intérieur de territoires dont les limites sont mis en cause par le cinéaste. La question de la rupture réapparaît alors mais selon une acceptation plus politique dont les contributeurs soulignent à raison les nombreuses nuances permettant au réalisateur d’éviter toute approche didactique ou démagogique. Car la force de l’œuvre de Bong Joon-ho est de privilégier le langage des images dans la construction de son discours.

 

L’attention se porte alors sur les éléments qui traversent les plans et remodèlent la matérialité de leurs représentations. La polysémie déployée par le motif de la pluie, la suspension induite par l’objet photographique, les mutations plastiques qui altèrent les corps et l’architecture du paysage, se font communément objets d’une poétique plastique et critique.

 

À l’excellence théorique du fond répond la clarté de la mise en page. À l’instar de ses précédents numéros, la revue a alloué une grande place aux captures d’écran qui permettent de soutenir les réflexions des contributeurs et de valoriser la pertinence de leurs analyses.

 

 

 

  • BONG JOON-HO. DES CHIMÈRES ET DES HOMMES
  • Auteurs : Hélène Valmary et Yann Calvet (coordonné par)
  • Éditions : Éclipses, n°68
  • Date de parution : 16 juin 2021
  • Langues : Français uniquement
  • Format : 144 pages
  • Tarifs : 15 €

Commentaires

A la Une

L’Exorciste : Le producteur Jason Blum donne des nouvelles du remake

À l’occasion du Festival international du film de Locarno où il devrait recevoir le prix du Meilleur producteur indépendant, Jason… Lire la suite >>

Les femmes prennent de l’importance dans les films de mafieux

Alors que Prime Vidéo a récemment sorti l’intégralité des épisodes de Bang Bang Baby, de nombreux films et séries utilisent… Lire la suite >>

White Noise : Adam Driver dans la comédie noire du réalisateur de Marriage Story

Le prochain film de Noah Baumbach, sur une terrifiante et hilarante famille américaine d’aujourd’hui, avec Adam Driver, aura droit à… Lire la suite >>

The Veil : Elisabeth Moss à la tête de la nouvelle série du créateur de Peaky Blinders

Alors que la saison 5 de The Handmaid’s Tale est attendue pour la rentrée, l’actrice Elisabeth Moss est annoncée dans… Lire la suite >>

Road House : Jake Gyllenhaal officiellement dans le remake pour Amazon

Pressenti en novembre dernier, Jake Gyllenhaal sera bel et bien dans le remake du film culte des années 80, réalisé… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 THOR : LOVE AND THUNDER 404 765 3 2 129 017
2 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 351 988 4 2 893 838
3 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 333 361 1 333 361
4 TOP GUN : MAVERICK 188 380 10 5 711 998
5 DUCOBU PRESIDENT ! 188 015 3 737 277
6 MENTEUR 151 586 3 585 087
7 JOYEUSE RETRAITE 2 92 299 2 247 790
8 LA NUIT DU 12 72 629 3 241 487
9 JURASSIC WORLD : LE MONDE D'APRES 67 113 8 3 357 635
10 ELVIS 58 542 6 1 074 116

Source: CBO Box office

Nos Podcasts