Les aventures du célèbre Albator, corsaire de l’espace, qui s’oppose au nouvel ordre et combat la Coalition Gaia à bord de son navire, l’Arcadia.

 

♥♥♥♥

 

Albator Corsaire de l'Espace afficheCertains personnages marquent parfois toute une génération voire plusieurs. Et parmi ceux créés par les talentueux artistes japonais, certains sont mêmes incontournables. Il s’agit ici non pas de Goldorak mais du Capitaine Harlock, plus connu en France sous le nom d’Albator. Cette oeuvre maîtresse de Leiji Matsumoto a connu une flopée d’adaptations sous différentes formes (mangas, films d’animation, séries animées et OAV) qui ont ainsi créé une véritable mythologie autour de ce célèbre corsaire de l’espace. Mais en France, il sera découvert dans deux séries diffusées à quatre ans d’écart, Albator 78 (Albator, le Corsaire de l’Espace) et Albator 84. Si cette dernière, a été conçue après Albator 78, elle relate cependant des événements se déroulant avant. On a donc deux écoles : ceux qui ont découvert d’abord les inoubliables Sylvidres et ceux avec les moins mémorables humanoïdes. Les différences entre les deux sont assez importantes, notamment par la composition musicale nettement plus inspirée dans la version 78, avec des morceaux d’anthologie, comme le thème utilisé pour les combats spatiaux. Aussi, lorsqu’il est question d’une nouvelle adaptation pour le cinéma, les générations de fans, biberonnées dans leur jeunesse par ce personnage qu’ils n’ont pas oublié, se montrent sensiblement intéressés par le projet. Après une rumeur évoquant la possibilité d’un film avec des acteurs en chair et en os, le studio de production Toei Animation opte pour une œuvre d’animation en 3D utilisant les techniques les plus modernes pour donner un rendu extrêmement réaliste. La réalisation est confiée à Shinji Aramaki (bien connu en France pour Bubblegum Crisis et Appleseed) et le scénario à Harutoshi Fukui en collaboration avec Kiyoto Takeuchi. Si le projet est enthousiasmant, il est aussi teinté d’une certaine appréhension puisqu’une précédente adaptation d’une œuvre de Leiji Matsumoto, Space Battleship Yamato, avait été moyennement appréciée.

 

ALBATOR

 

Albator, Corsaire de l’Espace de 2013 se veut donc un reboot avec l’ambition de créer une nouvelle mythologie autour du personnage en tentant de lui rester fidèle et de lui donner une incarnation moderne. L’objectif est de séduire les nouvelles générations de spectateurs occidentaux et de produire un film qui peut rivaliser avec les grandes productions hollywoodiennes. Le personnage d’Albator apparaît donc beaucoup plus sombre et plus tourmenté, pour des raisons qui seront dévoilées au fil du récit. Si visuellement cette version est absolument magnifique, elle accumule aussi malheureusement de nombreux défauts qui ternissent grandement l’expérience qu’elle nous offre. Tout d’abord signalons que si le film s’appelle Abaltor, le corsaire n’en est pourtant pas le personnage principal. Ce dernier se nomme Yama, un agent de la Coalition de Gaia, infiltré à bord de l’Arcadia pour assassiner son capitaine. Après une première demi-heure plutôt convaincante et une première scène de combat spatial parfaitement maîtrisée, le film se noie dans un scénario pour le moins alambiqué et pas toujours très clair. Les protagonistes tentent d’expliquer une histoire complexe et l’œuvre se fait très bavarde, avec des révélations qui laissent parfois perplexe. A force de retournements, les motivations des personnages se perdent en conjecture. Les personnages sont d’ailleurs l’un des gros problèmes puisqu’ils ne suscitent qu’une certaine indifférence. De même, certains rebondissements et certaines situations paraissent assez absurdes.

