May December de Todd Haynes : critique

Publié par CineChronicle le 1 février 2024

Synopsis : Pour préparer son nouveau rôle, une actrice célèbre vient rencontrer celle qu’elle va incarner à l’écran, dont la vie sentimentale a enflammé la presse à scandale américaine et passionné le pays 20 ans plus tôt.

 

♥♥♥♥♥

 

May December - Affiche

May December – Affiche

Présenté au dernier festival de Cannes, le nouveau film de Todd Haynes, May December, dont le titre vient d’une expression anglo-saxonne marquant la différence d’âge dans un couple, s’inspire d’un véritable fait divers qui a eu lieu aux États-Unis dans les années 1990. Mary Kay Letourneau, 34 ans, professeure de mathématiques, a été condamnée pour avoir eu des relations sexuelles avec un de ses élèves, âgé de 12 ans. Si le contexte ici est différent, le sujet reste le même. Gracie (Julianne Moore), 36 ans, et Joe (Charles Melton), 13 ans, sont surpris en pleine relation intime dans l’animalerie où ils travaillent. L’histoire prend place vingt ans après cet évènement. Gracie est sortie de prison, elle s’est mariée avec Joe et ensemble, ils ont eu trois enfants. La vie du couple est chamboulée par le futur départ à l’université des deux derniers enfants, mais surtout par l’arrivée d’Elizabeth (Natalie Portman), une actrice qui se prépare à incarner Gracie à l’écran et qui vient la rencontrer chez elle. Todd Haynes et sa scénariste Samy Burch, dont le scénario a reçu une nomination aux Oscars 2024, traitent ce scandale d’apparence superficiel an abordant des sujets plus graves à travers une comédie noire, pleine d’ironie et nourrie de faux-semblants. À commencer par ceux d’Elizabeth. Elle se présente dans une démarche saine et bienveillante, mais va petit à petit s’immiscer dans cette famille sous prétexte d’authenticité et de crédibilité. Sa recherche de vérité la pousse à agir de manière intrusive avec des questions susceptibles de briser les certitudes du couple et les non-dits entourant cette relation.

 

Natalie Portman et Julianne Moore - May December

Natalie Portman et Julianne Moore – May December

 

Ensuite viennent ceux de Gracie, qui vit dans l’illusion d’un couple parfait et idyllique, sans accepter le détournement de mineur dont elle s’est rendu coupable sous couvert d’un amour sincère. Et enfin, ceux du film lui-même, qui fait place à une mise en scène simple mais efficace pour jouer avec les attentes et les préjugés du spectateur. Todd Haynes, qui décrit son œuvre comme “un mélodrame d’horreur”, nous plonge dans cette ambiance pesante et angoissante, vieillissant l’image caméra avec un filtre granulé qui rappelle les documentaires criminels. Le réalisateur utilise de manière répétitive une musique angoissante et abuse volontairement de zooms sur les personnages. Comme Elizabeth, le public fait face à sa soif d’en savoir plus et sur un voyeurisme malsain. 

 

Le film n’épargne pas ces deux femmes, manipulatrices et cruelles à leurs niveaux. Haynes les met en parallèle, bien distinctes l’une de l’autre. Et par des jeux de mimétisme, toutes deux finissent par se ressembler. L’utilisation des miroirs traduit ce duel constant. Elles se regardent elles-mêmes, regardent l’autre en même temps, se jugent, se jaugent. En ce sens, Natalie Portman et Julianne Moore prennent du plaisir à se jouer de leurs personnages respectifs. 

 

Charles Melton - May December

Charles Melton – May December

 

Mais le véritable cœur émotionnel de May December est Joe, dont l’interprétation touchante de Charles Melton (Riverdale) révèle toute la complexité et les troubles de ce jeune trentenaire. Il est dépassé par les événements et à la recherche de sens à sa vie, dont l’enfance et l’innocence ont été volé par une adulte. À l’image des papillons dont il s’occupe, il rêve d’émancipation et de voler de ses propres ailes, loin de cette femme qui contrôle sa vie depuis son adolescence. Si la narration nous laisse parfois en suspens, laissant libre cours à l’interprétation, Todd Haynes nous touche par la simplicité de cette œuvre, jouant avec l’humour et l’ironie des situations pour faire passer des messages. 

 

Florian Rouaud

 

 

 

  • MAY DECEMBER
  • Sortie : 24 janvier 2024
  • Réalisation : Todd Haynes
  • Avec : Natalie Portman, Julianne Moore, Charles Melton, Cory Michael Smith, Elizabeth Yu, Gabriel Chung, Piper Curda, Donald Warren Moffett, Lawrence Arancio, Jocelyn Shelfo, Zachary Branch, Drew Scheid, Andrea Frankle, Hans Obma, Kelvin Han Yee
  • Scénario : Samy Burch
  • Production : Natalie Portman, Sophie Mas, Christine Vachon, Pamela Koffler, Grant S. Johnson, Tyler W. Konney, Jessica Elbaum, Will Ferrell
  • Photographie : Christopher Blauvelt
  • Montage : Affonso Gonçalves
  • Décors : Jess Royal
  • Costumes : April Napier
  • Musique : Marcelo Zarvos
  • Distribution : ARP Selection
  • Durée : 1 h 57

 

Commentaires

A la Une

Officier et Gentleman : Un remake en préparation avec Miles Teller en tête d’affiche

L’acteur de Whiplash et de Top Gun Maverick reprendra le rôle tenu par Richard Gere dans le film original des… Lire la suite >>

Possession : Robert Pattinson s’associe au réalisateur de Smile pour un remake

L’acteur Robert Pattinson et le réalisateur des deux films Smile, Parker Finn, ont pour projet un remake du classique des… Lire la suite >>

Rebecca Ferguson et Idris Elba au casting du nouveau film de Kathryn Bigelow

Après sept ans d’attente, le retour de la réalisatrice oscarisée Kathryn Bigelow n’a jamais été aussi proche. Elle devrait accueillir… Lire la suite >>

The Hexagonal Hive and a Mouse in a Maze : Tilda Swinton dévoile la bande-annonce de son premier documentaire

L’actrice oscarisée Tilda Swinton, reconnue pour son talent et sa polyvalence, va faire ses débuts derrière la caméra.    … Lire la suite >>

Johnny Depp incarnera Satan et rejoint Jeff Bridges en Dieu dans le prochain Terry Gilliam

Le réalisateur britannique, ex-membre des Monty Python, débutera en janvier le tournage de son prochain long-métrage, The Carnival at the End… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 UN P'TIT TRUC EN PLUS 705 465 7 7 321 013
2 BAD BOYS : RIDE OR DIE 257 710 2 637 833
3 LA PETITE VADROUILLE 116 924 2 277 085
4 LA PLANETE DES SINGES : LE NOUVEAU ROYAUME 95 622 6 2 297 722
5 FURIOSA : UNE SAGA MAD MAX 94 954 4 828 705
6 LES GUETTEURS 94 753 1 94 753
7 JULIETTE AU PRINTEMPS 69 183 1 69 183
8 HAIKYU !! LA GUERRE DES POUBELLES 64 242 1 64 242
9 BLUE & COMPAGNIE 59 387 6 1 118 575
10 LOVE LIES BLEEDING 37 146 1 37 146

Source: CBO Box office

Nos Podcasts