Série / The Boys (saison 3) : critique

Publié par CineChronicle le 8 août 2022

Synopsis : Ce fût une année calme. Le Protecteur est maîtrisé, Butcher travaille pour le gouvernement, supervisé par Hughie. Mais ces deux hommes ont hâte de transformer cette paix et cette tranquilité en sang et en os. Lorsque The Boys apprennent l’existence d’une arme mystérieuse capable de détruire un super, il s’en suit un chamboulement au sein des Sept, qui va conduire à une guerre et à la poursuite…

♥♥♥♥

 

The Boys saison 3 - affiche

The Boys saison 3 – affiche

Après deux saisons de luttes clandestines des Boys visant à mettre un terme aux exactions de Vought et de ses super-héros, la situation semble enfin s’être apaisée.À la fin de la seconde saison, la compagne nazie de Homelander est défaite, et celui-ci se voit forcé de se tenir à carreaux, en échange de la rétention d’informations compromettantes. De leur côté, Hughie et l’équipe de Butcher collaborent avec un tout nouvel organisme officiel chargé de réguler les dérives super-héroïques, mais dirigé par une super-héroïne infiltrée. La première radicalité de la série consiste à faire immédiatement sauter ce statu quo, en apparence idyllique, mais sous-tendu par des compromis jugés inadmissibles. Le succès du show tient en effet à son refus irrévérencieux des demi-mesures, que ce soit formellement (le gore grotesque, l’orgie du Herogasme) ou thématiquement (les scénaristes ne prennent jamais de gants pour traiter un sujet, même controversé). Si la formule repose, comme souvent, sur une majorité de dialogues filmés sommairement, ces séquences sont notamment entrecoupées de parodies d’émissions où la caméra et le montage s’épanouissent en exacerbant les travers de divers talk-show et télé-réalités américaines. La satire de The Apprentice, destinée à sélectionner le prochain membre des Sept, permet d’ailleurs un passage savoureux sur la tolérance à géométrie variable des producteurs : l’inclusivité est primordiale quand elle porte sur la communauté latino-américaine, mais économiquement risquée avec les femmes voilées.

 

The Boys saison 3

The Boys saison 3

 

Que ce soient l’expansion du complotisme, le mouvement Black Lives Matter, la récupération capitaliste des causes sociales ou le hashtag Release The Snyder Cut, la série se place toujours au plus près de l’actualité, avec plus ou moins de subtilité. Mais contrairement à la deuxième saison, qui atteignait un point Godwin à l’intérêt discutable avec le personnage de Stormfront, cette nouvelle fournée d’épisodes évite cette fois-ci de dénoncer dans le vent. Certains arcs narratifs trouvent même une justesse touchante, à commencer par l’engagement maladroit de A-Train pour son quartier.

 

Le principal trait distinctif de cette saison réside dans le personnage de Soldier Boy, sorte de Captain America sous stéroïde qui a lui aussi passé plusieurs décennies coupé du monde, décalage que le show exploite pour en faire un réactionnaire misogyne et homophobe. Sa quête de vengeance sert de prétexte à la visite de différents super-héros, chacun ayant une particularité visuellement féconde (un stream de cam-girl, un étalage de débauche, une visite des souvenirs de Butcher, et un dessin animé aussi naïf que merveilleux). En plus de leurs personnalités individuelles, l’origine de leur trahison permet un flash-back durant la guerre du Vietnam, occasion là aussi de s’ouvrir à de nouveaux horizons. Si aucune des séquences ne révolutionne la réalisation (seul le traitement de BlackNoir est vraiment accompli, là où Mindstorm et le Herogasme restent sous-exploités), elles offrent un second souffle rafraichissant qui se superpose à la critique sociale.

 

The Boys saison 3

The Boys saison 3

 

De manière surprenante, la plus grande réussite de cette troisième saison est sans doute contenue dans sa toute dernière scène. Si on n’en dévoilera pas le contenu, il faut observer qu’après 8 épisodes à poursuivre l’actualité, l’ultime minute est consacrée à son dépassement, dans une anticipation d’un cynisme glaçant, qui fait par ailleurs explicitement référence à une phrase prononcée par Donald Trump en janvier 2016, ce qui en décuple le réalisme et donc l’horreur. Finalement, le seul véritable point mort de la série est peut-être son canal de diffusion. Alors que le premier épisode de la saison condamne le confort d’un accord éthiquement discutable, la publication sur Prime Video (Amazon incarnant typiquement ce que le programme dénonce) a nécessairement quelque chose d’ironique. Ainsi, s’il serait exagéré de dire que The Boys retourne le système contre lui-même, au moins peut-on admettre qu’il en profite avec une indéniable habilité.

 

Joffrey Liagre

 

 

 

  • THE BOYS (saison 3)
  • Diffusion : du 3 juin au 8 juillet 2022
  • Chaîne / Plateforme : Amazon Prime Video
  • Créateur : Eric Kripke
  • Avec : Karl Urban, Jack Quaid, Laz Alonso, Tomer Kapon, Karen Fukuhara, Antony Starr, Erin Moriarty, Dominique McElligott, Jessie Usher, Chace Crawford, Giancarlo Esposito
  • Durée : 8 épisodes de 50 minutes

 

Commentaires

A la Une

Bones and All : Une bande-annonce pour le film de Luca Guadagnino avec Timothée Chalamet

Le prochain film du réalisateur de Call Me By Your Name, Bones and All, avec Timothée Chalamet, se dévoile dans… Lire la suite >>

Matrix : Un spectacle de danse adapté par le réalisateur Danny Boyle

Trois ans après son dernier film Yesterday et la réalisation de la série Pistols, Danny Boyle ne semble pas près… Lire la suite >>

Longing : Richard Gere à l’affiche du remake du film israélien

Le réalisateur israélien Savi Gabizon sera à la tête du remake de son propre film Longing, sorti en 2017, avec… Lire la suite >>

The Gray House : Kevin Costner et Morgan Freeman à la production d’une série d’espionnage

Les sociétés des productions de Kevin Costner et Morgan Freeman s’associent pour produire une série limitée d’espionnage avec des femmes… Lire la suite >>

Here : Tom Hanks, Paul Bettany et Robin Wright dans le prochain Robert Zemeckis

Alors que son adaptation en live action de Pinocchio est sortie sur Disney+ début septembre, son réalisateur Robert Zemeckis va… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 AVATAR (REP 2022) 335 359 1 335 359
2 UNE BELLE COURSE 180 034 1 180 034
3 DON'T WORRY DARLING 151 272 1 151 272
4 LES ENFANTS DES AUTRES 142 402 1 142 402
5 KOMPROMAT 126 665 3 468 529
6 REVOIR PARIS 117 695 3 375 320
7 CHRONIQUE D'UNE LIAISON PASSAGERE 82 643 2 202 433
8 LE VISITEUR DU FUTUR 59 583 3 290 613
9 BULLET TRAIN 46 357 8 1 514 561
10 TAD L'EXPLORATEUR ET LA TABLE D'EMERAUDE 44 274 5 440 198

Source: CBO Box office

Nos Podcasts