Blu-ray / Sátántangó de Bélà Tarr : critique

Publié par Jacques Demange le 15 septembre 2020

Synopsis : Dans un village perdu au coeur de la plaine hongroise, les habitants luttent quotidiennement contre le vent et l’incessante pluie d’automne. Dans la ferme collective démantelée et livrée à l’abandon, les complots vont bon train lorsqu’une rumeur annonce le retour de deux hommes passés pour morts. Bouleversés par cette nouvelle, certains habitants y voient l’arrivée d’un messie, d’autres celle de Satan…

♥♥♥♥♥

 

Satantango de Bela Tarr

Satantango de Bela Tarr

Le cinéma de Béla Tarr tient de la dynamique de l’ombre, soit d’une forme qui étend progressivement son emprise sur l’ensemble des pores de l’image. Cette métaphore biologique n’est pas anodine. Tarr confère au film la pesanteur d’une matière organique qu’il respecte et envisage comme la possibilité de poursuivre un travail aussi poétique que singulier. Sátántangó (tourné et monté de 1991 à 1994) marque sans doute le point culminant de ce dernier. Sa durée exceptionnelle (7 heures 30) lui permet d’approfondir les potentialités de son dispositif. Noir et blanc, plan-séquence, travelling, certes. Mais aussi cette volonté de dilater l’image du réel pour révéler certaines de ses puissances qui ne peuvent apparaître que sur la durée. Sátántangó est une marche mille fois débutée (et non pas recommencée), une prose prise au vol de son écriture, un langage unique qu’entretient le cinéaste avec son spectateur. Les cadres dans le cadre insistent sur cette volonté de transfigurer l’espace commun. Loin de se confondre avec une scène, le huis-clos s’épanouit par sa confrontation avec l’extérieur. La passion des hommes côtoie celle de la nature. L’errance enivrée se répand dans le cadre à la manière des gouttes de pluie modifiant la texture d’un sol qui semble happer le pas du marcheur incertain. Aux visages que Tarr définit par l’ombre et la clarté de traits singuliers répond la mélodie continuelle du vent. La litanie de l’ivrogne ou les phrases du poète s’exprime par l’éloquence d’un geste de bascule sans cesse répété (la main reposant sur le verre) ou la volonté de transpercer l’opacité du réel par la prégnance d’un regard porté au loin. Ce que nous voyons à travers ces actions, c’est la superposition d’événements, de corps et de textures qui se valorisent les uns les autres.

 

Satantango de Bela Tarr

Satantango de Bela Tarr

 

Le talent de Tarr est de parvenir à dépasser le seul constat du mouvement pour rappeler qu’au cinéma son nécessaire corolaire demeure le temps. S’affirme ici la valeur d’expérience de Sátántangó qui s’inscrit dans le meilleur du cinéma moderne. On pense à Wenders ou à Antonioni, à Angelopoulos et à Visconti. Chez eux comme chez le réalisateur hongrois, on trouve une commune volonté de cristalliser l’idée du passage. Celui-ci prend forme à travers l’hésitation affirmée d’une démarche, le désespoir muet d’une expression hagarde.

 

L’un des coins de l’avant-plan occupé par la nuque d’un personnage qui regarde au loin assigne à la subjectivité une force créatrice qui pour Tarr prend valeur de profession de foi. Loin de se répandre dans l’accoutumance d’une pratique stérile, le cinéaste cherche sans cesse à transgresser l’ordinaire par la représentation de l’inopinée. D’où peut-être l’importance des animaux dans son cinéma et qui balisent l’ensemble de Sátántangó (chien, vache, cochon…). Comme chez Bresson, l’animal se veut porteur d’une compréhension aigüe du monde. 

 

Satantango de Bela Tarr

Satantango de Bela Tarr

 

Sa marche mue par la volonté anarchique de l’instinct réfléchit le comportement de l’Homme dont Tarr se présente comme l’un des meilleurs conteurs contemporains. Assortie d’une instructive préface signée par Damien Marguet, maître de conférences en cinéma à l’Université Paris 8, cette édition Blu-ray vaut donc indéniablement le détour. Au-delà de la qualité propre au film, la restauration 4K supervisée par le réalisateur préserve la beauté granuleuse du négatif original et assure la réussite d’une expérience qui nous rappelle que le visuel a partie liée avec le sensoriel.

 

 

 

  • SATANTANGO (Le Tango de Satan)
  • Sortie : 16 septembre 2020
  • Format : Blu-ray et DVD
  • Version restaurée 4K
  • Réalisateur : Bélà Tarr
  • Avec : Mihaly Vig, Putyi Horvath, Miklos B. Székely, Erika Bok, Lazszlo Felugossy, Alfréd Jarai…
  • Scénario : Laszlo Krasznahorkai et Bélà Tarr, d’après le roman de Laszlo Krasznahorkai
  • Producteurs : György Fehér, Joachim Von Vietinghoff, et Ruth Waldburger
  • Photographie : Gabor Medvigy
  • Montage : Agnes Hrantizky (par ailleurs coréalisatrice du film)
  • Costumes : Janos Breckl, Gyula Pauer
  • Musique : Mihaly Vig
  • Distribution : Carlotta Films
  • Durée : 7 heures 30
  • Sortie initiale : 1994

 

Commentaires

A la Une

Denzel Washington et Rami Malek traquent Jared Leto dans le trailer d’Une affaire de détails

Le thriller Une affaire de détails écrit et réalisé par John Lee Hancock met en scène Denzel Washington en flic… Lire la suite >>

Godzilla vs Kong : les titans s’affrontent dans un trailer colossal

Les deux plus célèbres monstres géants du cinéma se rencontrent enfin et sont prêts à en découdre ! Une bande-annonce de… Lire la suite >>

Lessons of Chemistry : Brie Larson, star et productrice de la série pour Apple TV

L’actrice américaine oscarisée de 31 ans fera partie du prochain projet d’Apple TV+ intitulé Lessons of Chemistry, qu’elle produira également…. Lire la suite >>

The First Lady : Michelle Pfeiffer incarnera Betty Ford et rejoint Viola Davis dans la série

La star hollyoodienne incarnera Betty Ford dans The First Lady, la nouvelle série d’anthologie de Showtime. Elle rejoint Viola Davis… Lire la suite >>

Christopher Nolan en passe de tourner le dos à la Warner

Le réalisateur Christopher Nolan poursuit son combat pour protéger les salles de cinéma contre la politique des studios. Un engagement… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts