Deauville 2016/ The Free World de Jason Lew : critique

Publié par Antoine Gaudé le 5 septembre 2016

Synopsis : Après avoir été relâché de prison pour un crime qu’il n’a pas commis, Mo est déterminé à s’adapter à la vie dehors. Lorsque son monde se heurte à celui de Doris, une mystérieuse femme au passé violent, il est décidé à risquer sa liberté retrouvée afin de la garder dans sa vie.

♥♥♥♥♥

 

The Free World - Jason Lew

The Free World – Jason Lew

Pour son premier film, Jason Lew livre une œuvre ultra-référencée mais attachante, présentée en compétition au Festival de Deauville. Le principal intérêt de The Free World réside dans la performance de son comédien, Boyd Holbrook. À l’instar d’un Ryan Gosling, Holbrook allie l’innocence du regard à l’animalité du corps. Sa présence à la fois massive et délicate laisse cependant entrevoir le potentiel du jeune homme dont la ressemblance physique avec un certain Tom Hardy offre des échos significatifs. The Free World a – par ce biais – beaucoup de points communs avec les films du danois Nicolas Winding Refn tant du point de vue d’une esthétique léchée (dimension sonore et plastique) que d’une narration minimaliste. Il y a chez eux cet amour pour les personnages singuliers et iconoclastes que leur caméra rend iconique au premier coup d’œil. Ils captent magnifiquement l’imprévisibilité qui émane de ces corps taiseux et prisonniers, tels des animaux en cage, d’un passé trouble qui ne cesse de les freiner dans leur élan sublime (volonté forte de se réinsérer). Des comédiens qui libèrent une tension à fleur de peau qui, à elle seule, peut faire imploser le moindre plan. C’est également la formation d’un couple de marginaux en fuite (Boyd Holbrook et Elisabeth Moss) – forme spectrale d’un autre duo sacré du cinéma Bonnie and Clyde – qui fait de The Free World une ode au cinéma américain. Mais hélas, l’hommage s’arrête là et n’invite à aucune discussion avec ces homologues d’antan. Si les ficelles narratives et les influences se font rapidement sentir, il est difficile de blâmer ce premier film tant le cinéaste semble encore en quête de son propre style. Cependant, The Free World porte en lui une certaine ambition, plus ou moins maîtrisée, comme d’explorer cette idée : que faire de l’apport de l’Islam et de la radicalisation dans les prisons ? Cela dénote d’un réel désir de pousser son drame au-delà de l’objet esthétisant ou d’une énième relecture du film d’Arthur Penn. Il y a encore quelques défauts d’écriture par-ci par-là (le stéréotype du flic insupportable). Et si l’histoire d’amour est suffisamment furtive pour être cruelle et belle à la fois, les scènes de partage et d’intimité sont quant à elles réduites au minimum syndical, bien qu’elles soient parfois très réussies (cf. la scène dans le placard). C’est plutôt le jeu de « cache-cache » avec la police ainsi que la fuite menant à cet imbroglio violent servant de climax qui préoccupent davantage le cinéaste. Préférant la facilité scénaristique à la beauté écorchée de ses personnages, cette première œuvre de Lew rate de peu le coche de l’excellence, mais lui promet néanmoins un bel avenir.

.

Antoine Gaudé

.

.

.

  • THE FREE WORLD écrit et réalisé par Jason Lew ne dispose pas encore de date de sortie en salles.
  • Avec : Boyd Holbrook, Elisabeth Moss, Waleed Zuaiter, Jean-Claude Leuyer…
  • Production : Laura Rister
  • Photographie : Bérénice Eveno
  • Montage : Dominic Laperriere
  • Décors : Bernardo Trujillo
  • Costumes : John Harris
  • Musique : Tim Hecker
  • Distribution : Encore non communiqué
  • Durée : 1h40

.

Commentaires

A la Une

Cannes 2024 : La sélection officielle dévoilée

La sélection officielle de cette 77e édition du Festival de Cannes promet d’être intéressante. Un nouveau film de Yórgos Lánthimos avec Emma Stone, le retour de la saga Mad Max, un projet de Francis Ford Coppola vieux de presque 40 ans, et bien d’autres surprises…

Cannes 2024 : Megalopolis de Francis Ford Coppola présenté sur la Croisette

Le réalisateur de 85 ans signe son retour avec son film autofinancé Megalopolis, qui sera présenté en compétition à la 77e édition du Festival de Cannes. 

George Lucas recevra une Palme d’Or d’honneur lors du 77e Festival de Cannes

Dans une galaxie pas si lointaine, à Cannes, lors de la Cérémonie de clôture du 77e festival, George Lucas, célèbre scénariste, réalisateur et producteur de la saga Star Wars, recevra une Palme d’Or d’honneur.

Dune 3 et Nuclear War : les prochains projets de Denis Villeneuve

La collaboration entre Denis Villeneuve et Legendary ne semble pas prête de s’arrêter. Après le succès du second volet des aventures de Paul Atréides, les prochains projets du réalisateur pour le studio…

Un Matrix 5 en préparation chez Warner Bros avec Drew Goddard à la réalisation

Le studio lance le développement d’une suite de la saga Matrix qui marque un tournant pour la franchise car il ne sera pas réalisé par les Wachowski.

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 GODZILLA X KONG : LE NOUVEL EMPIRE 442 704 1 442 704
2 KUNG FU PANDA 4 334 599 2 1 160 497
3 DUCOBU PASSE AU VERT ! 231 183 1 231 183
4 ET PLUS SI AFFINITES 149 749 1 149 749
5 DUNE DEUXIEME PARTIE 143 811 6 3 864 690
6 PAS DE VAGUES 94 548 2 265 365
7 IL RESTE ENCORE DEMAIN 87 633 4 465 632
8 LA PROMESSE VERTE 74 908 2 251 189
9 SIDONIE AU JAPON 53 732 1 53 732
10 LE JEU DE LA REINE 49 130 2 156 002

Source: CBO Box office

Nos Podcasts