Bac Nord de Cédric Jimenez : critique

Publié par Jacques Demange le 22 août 2021

Synopsis : 2012. Les quartiers Nord de Marseille détiennent un triste record : la zone au taux de criminalité le plus élevé de France. Poussée par sa hiérarchie, la BAC Nord, brigade de terrain, cherche sans cesse à améliorer ses résultats. Dans un secteur à haut risque, les flics adaptent leurs méthodes, franchissant parfois la ligne jaune.

♥♥♥♥

 

Bac Nord - affiche

Bac Nord – affiche

Après La French (2014), son second long métrage consacré au grand banditisme marseillais des années 1970, le réalisateur Cédric Jimenez repose sa caméra dans la cité phocéenne pour décrire l’entreprise de trois agents de la Bac bien décidés à démanteler un vaste réseau de dealeurs au sein des quartiers Nord de la ville.  Visiblement inspiré par la récente affaire judiciaire qui vit des membres de la Bac marseillaise accusés de trafic et d’association de malfaiteurs, le réalisateur et sa coscénariste, Audrey Diwan, dépassent bien vite ce fait divers pour se concentrer sur la seule valeur dramaturgique de leur film. La mise en scène de Jimenez cherche visiblement à renouer avec le caractère spectaculaire des films policiers américains des années 1970. À l’instar du cinéma d’Olivier Marchal, Bac Nord n’oublie cependant pas ses origines. L’architecture des cités à la française, l’accent du sud et les problématiques inhérentes à l’administration policière de l’Hexagone permettent d’insister sur l’identité régionale et nationale de la production. Jimenez obéit d’abord au crédo de l’action avec tout ce que celui-ci impose comme difficultés. Le rythme est soutenu, efficace de bout en bout, et assure du métier du réalisateur. L’autre qualité tient aux acteurs et en particulier au trio Gilles Lelouche-Karim Leklou-François Civil qui évite soigneusement tout excès pour conférer une certaine finesse à leurs rôles respectifs et renforcer la crédibilité du récit. Si l’interprétation de ces trois policiers choisissant de se passer de tout soutien hiérarchique pour assumer les compromissions que leur impose leur mission est remarquable, la caractérisation générale du système proposé par Jimenez est moins habile. 

 

Bac Nord

 

Dealeurs comme agents de l’IGPN souffrent de quelques stéréotypes qui empêchent parfois le discours général d’aboutir. La chose se renforce si l’on compare Bac Nord au L. 627 (1992) de Bertrand Tavernier ou au récent Les Misérables (2019) de Ladj Ly. Ce jeu de comparaison pourrait néanmoins s’avérait fallacieux. Car ce n’est pas le point de vue de la chronique qui détermine la démarche de Jimenez. À certains égards, le réalisateur fait de l’épique un moyen de flirter avec le ton élégiaque de la tragédie moderne. La violence prend d’abord la forme d’un territoire qui semble dès le début du film prendre au piège les principaux protagonistes du drame. Littéralement encerclée par les grands ensembles, l’action des trois policiers est semblable à celle du petit groupe de soldats grecques lancé à l’assaut des remparts de la citée troyenne.

 

Le final du film pourrait donner raison à cette interprétation. La brutalité sidérante qui se dégage de la fusillade prend une valeur cathartique et laisse un goût amer en bouche. Car Jimenez ne se satisfait pas de cette seule décharge de violence mais finit, enfin, par interroger les déterminismes de la bataille. De western urbain gagné par la fièvre du grand spectacle, Bac Nord acquiert alors une conscience qui lui permet de briller au-delà de ses ambitions initiales.

 

 

 

  • BAC NORD
  • Date de sortie : 18 août 2021
  • Réalisation : Cédric Jimenez
  • Avec : Gilles Lellouche, Karim Leklou, François Civil, Adèle Exarchopoulos, Kenza Fortas, Cyril Lecomte, Michaël Abiteboul, Idir Azougli, Jean-Yves Berteloot
  • Scénario : Cédric Jimenez et Audrey Diwan
  • Production : Hugo Sélignac et Vincent Mazel
  • Photographie : Laurent Tangy
  • Montage : Simon Jacquet
  • Musique : Guillaume Roussel
  • Décors : Jean-Philippe Moreaux
  • Costumes : Stéphanie Watrigant
  • Distribution : StudioCanal (France) – Netflix (États-Unis)
  • Durée : 104 minutes

 

Commentaires

A la Une

Cannes 2024 : La sélection officielle dévoilée

La sélection officielle de cette 77e édition du Festival de Cannes promet d’être intéressante. Un nouveau film de Yórgos Lánthimos avec Emma Stone, le retour de la saga Mad Max, un projet de Francis Ford Coppola vieux de presque 40 ans, et bien d’autres surprises…

Cannes 2024 : Megalopolis de Francis Ford Coppola présenté sur la Croisette

Le réalisateur de 85 ans signe son retour avec son film autofinancé Megalopolis, qui sera présenté en compétition à la 77e édition du Festival de Cannes. 

George Lucas recevra une Palme d’Or d’honneur lors du 77e Festival de Cannes

Dans une galaxie pas si lointaine, à Cannes, lors de la Cérémonie de clôture du 77e festival, George Lucas, célèbre scénariste, réalisateur et producteur de la saga Star Wars, recevra une Palme d’Or d’honneur.

Dune 3 et Nuclear War : les prochains projets de Denis Villeneuve

La collaboration entre Denis Villeneuve et Legendary ne semble pas prête de s’arrêter. Après le succès du second volet des aventures de Paul Atréides, les prochains projets du réalisateur pour le studio…

Un Matrix 5 en préparation chez Warner Bros avec Drew Goddard à la réalisation

Le studio lance le développement d’une suite de la saga Matrix qui marque un tournant pour la franchise car il ne sera pas réalisé par les Wachowski.

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 GODZILLA X KONG : LE NOUVEL EMPIRE 442 704 1 442 704
2 KUNG FU PANDA 4 334 599 2 1 160 497
3 DUCOBU PASSE AU VERT ! 231 183 1 231 183
4 ET PLUS SI AFFINITES 149 749 1 149 749
5 DUNE DEUXIEME PARTIE 143 811 6 3 864 690
6 PAS DE VAGUES 94 548 2 265 365
7 IL RESTE ENCORE DEMAIN 87 633 4 465 632
8 LA PROMESSE VERTE 74 908 2 251 189
9 SIDONIE AU JAPON 53 732 1 53 732
10 LE JEU DE LA REINE 49 130 2 156 002

Source: CBO Box office

Nos Podcasts