David Gulpilil, du contrechamp au plein cadre

Publié par Jacques Demange le 30 novembre 2021
David Gulpilil - Charlies Country

David Gulpilil – Charlie’s Country

Emporté à l’âge de 68 ans par un cancer du poumon ce 29 novembre 2021, l’acteur australien aborigène David Gulpilil laisse derrière lui une œuvre marquée par une ambition de reconnaissance et de légitimité. Deux désirs que ses différents rôles surent accomplir pleinement.

 

 

 

Pendant près de cinquante ans, David Gulpilil a incarné ce contrechamp que le cinéma australien peinait à aborder de front. Appartenant à la tribu Mandhalpuyngu, l’acteur grandit dans le bush et apprend à vivre selon les rites et traditions de son peuple. Sa connaissance des us et coutumes des aborigènes (de la chasse à la danse) seront mis à profit dans son premier film, La Randonnée (Nicolas Roeg, 1971), qui le représente en train d’exécuter un rite d’initiation dont les mystères sont progressivement révélés à un frère et une sœur blanches.

 

Après un second rôle dans l’excellent Mad Dog Morgan (Philippe Mora, 1976), fleuron de cet âge d’or du cinéma australien qui prend forme dans les années 1970, Gulpilil apparaît dans La Dernière Vague (Peter Weir, 1977), film engagé qui expose la fracture culturelle, sujette à de nombreuses erreurs de jugement, qui continue de hanter le continent océanique.

 

Faire découvrir l’Australie, toute l’Australie, et au monde entier, s’inscrira comme l’une des problématiques principales de sa carrière. En 1986, Crocodile Dundee (Peter Faiman) lui permet de faire connaître son visage au public international. Derrière le rôle-titre tenu par Paul Hogan, Gulpilil apparaît simplement comme la caution aborigène du film. Qu’importe, ce succès lui permettra de devenir une icône culturelle, le principal représentant de son peuple dans un cinéma encore dominé par les clichés et les idées préconçues.

 

Ce statut se consolide à partir du début des années 2000. Après The Tracker (2002), l’acteur retrouve le réalisateur Rolf de Heer pour interpréter la voix du narrateur de 10 canoës, 150 lances et 3 épouses, vaste fresque cinématographique consacrée aux légendes aborigènes. Toujours sous la conduite de Rolf de Heer, Gulpilil atteint la consécration artistique avec Charlie’s Country (2014) qui lui vaut le Prix du meilleur acteur au Festival de Cannes dans la section « Un certain regard ».

 

Aussi belle que les scénarios de ses meilleurs films, l’histoire de Gulpilil se devait d’être racontée à l’écran. En 2002, la série documentaire Gulpilil : One Red Blood (Darlene Johnson) revenait ainsi sur la place occupée par l’acteur au sein de l’industrie cinématographique, tentative que prolonge le récent My Name is Gulpilil (2021) de Molly Reynolds qui, à la manière du Nick’s Movie (1980) de Wim Wenders, se présente comme une œuvre testamentaire qui raconte la lutte de l’acteur contre son cancer du poumon, une ultime interprétation qu’on espère pouvoir découvrir un jour en France.

 

 

 

Commentaires

A la Une

Megalopolis : Le tournage du prochain Coppola commence cet automne

Francis Ford Coppola a terminé le casting de Megalopolis, son drame épique qu’il va tourner cet automne en Géorgie.  … Lire la suite >>

Dune – The Sisterhood : Emily Watson et Shirley Henderson au casting de la série d’HBO Max

Emily Watson et Shirley Henderson seront les têtes d’affiche de la série Dune : The Sisterhood, un préquel de Dune… Lire la suite >>

Diane Kruger en Marlène Dietrich dans la série de Fatih Akin

En 2017, Diane Kruger remportait le prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes pour son rôle dans In the fade…. Lire la suite >>

Le Flic de Beverly Hills 4 : Kevin Bacon rejoint le casting du film Netflix

Le quatrième épisode de la fameuse saga policière prend forme doucement mais sûrement, avec l’arrivée de Kevin Bacon.    … Lire la suite >>

Le Cabinet de curiosités : Une bande-annonce pour la série d’anthologie horrifique de Netflix

Guillermo del Toro nous ouvre les portes de son cabinet de curiosités dans la bande-annonce de la nouvelle série d’horreur… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 AVATAR (REP 2022) 335 359 1 335 359
2 UNE BELLE COURSE 180 034 1 180 034
3 DON'T WORRY DARLING 151 272 1 151 272
4 LES ENFANTS DES AUTRES 142 402 1 142 402
5 KOMPROMAT 126 665 3 468 529
6 REVOIR PARIS 117 695 3 375 320
7 CHRONIQUE D'UNE LIAISON PASSAGERE 82 643 2 202 433
8 LE VISITEUR DU FUTUR 59 583 3 290 613
9 BULLET TRAIN 46 357 8 1 514 561
10 TAD L'EXPLORATEUR ET LA TABLE D'EMERAUDE 44 274 5 440 198

Source: CBO Box office

Nos Podcasts