Décès de David Prowse : de la difficulté d’être une image

Publié par Jacques Demange le 30 novembre 2020
David Prowse - Dark Vador - Star Wars

David Prowse – Dark Vador – Star Wars

Les fans de Star Wars pleurent la mort de celui qui incarna l’un des personnages les plus iconiques de la saga. Ce 28 novembre, à 85 ans, David Prowse tire en effet sa révérence et va rejoindre le ciel étoilé qui fit sa célébrité.

 

 

 

Equipe Star Wars - photomontage

Équipe Star Wars – photomontage

Fidèle à la réputation du supporting actor, le britannique David Prowse restera dans les esprits par les personnages, ou plutôt le personnage, qu’il incarna à l’écran. Masque de samouraï, cape de vampire et costume oscillant entre la cuirasse du chevalier et le circuit électronique du robot, Dark Vador se présente comme l’un des protagonistes les plus hétéroclites de l’Histoire du cinéma.

 

Cet aspect touche aux origines mêmes de son interprétation. Si Prowse fut bien celui qui se dissimula derrière le costume, la voix si singulière du personnage fut le fruit de l’interprétation de James Earl Jones (l’accent britannique de Prowse, jugé trop prononcé, risquait de desservir la caractérisation du personnage).

 

Reste que le côté obscure de la Force s’incarna d’abord par cette démarche marquée et cette stature imposante, expression d’une maîtrise physique qui renvoie à la première carrière d’haltérophile de l’acteur. Cette formation n’est pas sans rappeler celle d’un certain Schwarzenegger qui fit ses premiers pas au cinéma au moment où Prowse revêtait le costume qui marquerait le plus durablement sa carrière.

 

Avant Star Wars, l’acteur avait déjà une bonne expérience des tournages, notamment à la télévision où à partir des années 1960 il enchaîne les apparitions et les seconds rôles dans différentes séries (The Beverly Hillbillies ; Le Saint ; The Benny Hill Show ; Callan ; Doctor Who…). Si son physique musculeux l’impose naturellement à l’écran, celui-ci se présente tout autant comme une limite indépassable. Là où Schwarzenegger aura très tôt compris l’intérêt de jouer de son apparence pour faire évoluer son discours selon les décennies et les registres (du cinéma d’action à la comédie), Prowse dut accepter de n’être qu’une figure typée dont les apparitions à l’écran ne pouvait excéder une ou deux séquences au risque de nuire à la crédibilité générale du film.

 

De fait, les meilleures productions de sa carrière ne correspondent pas à ses rôles les plus mémorables. Figurant dans l’unique chef-d’œuvre de sa filmographie (Orange mécanique de Stanley Kubrick), Prowse doit accepter d’apparaître sous les traits du monstre de foire pour accéder au premier plan. Grimé en créature de Frankenstein à trois reprises (dont deux productions de la Hammer), il expose ses muscles huilés dans nombre de séries B et se prête facilement à l’atmosphère légère de la parodie (Casino Royale, 1967) ou de l’absurde (Jabberwocky, 1977).

 

S’il parvient à sortir de l’ombre, c’est paradoxalement grâce à son rôle de méchant masqué. Devenu un objet de culte pour les fans de Star Wars, Prowse apparaît dans différents documentaires consacrés à la saga ou au cinéma de science-fiction (Bring Back… Star wars en 2008 ; Greatest Sci-Fi Movies en 2015). Ces productions qui se présentent comme autant d’hommages rappellent l’importance de cet acteur qui ne réussit jamais à dépasser son statut d’image.

 

Commentaires

A la Une

Officier et Gentleman : Un remake en préparation avec Miles Teller en tête d’affiche

L’acteur de Whiplash et de Top Gun Maverick reprendra le rôle tenu par Richard Gere dans le film original des… Lire la suite >>

Possession : Robert Pattinson s’associe au réalisateur de Smile pour un remake

L’acteur Robert Pattinson et le réalisateur des deux films Smile, Parker Finn, ont pour projet un remake du classique des… Lire la suite >>

Rebecca Ferguson et Idris Elba au casting du nouveau film de Kathryn Bigelow

Après sept ans d’attente, le retour de la réalisatrice oscarisée Kathryn Bigelow n’a jamais été aussi proche. Elle devrait accueillir… Lire la suite >>

The Hexagonal Hive and a Mouse in a Maze : Tilda Swinton dévoile la bande-annonce de son premier documentaire

L’actrice oscarisée Tilda Swinton, reconnue pour son talent et sa polyvalence, va faire ses débuts derrière la caméra.    … Lire la suite >>

Johnny Depp incarnera Satan et rejoint Jeff Bridges en Dieu dans le prochain Terry Gilliam

Le réalisateur britannique, ex-membre des Monty Python, débutera en janvier le tournage de son prochain long-métrage, The Carnival at the End… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 UN P'TIT TRUC EN PLUS 705 465 7 7 321 013
2 BAD BOYS : RIDE OR DIE 257 710 2 637 833
3 LA PETITE VADROUILLE 116 924 2 277 085
4 LA PLANETE DES SINGES : LE NOUVEAU ROYAUME 95 622 6 2 297 722
5 FURIOSA : UNE SAGA MAD MAX 94 954 4 828 705
6 LES GUETTEURS 94 753 1 94 753
7 JULIETTE AU PRINTEMPS 69 183 1 69 183
8 HAIKYU !! LA GUERRE DES POUBELLES 64 242 1 64 242
9 BLUE & COMPAGNIE 59 387 6 1 118 575
10 LOVE LIES BLEEDING 37 146 1 37 146

Source: CBO Box office

Nos Podcasts