My Skinny Sister de Sanna Lenken: critique

Publié par CineChronicle le 23 décembre 2015

Synopsis : Stella, jeune fille de 12 ans un peu rondelette, admire intensément Katja, sa grande sœur. Comme elle, elle s’entraîne pour devenir une championne de patinage artistique mais ses efforts demeurent vains. Katja possède quant à elle d’évidents talents et un avenir radieux dans son sport semble l’appeler. Toutefois, la pression et les rudes séances de préparation qu’elle s’inflige vont bientôt avoir raison de sa résistance. Stella découvre alors que son aînée souffre d’anorexie. Bouleversée par ce lourd secret, la cadette menace de tout révéler à leurs parents.

 

♥♥♥♥♥

 

My Skinny Sister - affiche

My Skinny Sister – affiche

My Skinny Sister est le premier long métrage de Sanna Lenken. La Suédoise s’était distinguée à la Berlinale 2013 avec Eating Lunch, format court dédié aux jeunes filles souffrant d’anorexie. La scénariste-réalisatrice reprend ce thème en version longue, en réussissant à l’évoquer de manière didactique, profonde et documentée. Par le regard de Stella, la petite sœur qui voit son aînée s’enfoncer dans l’enfer de l’anorexie, elle prend de la distance et évite le mélodrame trop appuyé. Elle peut ainsi aborder d’autres sujets de manière subtile. Rapports entre sœurs, passage de l’enfance à l’adolescence, exigences du sport de haut niveau et difficulté d’être parents dans nos sociétés modernes sont peints avec une grande justesse. Quelques répliques de Stella, personnage principal naïf et attachant, ajoutent une touche d’humour savamment dosé. Grâce à un scénario habile, Sanna Lenken parvient à surprendre le spectateur qui s’attend au départ à la description du malaise d’une fillette en surpoids, complexée par son physique. Stella peine à égaler les prouesses de sa grande sœur sur la glace, et subit les échecs inéluctables dus à ses faiblesses. Pour ne rien arranger, elle s’éprend de l’entraîneur de son aînée. Stella aimerait évidemment sortir de l’ombre de Katja, dont le talent aimante l’attention de ses parents. Or, on assiste progressivement à une complète inversion des rôles. L’enjeu majeur du film n’apparaît alors qu’à mi-chemin. La cadette s’épanouit progressivement tandis que l’aînée presque parfaite commence à douter, subit la pression d’un sport exigeant, et sombre dans l’anorexie.

 

My Skinny SisterMy Skinny SisterMy Skinny SisterMy Skinny Sister

 

Dès lors, l’apparent idéal familial du début vole en éclats face à une pathologie que Katja s’est efforcée de cacher le plus longtemps possible. Stella, contrainte au silence, doit le briser pour éviter à sa sœur une issue fatale. Construisant son indépendance, elle acquiert assurance et force, s’émancipe avec les jeunes de son âge. L’alcool et les garçons entrent dans sa vie en même temps que le sens des responsabilités et les épreuves familiales. Telle l’arabesque d’une patineuse, Sanna Lenken trace une relation forte entre deux sœurs. L’évolution de leurs rapports, de la rivalité initiale à la nécessaire complicité qui lui succède, constitue le fil conducteur de l’intrigue. Le jeu des deux jeunes comédiennes, pour lesquelles il s’agit d’un premier rôle, s’avère largement à la hauteur. Une mise en scène intimiste et deux héroïnes cadrées de près contribuent à plonger le spectateur dans l’histoire. On aurait simplement aimé un peu plus d’audace dans les dialogues, parfois un peu convenus, et davantage de punch dans le déroulement. L’action assez lente entraîne en effet quelques baisses de rythme. My Skinny Sister réserve néanmoins des moments intenses et diffuse une belle émotion.

 

Christophe Binet

 

 

 

  • MY SKINNY SISTER (Min Lilla Syster) écrit et réalisé par Sanna Lenken en salles le 16 décembre 2015.
  • Avec : Rebecka Josephson, Amy Deasismont, Henrik Norlén, Annika Hallin, Maxim Mehmet, Ellen Lindbom, Asa Janson, Hugo Wijk…
  • Production : Annika Rogell
  • Photographie : Moritz Schultheiss
  • Montage : Hanna Lejonqvist
  • Décors : Lisa Öman
  • Costumes : Katarina de Bourg, Mimmi Harms Oredsson
  • Musique : Störby Jutbring
  • Distribution : Urban Distribution
  • Durée : 1h35

.

Commentaires

A la Une

Spermageddon : un film d’animation norvégien prometteur

Originals Factory a acquis les droits de distribution en France de cette comédie musicale animée autour du sexe, qui sera… Lire la suite >>

The Substance : le film de body horror avec Demi Moore se dévoile dans un teaser intrigant

Le nouveau film de Coralie Fargeat verra s’affronter Demi Moore et Margaret Qualley autour de cette fameuse substance.    … Lire la suite >>

Gladiator II : une bande-annonce épique et intense pour la suite de l’épopée historique

Ridley Scott nous replonge dans l’arène du Colisée de Rome, avec Paul Mescal pour marcher dans les pas de son… Lire la suite >>

Emmanuelle : La relecture se dévoile dans une bande-annonce sensuelle et mystérieuse

Le nouveau long-métrage d’Audrey Diwan, avec Noémie Merlant dans le rôle-titre, révèle les premières images de cette nouvelle version du… Lire la suite >>

RIP : Matt Damon et Ben Affleck à l’affiche d’un thriller criminel sur Netflix

La plateforme de streaming a récemment acquis les droits du film qui sera écrit et réalisé par Joe Carnahan, avec… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 MOI, MOCHE ET MECHANT 4 1 400 169 1 1 400 169
2 LE COMTE DE MONTE-CRISTO 1 076 425 3 3 539 650
3 VICE-VERSA 2 860 850 4 6 296 623
4 UN P'TIT TRUC EN PLUS 310 660 11 8 388 607
5 SANS UN BRUIT : JOUR 1 104 468 3 740 382
6 HORIZON : UNE SAGA AMERICAINE, CHAPITRE 1 71 398 2 193 015
7 LONGLEGS 69 851 1 69 851
8 TO THE MOON 60 663 1 60 663
9 BAD BOYS : RIDE OR DIE 53 569 6 1 175 179
10 ELYAS 45 371 2 147 466

Source: CBO Box office

Nos Podcasts