L’Échiquier du vent de Mohammad Reza Aslani : critique

Publié par Jacques Demange le 17 août 2021

Synopsis : Suite à la mort de son épouse, Haji Amou, un commerçant traditionaliste, patriarcal et corrompu, projette de se débarrasser de sa belle-fille, Petite Dame, héritière en titre de la fortune et de la belle maison luxueuse dans laquelle ils vivent. Cette femme émancipée et moderne est paralysée et ne peut se déplacer qu’en fauteuil roulant. Pour faire face au complot formenté par son beau-père, elle se fait aider par sa servante, ignorant que celle-ci joue sur les deux tableaux.

♥♥♥♥♥

 

LEchiquiper du vent - affiche

L’Échiquiper du vent – affiche

C’est à une authentique découverte que nous convie la maison Carlotta. Difficile, en effet, de faire plus inédit que L’Échiquier du vent (1976). Le premier long métrage de fiction du réalisateur et poète iranien Mohammad Reza Aslani ne profita que d’une seule projection lors du Festival International de Téhéran en 1976 avant d’être interdit trois ans plus tard par le régime islamique. Du film, ne subsistaient que des VHS de piètre qualité et amputées du plusieurs scènes par la censure, avant que la découverte des négatifs originaux en 2015 permette d’établir une restauration placée sous la supervision du réalisateur et de l’enseignante et essayiste, Gita Aslani Shahrestani. La participation du directeur de la photographie, Houshang Baharlou, aux dernières étapes de l’étalonnage a par ailleurs permis de respecter au maximum la forme première du métrage original. Ce travail coordonné par le World Cinema Project de The Film Foundation et la Fondation Cineteca de Bologne, emportera sans nul doute l’adhésion des cinéphiles tant la production marque par son originalité de ton et de mise en scène. Sorte de film d’horreur intimiste, L’Échiquier du vent profite d’abord d’une réalisation particulièrement concertée. L’éclairage sombre et ocré, les cadres fixes, oscillant entre plans moyens, gros plans et inserts, le décor dont l’architecture multiplie les cadres dans le cadre et les jeux de miroir, assurent communément l’atmosphère claustrophobe de ce huis-clos à l’énergie latente.

 

LEchiquiper du vent

L’Échiquiper du vent

 

Car c’est par son rythme que le film intéresse d’abord. Évoluant progressivement, graduellement, vers l’horrifique, le scénario signé par le cinéaste se calque sur le développement de sa réalisation. L’orchestration du projet criminel et l’apparition de l’élément surnaturel semblent en effet enclencher le mouvement de caméra qui progresse de façon insidieuse à l’écran, altérant souterrainement l’esprit du spectateur encore imprégné de la présence pesante du plan fixe. La stylisation discrète de la scénographie accompagne l’esthétique picturale de la lumière pour conférer à la mise en scène la valeur d’un dispositif à part entière.

 

Le film sidère moins qu’il affecte durablement le regard et l’esprit. Plutôt que de chercher à tout prix à surprendre par le biais d’effets de rupture, Mohammad Reza Aslani module l’atmosphère de son huis-clos à travers une langueur qui finit par ployer sous son propre poids. Le petit jeu de massacre qui s’organise sous nos yeux tire sa force de la continuité sereine qui l’anime. En ce sens, la véritable horreur provient de l’intérieur et rappelle les drames de chambre d’Ingmar Bergman. On retrouve ici le même intérêt pour le dénudement des visages qui apparaissent comme autant de façades lézardées par le passage du temps.

 

LEchiquiper du vent

L’Échiquiper du vent

 

Cloisonnés entre les murs d’une demeure poussiéreuse, les protagonistes rêvent de lendemains qui se heurtent aux cloisons de leur tombeau, aspect que renforce les quelques regards caméras qui traversent le film, motif qui prend moins à partie le spectateur qu’il révèle la triste lucidité de ces êtres prisonniers d’un espace-temps incertain. Le cadre piège et emprisonne, valorisant l’exécution des gestes pour mieux rappeler leur vanité impuissante et puérile. Les déplacements en chaise roulante du personnage principal sont là pour nous le rappeler. Saccadé, sans cesse interrompu, le mouvement semble d’emblée appelé à mourir.

