Série / The Shrink Next Door : critique

Publié par CineChronicle le 20 décembre 2021

Synopsis : Lorsque Marty Markowitz se rend chez le psychologue Isaac « Ike » Herschkopf, sur les conseils de sa sœur Phyllis, il ne s’attendait pas à aussi bien s’entendre avec lui. Ni à ce qu’il s’immisce dans chaque aspect de sa vie pendant près de 30 ans.

♥♥♥♥♥

 

The Shrink next door - affiche

The Shrink next door – affiche

Basé sur le podcast Wondery and Bloomberg, lui-même inspiré de faits réels, The Shrink Next Door s’avère ficelé d’une main de maître. Si les intentions du Dr. Ike sont connues depuis le début, grâce à des allers-retours entre le début de cette relation en 1982 et son point de rupture en 2010, cela n’enlève rien à l’indignation ressentie devant ses actions. Brillamment interprété par Paul Rudd, ce personnage se révèle d’une complexité étonnante et le spectateur est invité à dresser le portrait psychologique au fil des épisodes et des détails de son histoire. Scénarisée par Georgia Prichett (Veep, Succession), cette minisérie ne compte que deux metteurs en scène à son bord, Michael Showalter (Love, Dans les yeux de Tammy Faye) et Jesse Peretz (Nurse Jackie, Girls). Cette équipe réduite lui confère une unité dans sa réalisation appréciable, de sorte à fluidifier les huit épisodes qui parcourent les trois décennies de la relation entre ce duo de personnages. Issu d’une famille modeste, le Dr. Ike (Paul Rudd) aspire à une plus grande vie. La chance lui sourit quand son nouveau riche patient, Marty (Will Ferrell), se montre d’une docilité et d’une envie de plaire qui ne demande qu’à être satisfaite. Symbolisé, dans le générique, par une plante grimpante qui emprisonne et pourrit tout ce qu’elle touche, ce thérapeute se rend ainsi indispensable dans la vie de son patient et met bien vite le doigt sur ses problèmes. Le mal-être de Marty est si palpable que les conseils d’Ike nous paraissent utiles et nécessaires avant de comprendre sa perfidie. Le lien qui unit ces deux personnages en devient presque touchant s’il ne cachait pas toute cette manipulation à grande échelle.

 

Paul Rudd et Will Ferrell - The Shrink next door

Paul Rudd et Will Ferrell – The Shrink Next Door

 

Car aucun de ses clients ne guérit jamais vraiment mais développent, au contraire, une dépendance émotionnelle vis-à-vis de lui. Le talent d’analyse d’Ike, qu’il détourne dans le but d’obtenir ce qu’il désire, est d’autant plus frustrant qu’il se révèle être un bon psy, du moins s’il ne projetait pas ses peurs, insécurités et problèmes. Quand certains remarquent l’étrangeté de la situation, et osent l’exprimer, ils sont vite évincés par Ike, passant du sourire charmeur au regard inquiétant. Les autres, malgré leurs bonnes intentions, choisissent de fermer les yeux.

 

La performance de Will Ferrell, timide et réservé, attire très vite la sympathie. Elle est complémentaire à celle de son comparse et en opposition à ses précédents rôles loufoques. Ici, son personnage pourrait s’excuser de respirer tant il veut plaire. Quand la caméra se prend à l’avoir en premier plan, il n’est pas rare qu’Ike se trouve derrière lui, dans le flou, présent et envahissant. Mais si ce dernier l’oblige à prendre certaines responsabilités dans ses décisions, elles ne peuvent être entièrement induites à son psychologue. La descente aux enfers de ce trop gentil quadragénaire en devient plus étonnante par sa profondeur.

 

Paul Rudd et Will Ferrell - The Shrink Next Door

Will Ferrell et Paul Rudd – The Shrink Next Door

 

Entre humour noir et drame, The Shrink Next Door s’avère profondément humaine, donnant beaucoup de variation de gris sur le comportement des individus. Le casting des personnages secondaires est d’ailleurs remarquable. Casey Wilson (Happy Endings) joue à merveille l’épouse d’Ike désabusée tandis que Kathryn Han (WandaVision) excelle en exubérante sœur de Marty. Une série addictive à découvrir, particulièrement pour les performances à contre-courant de ses protagonistes.

 

Emilie Bollache

 

 

 

  • THE SHRINK NEXT DOOR
  • Diffusion : en intégralité depuis le 16 décembre 2021
  • Chaîne / Plateforme : Apple TV +
  • Création : Georgia Prichett
  • Réalisation : Michael Showalter et Jesse Peretz
  • Avec : Will Ferrell, Paul Rudd, Kathryn Hahn, Casey Wilson, Cornell Womack, Robin Bartlett, Gable Swanlund, Lee Bachrach, Sarayu Blue, Kesia Brooke, Bob Glouberman, Amir Talai, Richard Aaron Anderson, Lisa Rinna…
  • Scénario : Georgia Prichett, Sas Goldberg, Catherine Shepherd, Adam Countee, Ethan Kuperberg, Stuart Zicherman
  • Production : Jessica Elbaum, Will Ferrell, Hernan Lopez, Jordana Mollick, Joe Nocera, Georgia Prichett, Paul Rudd, Michael Showalter, Brittney Segal, Katie Boyce, Aaron Hart, Francesca Lewy, Marshall Lewy, Jared Sandberg
  • Durée : 8 épisodes de 40 à 50 minutes

 

Commentaires

A la Une

Officier et Gentleman : Un remake en préparation avec Miles Teller en tête d’affiche

L’acteur de Whiplash et de Top Gun Maverick reprendra le rôle tenu par Richard Gere dans le film original des… Lire la suite >>

Possession : Robert Pattinson s’associe au réalisateur de Smile pour un remake

L’acteur Robert Pattinson et le réalisateur des deux films Smile, Parker Finn, ont pour projet un remake du classique des… Lire la suite >>

Rebecca Ferguson et Idris Elba au casting du nouveau film de Kathryn Bigelow

Après sept ans d’attente, le retour de la réalisatrice oscarisée Kathryn Bigelow n’a jamais été aussi proche. Elle devrait accueillir… Lire la suite >>

The Hexagonal Hive and a Mouse in a Maze : Tilda Swinton dévoile la bande-annonce de son premier documentaire

L’actrice oscarisée Tilda Swinton, reconnue pour son talent et sa polyvalence, va faire ses débuts derrière la caméra.    … Lire la suite >>

Johnny Depp incarnera Satan et rejoint Jeff Bridges en Dieu dans le prochain Terry Gilliam

Le réalisateur britannique, ex-membre des Monty Python, débutera en janvier le tournage de son prochain long-métrage, The Carnival at the End… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 UN P'TIT TRUC EN PLUS 814 901 6 6 615 548
2 BAD BOYS : RIDE OR DIE 380 123 1 380 123
3 LA PETITE VADROUILLE 160 161 1 160 161
4 FURIOSA : UNE SAGA MAD MAX 129 139 3 733 751
5 LA PLANETE DES SINGES : LE NOUVEAU ROYAUME 124 678 5 2 202 100
6 BLUE & COMPAGNIE 73 907 5 1 059 188
7 ABIGAIL 40 364 2 121 026
8 LE DEUXIEME ACTE 36 950 4 455 689
9 MEMORY 28 125 2 86 758
10 MARCELLO MIO 23 269 3 162 548

Source: CBO Box office

Nos Podcasts