 

Albator

 

Autre défaut et pas des moindres, les combats. Ceux-ci se limitent souvent à un étalage de centaines de vaisseaux de la coalition Gaia se contentant de tirer de jolis rayons bleus sur l’Arcadia pendant que ce dernier passe en force avant que les capitaines adverses se rendent compte que ce n’est qu’un hologramme. Nous avons déjà dû faire notre deuil de l’Atlantis (le vaisseau utilisé par Albator dans la version 78) et maintenant on ne retrouve pas les fameux affrontements de cuirassés rythmés par une musique martiale particulièrement appropriée.  Les scénaristes ajoutent à cela une véritable surenchère dans l’armement utilisé par la Coalition de Gaia… armement qu’ils utilisent d’ailleurs n’importe comment, de préférence en anéantissant leurs propres vaisseaux.  Si les scénaristes avaient opté pour un récit beaucoup plus simple, mettant l’accent sur quelques protagonistes emblématiques, comme le capitaine Albator et l’extraterreste Mimay qui ne le quitte jamais, ils auraient pu nous offrir un spectacle à la hauteur du personnage. Les paris sont ouverts. Dans cette nouvelle version vantée par James Cameron comme ‘mythique, épique et visuellement sans précédent’, tout est hélas survolé comme la relation entre le corsaire et son ami Tochiro, devenu l’ordinateur conscient de l’Arcadia, qui est ici à peine effleurée. Les scénaristes passent complètement à côté de ce qui avait été parfaitement réussi dans les vieux dessins animés. Albator, Corsaire de l’Espace de 2013 est une déception même s’il offre des images d’une grande beauté et donne l’occasion de revoir avec plaisir ce corsaire au grand cœur (quoique dans cette version, c’est aussi assez relatif).

 

 

 

ALBATOR, CORSAIRE DE L’ESPACE de Shinji Aramaki en salle le 25 Décembre 2013 avec les voix japonaises de Shun Oguri, Haruma Miura, Yû Aoi et Arata Furuta. Scénario : Harutoshi Fukui et Kiyoto Takeuchi d’après l’œuvre de Leiji Matsumoto. Produit par Yoshi Ikezawa, Joseph Chou et Rei Kudo. Musique : Tetsuya Takahashi. Distributeur France : Océans Films. Durée : 1h50.

 .

Commentaires

A la Une

La Méthode Williams : Will Smith a la rage de vaincre dans la bande-annonce

Biopic basé sur l’incroyable parcours de Venus et Serena Williams, le film réalisé par Reinaldo Marcus Green, avec en vedette… Lire la suite >>

Lee : Kate Winslet, Jude Law et Marion Cotillard dans un film sur une photographe de guerre

Kate Winslet interprétera la photographe de guerre Lee Miller dans le premier film d’Ellen Kuras, avec à ses côtés Jude… Lire la suite >>

Belfast : Kenneth Branagh passe au noir et blanc dans la bande-annonce

Tandis que l’on attend la sortie en février prochain de son Mort sur le Nil, le réalisateur anglais revient avec… Lire la suite >>

Ambulance : Bande-annonce explosive pour le prochain Michael Bay

Michael Bay prend d’assaut les rues de L.A aux côtés de Jake Gyllenhaal et Yahya Abdul-Mateen II dans un thriller… Lire la suite >>

Une première bande-annonce pour Uncharted

Après de nombreux reports pour cause de pandémie et des images volés sur Internet, Uncharted donne des nouvelles avec un… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 MOURIR PEUT ATTENDRE 778 195 2 2 163 053
2 EIFFEL 408 803 1 408 803
3 LE LOUP ET LE LION 199 085 1 199 085
4 DUNE 186 954 5 2 655 361
5 LA FAMILLE ADDAMS 2 : UNE VIREE D'ENFER 156 133 1 156 133
6 LE DERNIER DUEL 147 221 1 147 221
7 JULIE (EN 12 CHAPITRES) 67 515 1 67 515
8 BOITE NOIRE 67 148 6 1 037 372
9 BAC NORD 63 773 9 2 104 377
10 SHANG-CHI ET LA LEGENDE DES DIX ANNEAUX 38 809 7 1 343 241

Source: CBO Box office

Nos Podcasts