Synopsis : À seulement 24 ans, Tom Duquesnoy est l’un des combattants de MMA les plus prometteurs de sa génération. Depuis 4 ans maintenant, le môme, surnommé « Firekid » s’est exilé de son Nord natal pour le Nouveau Mexique aux Etats-Unis, patrie de cette discipline sportive. C’est à la mythique Jackson Wink Academy d’Albuquerque que le frenchy s’entraîne désormais quotidiennement pour réussir. Une vie d’athlète rythmée par les restrictions et le dépassement de soi.

♥♥♥♥

 

Firekid - affiche

Firekid – affiche

Depuis le 16 mars, Firekid est disponible sur Studio+, l’application créée par Vivendi voici deux ans et qui a fait le pari de produire des séries courtes à destination des millenials. Les trois réalisateurs, Laurent Sardi, Matthias Negrello et Alexandre Soullier, proposent une plongée intime dans le quotidien et la préparation de Tom Duquesnoy, champion français de MMA (Arts Martiaux Mixtes), une discipline dont les compétitions officielles sont encore interdites en France. Puisqu’il ne peut être professionnel dans son propre pays, Tom a choisi de s’entraîner avec succès aux États-Unis, car le jeune homme ambitionne de combattre sous la bannière de l’UFC, la plus importante ligue mondiale. Firekid, c’est donc huit épisodes -comme autant de face de l’Octogone, la cage de combat du MMA- de neuf minutes, narrés par Nicolas Duvauchelle, un passionné de Boxe Thaï. Après un premier épisode ultra dense en informations où peu de place est laissée au silence de séquences qui auraient pu parler d’elles-mêmes, la série trouve peu à peu son rythme. Il faut dire que le format du documentaire très court est un défi auquel s’ajoute celui d’informer en intéressant un public qui n’est peut-être pas averti. Une visée atteinte au final par un commentaire et un ensemble didactiques. On en apprend beaucoup sur une discipline pétrie des mêmes valeurs sportives que les autres sports et qui demeure pourtant sous-estimée dans l’Hexagone. De même, on se prend réellement d’empathie pour le champion Duquesnoy, « gladiateur des temps modernes » dont on pourrait imaginer le quotidien épique alors qu’on le découvre finalement réglé comme du papier à musique. Dès le départ, l’objectif du protagoniste est clair, gagner le combat qui le mènera à intégrer les rangs de l’UFC. Le décompte affiché durant les épisodes ajoute une pression addictive ainsi qu’un certain suspense. Dans la forme, l’image est soignée mais l’utilisation du flou et le point souvent changeant dans le même plan peuvent parfois désorienter.

 

Firekid

Firekid

 

Cependant, tous les ingrédients des meilleurs films de genre sont réunis et permettent l’immersion. Un jeune homme du nord –il est originaire du Pas-de-Calais– poursuit ardemment son rêve de devenir un champion UFC et s’exile pour se faire à l’international où il gagne peu à peu ses galons en même temps que le respect de ses pairs au sein de l’Académie Jackson Wink d’Albuquerque.

 

Firekid, c’est alors l’itinéraire d’un enfant doué, qui avoue sans gêne aucune qu’il doit tout à Duquesnoy père « le secret de son succès », qui l’accompagne encore dans tous ses déplacements. Les instants d’entretiens avec le père comptent parmi les plus émouvants, tout comme le moment où celui-ci n’est plus autorisé à rester près de la cage et éponger le visage de son fils durant les combats. Pour épauler l’athlète dans son ascension, l’entourage apparaît comme la clé d’un sport individuel. Sacrifice, dépassement de soi, abnégation, autant de thèmes universels qui trouvent écho en chacun de nous.

 

Tom Duquesnoy apparaît humble et docile aux privations qu’il subit, en combat perpétuel avec son plus grand adversaire : lui-même. Pour exemple, l’épisode sur le Cutting –le régime extrême des combattants quelques jours avant la pesée officielle- ou celui intitulé Le Jour d’Après, qui traite du blues de l’après-combat et offre une dimension plus psychologique, une fois le but atteint. Firekid ne traite pas tant du MMA –bien que ce documentaire fait office de restitution- que de ce qu’il faut donner physiquement et moralement pour atteindre le sommet de son art dans un « management de son capital pour en tirer le meilleur ». Une nouvelle sortie réussie pour Studio+ qui a diffusé les épisodes la veille d’un combat qui opposait Tom Duquesnoy à l’Américain Terrion Ware à Londres, ce 17 mars dernier.

 

 

 

  • FIREKID
  • Diffusion : depuis le 16 mars 2018
  • Chaîne / Plateforme : Studio +
  • Créateur(s) : Laurent Sardi, Matthias Negrelleo, Alexandre Soulier
  • Avec : Tom Duquesnoy, Nicolas Duvauchelle, Bourama Traore, Greg Jackson…
  • Durée : 8 épisodes de 9 minutes


Commentaires

A la Une

Timothée Chalamet en pourparlers pour Dune de Denis Villeneuve

Le jeune franco-américain Timothée Chalamet, qui fut nommé pour l’Oscar du meilleur acteur pour sa performance dans Call Me By… Lire la suite >>

Burning Secret : le scénario de Stanley Kubrick retrouvé

Un script, intitulé Burning Secret et co-écrit par Stanley Kubrick, a été retrouvé par un universitaire britannique qui menait des… Lire la suite >>

Juliette Binoche et Ethan Hawke chez Hirokazu Kore-eda pour La Vérité

Juliette Binoche, Ethan Hawke, Catherine Deneuve et Ludivine Sagnier rejoignent le casting de La Vérité réalisé par Hirokazu Kore-eda.  … Lire la suite >>

Une bande annonce pour Mary Queen of Scots

Focus Features a récemment dévoilé une bande-annonce de Mary Queen of Scots, film d’époque et première réalisation de la britannique… Lire la suite >>

Mémoire du Cinéma : Il était une fois dans l’Ouest de Sergio Leone 

Il était une fois dans l’Ouest se dévoilait dans les salles obscures italiennes il y a cinquante ans. ‘Mémoires du Cinéma’ retrace… Lire la suite >>

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LES INDESTRUCTIBLES 2 1 840 492 1 1 840 492
2 AMERICAN NIGHTMARE 4 : LES ORIGINES 408 706 1 408 706
3 JURASSIC WORLD : FALLEN KINGDOM 252 832 5 3 100 472
4 TAMARA VOL. 2 211 737 1 211 737
5 SANS UN BRUIT 116 779 3 566 454
6 OCEAN'S 8 101 992 4 790 349
7 AU POSTE ! 95 929 1 95 929
8 A LA DERIVE 91 395 1 91 395
9 LE DOUDOU 69 685 3 355 004
10 SICARIO LA GUERRE DES CARTELS 68 225 2 202 081

Source: CBO Box office