 

Les rares moments d’accalmie tiennent à ses représentations de domestiques lavant le linge dans la cour de la demeure. Hors des murs, l’impression d’enfermement demeure. L’image est saturée par la présence des corps agglutinés tandis que la bande-sonore est parasitée par le flux ininterrompu de leurs paroles. Ces images qui par leur nature de ponctuation rappelle la fonction du chœur antique attestent du déclin en cours qui dépasse rapidement le seul contexte dramatique du film pour renvoyer à la tragique disparition d’une civilisation.

 

Le dénouement du film correspond alors à l’ouverture des portes et à l’élévation de la caméra. Ébloui par l’apparition inattendue du monde extérieur, le spectateur acclimate ses yeux à la lumière du jour avant de découvrir un Iran en friche, préparant sa reconversion politique et architecturale. Si l’avenir existe, il se trouve ailleurs, loin de la beauté sépulcrale des intérieurs.   

 

 

 

  • L’ÉCHIQUIER DU VENT (Shatranj-e baad)
  • Sortie inédite en salles : 18 août 2021
  • Restauration 4K
  • Réalisation : Mohammad Reza Aslani
  • Avec : Fakhri Khorvash, Mohamad Ali Keshavarz, Akbar Zanjanpour, Shoreh Aghdashloo, Shahram Golchin, Hamid Taati, Agha Jan Rafli, Anik Shefrazian, Majid Habibpoor, Javad Rajavar
  • Scénario : Mohammad Reza Aslani
  • Producteur : Bahman Farmanara
  • Photographie : Houshang Baharlou
  • Décors :Houri Etesam
  • Costumes : Manouchehr Safarzadeh
  • Montage : Abbas Ganjavi
  • Musique : Sheyda Gharachedaghi
  • Distribution : Carlotta Films
  • Durée : 1 h 41
  • Sortie initiale : 1976

 

Commentaires

A la Une

Cannes 2024 : La sélection officielle dévoilée

La sélection officielle de cette 77e édition du Festival de Cannes promet d’être intéressante. Un nouveau film de Yórgos Lánthimos avec Emma Stone, le retour de la saga Mad Max, un projet de Francis Ford Coppola vieux de presque 40 ans, et bien d’autres surprises…

Cannes 2024 : Megalopolis de Francis Ford Coppola présenté sur la Croisette

Le réalisateur de 85 ans signe son retour avec son film autofinancé Megalopolis, qui sera présenté en compétition à la 77e édition du Festival de Cannes. 

George Lucas recevra une Palme d’Or d’honneur lors du 77e Festival de Cannes

Dans une galaxie pas si lointaine, à Cannes, lors de la Cérémonie de clôture du 77e festival, George Lucas, célèbre scénariste, réalisateur et producteur de la saga Star Wars, recevra une Palme d’Or d’honneur.

Dune 3 et Nuclear War : les prochains projets de Denis Villeneuve

La collaboration entre Denis Villeneuve et Legendary ne semble pas prête de s’arrêter. Après le succès du second volet des aventures de Paul Atréides, les prochains projets du réalisateur pour le studio…

Un Matrix 5 en préparation chez Warner Bros avec Drew Goddard à la réalisation

Le studio lance le développement d’une suite de la saga Matrix qui marque un tournant pour la franchise car il ne sera pas réalisé par les Wachowski.

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 GODZILLA X KONG : LE NOUVEL EMPIRE 442 704 1 442 704
2 KUNG FU PANDA 4 334 599 2 1 160 497
3 DUCOBU PASSE AU VERT ! 231 183 1 231 183
4 ET PLUS SI AFFINITES 149 749 1 149 749
5 DUNE DEUXIEME PARTIE 143 811 6 3 864 690
6 PAS DE VAGUES 94 548 2 265 365
7 IL RESTE ENCORE DEMAIN 87 633 4 465 632
8 LA PROMESSE VERTE 74 908 2 251 189
9 SIDONIE AU JAPON 53 732 1 53 732
10 LE JEU DE LA REINE 49 130 2 156 002

Source: CBO Box office

Nos Podcasts