Livre / Bong Joon-ho. Des chimères et des hommes : critique

Publié par Jacques Demange le 2 juillet 2021

Résumé : Le cinéma du sud-coréen Bong Joon-ho se déploie dans un entremêlement de genres et de registres qui témoignent d’une attention toute particulière aux mécanismes de la servilité et des déterminismes. Le réalisateur cultive un goût pour le trivial et le burlesque et porte un regard incisif sur les différences de classes sociales, jouant de manière jubilatoire avec les codes cinématographiques et les attentes du spectateur pour déployer une esthétique à la fois naturaliste et conceptuelle.

♥♥♥♥♥

 

Bong Joon-ho - Eclipses n68

Bong Joon-ho – Eclipses n68

Comme à son habitude, l’excellente revue Éclipses consacre son nouveau numéro à un réalisateur consacré. C’est cette fois-ci le Sud-coréen Bong Joon-ho qui est à l’honneur, l’étude de sa filmographie profitant de plusieurs pistes de lecture regroupées à travers quatre grandes parties. Tout en prouvant la cohérence de son œuvre, les articles cherchent à définir la singularité de son identité artistique. Celle-ci trouve d’abord sa source à travers une culture particulière qui fait de l’impromptu et de l’imprévisible un moyen d’enrayer la mécanique bien huilée de la fiction. Sans rien perdre de leur efficacité narrative, les films du réalisateur accueillent ainsi des moments autonomes qui déconstruisent ponctuellement la régularité de la dramaturgie en place pour suspendre et interroger l’orientation de sa structure. Ce phénomène de rupture est interprété à travers certains traits propre à l’identité nationale du cinéaste (le « piksari ») mais aussi par le biais de motifs visuels dont la récurrence les constituent comme d’authentiques signatures stylistiques traversant un film unique (les raccords dans l’axe dans Memories of Murder) ou un corpus élargi (les cadres dans le cadre et la profondeur de champ qui animent les compositions de Barking Dogs Never Bites, Mother et Snowpiercer). Le cinéma de Bong Joon-ho est aussi un cinéma d’espace(s). Souterrains, poreux, construits sur l’idée d’une verticalité topographique et symbolique (le rapport de classes de Parasite) ou marqués par l’invisibilité partielle des spectres ou des ombres, les lieux que décline sa filmographie se prêtent à une réflexion sur la géographie du cadre cinématographique et la nature des êtres qui l’habitent.

 

Fréquemment soumis à une hiérarchisation sociale, ces derniers évoluent à l’intérieur de territoires dont les limites sont mis en cause par le cinéaste. La question de la rupture réapparaît alors mais selon une acceptation plus politique dont les contributeurs soulignent à raison les nombreuses nuances permettant au réalisateur d’éviter toute approche didactique ou démagogique. Car la force de l’œuvre de Bong Joon-ho est de privilégier le langage des images dans la construction de son discours.

 

L’attention se porte alors sur les éléments qui traversent les plans et remodèlent la matérialité de leurs représentations. La polysémie déployée par le motif de la pluie, la suspension induite par l’objet photographique, les mutations plastiques qui altèrent les corps et l’architecture du paysage, se font communément objets d’une poétique plastique et critique.

 

À l’excellence théorique du fond répond la clarté de la mise en page. À l’instar de ses précédents numéros, la revue a alloué une grande place aux captures d’écran qui permettent de soutenir les réflexions des contributeurs et de valoriser la pertinence de leurs analyses.

 

 

 

  • BONG JOON-HO. DES CHIMÈRES ET DES HOMMES
  • Auteurs : Hélène Valmary et Yann Calvet (coordonné par)
  • Éditions : Éclipses, n°68
  • Date de parution : 16 juin 2021
  • Langues : Français uniquement
  • Format : 144 pages
  • Tarifs : 15 €

Commentaires

A la Une

Micheline Presle, star de Falbalas et du Diable au Corps, s’éteint à 101 ans

La doyenne du cinéma français, qui a partagé l’affiche avec les plus grands de l’époque comme Paul Newman et Erroll Flynn, nous a quittés ce 21 février.

Jurassic World 4 : Gareth Edwards en pourparlers pour réaliser le prochain volet

Après le départ de David Leitch, c’est Gareth Edwards, réalisateur de Rogue One, qui serait envisagé par Universal pour reprendre les rênes de l’univers Jurassic Park.

American Nails : Abel Ferrara prépare un film de gangsters moderne avec Asia Argento et Willem Dafoe

Abel Ferrara, réalisateur de Bad Lieutenant et de The King of New York prépare une histoire de gangsters moderne située en Italie, avec Asia Argento et Willem Defoe dans les rôles principaux.

Christopher Nolan aimerait réaliser un film d’horreur

À l’occasion d’un entretien avec la British Film Institute de Londres, Christopher Nolan, réalisateur d’Oppenheimer, de la trilogie The Dark Knight…

Les 4 Fantastiques : le casting dévoilé et une date de sortie annoncée

Pedro Pascal, Vanessa Kirby, Joseph Quinn et Ebon Moss-Bachrach composeront la nouvelle équipe de super-héros de ce nouvel opus des 4 Fantastiques dans le MCU. 

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BOB MARLEY : ONE LOVE 772 865 1 772 865
2 MAISON DE RETRAITE 2 526 067 1 526 067
3 COCORICO 383 132 2 967 838
4 CHIEN & CHAT 314 952 1 314 952
5 MADAME WEB 207 894 1 207 894
6 LE DERNIER JAGUAR 177 731 2 400 111
7 LA ZONE D'INTERET 130 142 3 535 450
8 DAAAAAALI ! 116 376 2 325 922
9 TOUT SAUF TOI 112 338 4 451 874
10 SANS JAMAIS NOUS CONNAITRE 74 540 1 74 540

Source: CBO Box office

Nos Podcasts