Le Cercle des Neiges de Juan Antonio Bayona : critique

Publié par CineChronicle le 15 janvier 2024

Synopsis : Octobre 1972, le vol Fuerza Aérea Uruguaya 571, qui faisait la liaison entre Montevideo, en Uruguay et Santiago au Chili, s’écrase en pleine cordillère des Andes avec à son bord 45 passagers. Les survivants du crash vont alors devoir survivre dans l’un des environnements les plus hostiles au monde et repousser leurs limites. 

 

♥♥♥♥

 

Le Cercle des neiges - Affiche

Le Cercle des neiges – Affiche

« Il s’agit du film le plus fidèle sur notre expérience. » Tels sont les mots de Nando Parrado, l’un des seize survivants du crash du vol Fuerza Aérea Uruguaya 571 à propos du dernier long-métrage du réalisateur espagnol Juan Antonio Bayona. Cette phrase résume parfaitement la vision du metteur en scène et la direction qu’il a voulu donner au projet sur lequel il a travaillé pendant dix ans. Une équipe uruguayenne de rugby et leurs proches décident de rallier le Chili afin d’y jouer un match. Mais leur voyage s’arrête brusquement lorsque leur avion se crash au milieu de la chaîne de montagnes de la cordillère des Andes, à 3 500 mètres d’altitude. Le récit nous plonge au cœur de ce milieu hostile, où vont survivre pendant plus de deux mois les rescapés. Entre le froid, les intempéries, les blessures, l’isolement, et surtout le manque de nourriture, les personnages vont se résoudre à l’anthropophagie pour ne pas périr. Cette histoire a déjà eu le droit à une première adaptation en 1993 avec Les Survivants (Alive) de Frank Marshall. Ici, Bayona décide d’adapter le livre de Pablo Vierci, La sociedad de la nueve, paru en 2009, qui l’a fortement marqué par sa dimension humaine et le respect accordé à ceux qui ne sont jamais revenus. Cinq ans après Jurassic World: Fallen Kingdom, il signe ainsi son retour avec un film plus intimiste. Mais le réalisateur de L’Orphelinat n’en est pas à son coup d’essai en matière de survival. En 2012, il réalisait The Impossible, retraçant la dramatique expérience d’une famille lors du tsunami de 2004. Il nous livre ici 2 h 30 d’une aventure humaine émouvante et touchante de réalisme.

 

Le Cercle des neiges de Juan Antonio Bayona - Credit Netflix

Le Cercle des neiges de Juan Antonio Bayona – Crédit Netflix

 

Lui et ses équipes ont consacré plus de cents heures à interviewer les survivants, leurs familles et leurs proches, cherchant à recueillir le maximum de détails et ainsi, se rapprocher le plus possible de la réalité. Le travail de reconstitution est impressionnant. Que ce soit les décors, les costumes ou les comédiens, pour la plupart des visages inconnus du public, tout est fait pour pousser l’authenticité à son paroxysme.

 

La photographie de Pedro Luque (Don’t Breathe) ajoute également une dimension documentaire, qui renforce l’impact visuel. La mise en scène de Juan Antonio Bayona déborde d’idées et reste totalement au service de son propos, nous invitant à faire partie intégrante du récit. Sa caméra nous immerge dans les évènements et nous fait ressentir les émotions que traversent nos héros. Le réalisateur joue brillamment avec les ordres de grandeur : plans larges à l’extérieur, plans serrés quasi-claustrophobes dans l’avion, scènes marquantes dont le crash brutal.

 

Le Cercle des neiges de Juan Antonio Bayona - Credit Netflix

Le Cercle des neiges de Juan Antonio Bayona – Crédit Netflix

 

Outre l’aspect technique, le film explore aussi en profondeur la dimension humaine, philosophique et religieuse. Les dialogues incitent à la réflexion, nous amenant à comprendre les motivations et l’évolution des personnages. Exit tout sensationnalisme sur le cannibalisme. Ces scènes servent plutôt à susciter une réflexion profonde sur la condition humaine dans des situations extrêmes. Si on peut reprocher au film de nous perdre parfois avec un nombre conséquent de personnages, Juan Antonio Bayona réussit son pari. Le Cercle des Neiges dépasse son cadre de la simple reconstitution et explore les aspects les plus profonds de l’humanité, tout en offrant une expérience cinématographique immersive, puissante et mémorable.

 

Florian Rouaud

 

 

 

  • LE CERCLE DES NEIGES (La sociedad de la nieve)
  • Sortie : depuis le 4 janvier 2024
  • Chaîne / Plateforme : Netflix
  • Réalisation : Juan Antonio Bayona
  • Avec : Enzo Vogrincic, Augustín Pardella, Matías Recalt, Esteban Bigliardi, Diego Vegezzi, Fernando Contigiani García, Esteban Kukuriczka, Francisco Romero, Rafael Federman, Valentino Alonso, Tomás Wolf, Augustín Della Corte, Felipe González Otaño, Andy Pruss, Blas Polidori
  • Scénario : Juan Antonio Bayona, Bernat Vilaplana, Jaime Marques Olearraga, Nicolás Casariego Córdoba, d’après le livre La sociedad de la nueve de Pablo Vierci
  • Production : Juan Antonio Bayona, Belén Atienza, Sandra Hermida
  • Photographie : Pedro Luque 
  • Montage : Andrés Gil, Jaume Martí
  • Décors : Alain Bainée
  • Costumes : Julio Suárez 
  • Musique : Michael Giacchino
  • Durée : 2 h 24

 

Commentaires

A la Une

César 2024 : Anatomie d’une Chute rafle la mise avec six récompenses

L’Olympia accueillait la 49e Cérémonie des César ce vendredi 23 février. Si les récompenses n’ont pas créé de grandes surprises,… Lire la suite >>

Micheline Presle, star de Falbalas et du Diable au Corps, s’éteint à 101 ans

La doyenne du cinéma français, qui a partagé l’affiche avec les plus grands de l’époque comme Paul Newman et Erroll Flynn, nous a quittés ce 21 février.

Jurassic World 4 : Gareth Edwards en pourparlers pour réaliser le prochain volet

Après le départ de David Leitch, c’est Gareth Edwards, réalisateur de Rogue One, qui serait envisagé par Universal pour reprendre les rênes de l’univers Jurassic Park.

American Nails : Abel Ferrara prépare un film de gangsters moderne avec Asia Argento et Willem Dafoe

Abel Ferrara, réalisateur de Bad Lieutenant et de The King of New York prépare une histoire de gangsters moderne située en Italie, avec Asia Argento et Willem Defoe dans les rôles principaux.

Christopher Nolan aimerait réaliser un film d’horreur

À l’occasion d’un entretien avec la British Film Institute de Londres, Christopher Nolan, réalisateur d’Oppenheimer, de la trilogie The Dark Knight…

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BOB MARLEY : ONE LOVE 772 865 1 772 865
2 MAISON DE RETRAITE 2 526 067 1 526 067
3 COCORICO 383 132 2 967 838
4 CHIEN & CHAT 314 952 1 314 952
5 MADAME WEB 207 894 1 207 894
6 LE DERNIER JAGUAR 177 731 2 400 111
7 LA ZONE D'INTERET 130 142 3 535 450
8 DAAAAAALI ! 116 376 2 325 922
9 TOUT SAUF TOI 112 338 4 451 874
10 SANS JAMAIS NOUS CONNAITRE 74 540 1 74 540

Source: CBO Box office

Nos Podcasts