Synopsis : Dorothy Arzner commence sa carrière dans les années 20, avant l’arrivée du parlant. Sa filmographie est nourrie de personnages féminins marquants, des héroïnes atypiques et modernes, prêtes à tout pour échapper à leur prédestination. Ses films sont souvent des manifestes contre le mariage et la domination sexuelle des hommes.

♥♥♥♥

 

Dorothy Arzner - une pionniere a hollywood

Dorothy Arzner – une pionniere a hollywood

Parce qu’on n’arrêtera plus jamais de sortir de l’ombre les femmes qui ont fait l’Histoire, Dorothy Arzner fait partie de ces pionnières du cinéma, telle Alice Guy, dont on n’entend jamais parler. Clara et Julia Kuperberg, alias les sœurs d’Hollywood, spécialisées dans l’âge d’or du cinéma américain, dressent le portrait de nombreuses figures légendaires du septième art. Elles se focalisent cette fois sur cette réalisatrice en avance sur son temps, pour son homosexualité assumée et sa manière de représenter les femmes dans ses films. Au travers d’images d’archives, de témoignages et d’extraits de films, Dorothy Arzner – Une pionnière à Hollywood met en lumière une femme ambitieuse qui n’hésite pas à aller au-delà des conventions pour atteindre ses objectifs dans une industrie où tout est régi par des hommes. On y apprend que Dorothy Arzner a fait ses premiers pas à la Paramount Pictures, d’abord en rédigeant des scénarios puis en tant que monteuse. Dans les années vingt, le cinéma, industrie naissante, n’est pas encore une activité professionnelle extrêmement valorisante et les femmes y sont donc souvent embauchées. Pour être monteur, il fallait être habile de ses mains, qualité attribuée aux femmes pour leur aptitude à exercer des activités manuelles comme la couture. Via trois intervenants, Tony Maietta, historien du cinéma, Shelley Stamp, professeure de cinéma, et Francis Ford Coppola lui-même, ancien élève de la réalisatrice, le documentaire retrace la vie de la cinéaste depuis son enfance jusqu’à la fin de sa carrière à Hollywood. Après une année brillante et très prolifique en tant que monteuse, Doroty Arzner décide de quitter la Paramount et se lance dans la réalisation. C’est alors la seule femme à passer derrière la caméra dans le Hollywood des années vingt, réalisant seize films dont Dance, Girl, Dance, devenu le plus connu de sa filmographie.

 

Discours de Maureen O hara - Dance Girl, Dance de Dorothy Arzner

Discours de Maureen O’Hara – Dance Girl, Dance de Dorothy Arzner

 

On (re)découvre ici l’importance de la place que cette réalisatrice occupe dans l’histoire du cinéma. Elle devient une figure inspirante et moderne qui force le respect. Les extraits de ses films choisis illustrent un féminisme avant-gardiste, une volonté de faire valoir une communauté féminine en voie d’émancipation. Bien que les codes du cinéma de cette époque soient strictes et nécessitent presque toujours une finalité heureuse entre un homme et une femme, Dorothy Arzner intègre dans ses films des personnages féminins indépendants, célibataires, qui mettent en avant leurs désirs ou exercent des métiers masculins. À travers ses personnages, elle ose s’opposer au point de vue masculin sur les femmes. Un extrait du monologue de Maureen O’Hara dans Dance Girl, Dance, illustre parfaitement ce propos. Sur scène, la ballerine prononce avec audace un discours féministe contre un public d’hommes venus voir des danseuses en petites tenues.

 

Le nom de Dorothy Arzner doit aussi être retenu pour son ingéniosité qui a valu l’invention du micro-perche. Le cinéma parlant venait tout juste de faire son apparition et se confrontait déjà à quelques problématiques. C’est en cherchant à mettre à l’aise son actrice Clara Bow, qu’elle a tout simplement positionné un micro au bout d’une canne à pêche, lui permettant ainsi de se mouvoir à sa guise sur le plateau, tout en restant audible. Si la forme du documentaire reste toujours un peu conventionnelle, les sœurs Kuperberg mettent la priorité sur la volonté d’informer avant tout le monde de l’existence d’un personnage fondamental dans le paysage cinématographique. Portrait d’une personnalité féminine talentueuse et engagée, Dorothy Arzner – Une pionnière à Hollywood, trouve toute son importance dans les combats féministes d’hier et d’aujourd’hui.

 

Eugénie Le Quillec

 

 

 

  • DOROTHY ARZNER – UNE PIONNIÈRE À HOLLYWOOD
  • Diffusion : 12 novembre 2023
  • Chaîne / Plateforme : OCS Géants
  • Le film est également présenté en sélection officielle au Festival Lumière le 17 octobre 203
  • Réalisation, Scénario et Montage : Clara et Julia Kuperberg
  • Avec : Tony Maietta, Shelley Stamp, Francis Ford Coppola…
  • Production :  Martine Melloul
  • Musique : MYMA
  • Durée : 53 minutes

Commentaires

A la Une

Bugonia : Yorgos Lanthimos, Emma Stone et Jesse Plemons de nouveau réunis

Le trio, actuellement en France pour la promotion de Kinds of Kindness, en compétition au 77e du festival de Cannes,… Lire la suite >>

The Ploughmen : Ed Harris va réaliser un film noir avec Owen Teague, Nick Nolte et Bill Murray

L’acteur et réalisateur adaptera le roman de Kim Zupan, avec Owen Teague, Nick Nolte et Bill Murray devant la caméra,… Lire la suite >>

Les Linceuls : Premier teaser pour le nouveau cauchemar de David Cronenberg

Présenté en compétition au festival de Cannes, le film met en scène Vincent Cassel et Diane Kruger dans un étrange… Lire la suite >>

Kathryn Bigelow s’associe à Netflix pour son prochain long-métrage

Les équipes de Netflix ont confirmé cette semaine lors de leur présentation aux annonceurs que la réalisatrice Kathryn Bigelow travaillait… Lire la suite >>

Barbarella : Edgar Wright en discussion pour réaliser le remake

Le réalisateur de Last Night in Soho, Baby Driver et Shaun of the Dead pourrait diriger cette nouvelle version, avec… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 UN P'TIT TRUC EN PLUS 992 121 2 2 123 462
2 LA PLANETE DES SINGES : LE NOUVEAU ROYAUME 932 730 1 932 730
3 BLUE & COMPAGNIE 453 213 1 453 213
4 BACK TO BLACK 167 304 3 845 618
5 THE FALL GUY 134 327 2 446 327
6 FRERES 89 343 3 503 190
7 N'AVOUE JAMAIS 73 326 3 465 729
8 LE TABLEAU VOLE 68 011 2 204 739
9 LES CARTES DU MAL 67 644 2 135 288
10 CHALLENGERS 64 487 3 379 920

Source: CBO Box office

Nos Podcasts