Deauville 2016/ Transpecos de Greg Kwedar : critique

Publié par Antoine Gaudé le 8 septembre 2016

Synopsis : Dans un coin reculé du désert américain, trois agents de la police des frontières tiennent un poste de contrôle : Flores, qui a un véritable don pour prendre en chasse les véhicules suspects ; Davis, qui a rejoint la patrouille pour séduire les femmes et monter à cheval ; et Hobbs, un agent de la vieille école convaincu qu’un diplôme universitaire ne peut arrêter une balle. Le quotidien des trois hommes va basculer à tout jamais à l’occasion du contrôle de routine d’un véhicule suspect, qui mettra au jour les terribles secrets enfouis d’un poste frontière en apparence tranquille…

♥♥♥♥♥

 

Transpecos - affiche

Transpecos – affiche

Premier long-métrage de Greg Kwedar, Transpecos est un thriller de haute volée dans la veine de SICARIO (notre critique), présenté en compétition à Deauville. Dans le désert américain qui marque la frontière entre les États-Unis et le Mexique, trois agents de la police des frontières, appelés des US Borders, guettent et attendent le moindre véhicule à inspecter. Alors que tout semblait les amener à une journée lambda faite de rien, le trio se retrouve rapidement dépasser par une situation des plus dangereuses. Aux prises avec un puissant cartel de drogue, la lutte s’annonce déséquilibrée, et elle l’est de bout en bout. Malgré un rythme qui faiblit dans son dernier acte lié à une morale simpliste, Transpecos offre une ambiance suffocante et éreintante, renforcée par l’immensité des paysages désertés par l’humanité. L’imagerie du désert fait partie intégrante du film et commande littéralement l’action des personnages (la recherche des immigrés, du cartel, du lieu de rendez-vous, etc.). La caractérisation simpliste des trois policiers leur donne une densité archétypale des plus efficaces : Johnny Simmons, en rookie fragile de la bande, s’avère des plus convaincants. Ils n’ont finalement qu’un but élémentaire, celui d’aller d’un point A à un point B, puis à un point C, et ainsi de suite. Dans ce désert, loin de la ligne droite de la route en bitume, ils n’ont plus le contrôle des événements : le chasseur devient la proie et inversement. Ce changement de statut, cette vulnérabilité dont ils sont atteints, confère l’originalité du scénario de Transpecos. Ils ne peuvent plus rebrousser chemin et sont donc piégés dans cet enfer brûlant et désertique. Ironie du sort ou superstition chamanique, c’est l’enfant qu’il chassait au début du film qui devient leur point de non-retour, leur ultime défaillance, ou arrogance, d’être humain. La figure du flic-cowboy en prend ainsi pour son grade, la corruption y est évidemment pointée du doigt, mais c’est surtout l’insécurité dans laquelle sont laissés ces hommes qui laissent songeur. Forcément intimidé ou soudoyé par de puissants cartels, ils sont la première ligne du front et n’ont cependant aucune chance de lutter à armes égales contre leurs ennemis. Et lorsque la machine déraille, comme c’est le cas ici, ils n’ont que peu de chance de s’en sortir, du moins en vrai. Car dans le déroulement de l’intrigue, des facilités scénaristiques présentent une fin mielleuse qu’on préfère occulter pour cause de premier film. Pour le reste, Transpecos mérite le coup d’œil.

.

.

.

  • TRANSPECOS écrit et réalisé par Greg Kwedar ne dispose pas encore de date de sortie en salles.
  • Avec : Clifton Collins Jr., Gabriel Luna, Johnny Simmons, Lora Martinez Cunningham, Will Britain, Luis Bordonada, Alma Martinez…
  • Production : Greg Kwedar, Nancy Shafer
  • Photographie : Jeffrey Waldron
  • Montage : Alan Canant
  • Décors : Peter Benson
  • Musique : Aaron Dessner, Bryce Dessner
  • Durée : 1h26

.

Commentaires

A la Une

Cannes 2024 : La sélection officielle dévoilée

La sélection officielle de cette 77e édition du Festival de Cannes promet d’être intéressante. Un nouveau film de Yórgos Lánthimos avec Emma Stone, le retour de la saga Mad Max, un projet de Francis Ford Coppola vieux de presque 40 ans, et bien d’autres surprises…

Cannes 2024 : Megalopolis de Francis Ford Coppola présenté sur la Croisette

Le réalisateur de 85 ans signe son retour avec son film autofinancé Megalopolis, qui sera présenté en compétition à la 77e édition du Festival de Cannes. 

George Lucas recevra une Palme d’Or d’honneur lors du 77e Festival de Cannes

Dans une galaxie pas si lointaine, à Cannes, lors de la Cérémonie de clôture du 77e festival, George Lucas, célèbre scénariste, réalisateur et producteur de la saga Star Wars, recevra une Palme d’Or d’honneur.

Dune 3 et Nuclear War : les prochains projets de Denis Villeneuve

La collaboration entre Denis Villeneuve et Legendary ne semble pas prête de s’arrêter. Après le succès du second volet des aventures de Paul Atréides, les prochains projets du réalisateur pour le studio…

Un Matrix 5 en préparation chez Warner Bros avec Drew Goddard à la réalisation

Le studio lance le développement d’une suite de la saga Matrix qui marque un tournant pour la franchise car il ne sera pas réalisé par les Wachowski.

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 GODZILLA X KONG : LE NOUVEL EMPIRE 442 704 1 442 704
2 KUNG FU PANDA 4 334 599 2 1 160 497
3 DUCOBU PASSE AU VERT ! 231 183 1 231 183
4 ET PLUS SI AFFINITES 149 749 1 149 749
5 DUNE DEUXIEME PARTIE 143 811 6 3 864 690
6 PAS DE VAGUES 94 548 2 265 365
7 IL RESTE ENCORE DEMAIN 87 633 4 465 632
8 LA PROMESSE VERTE 74 908 2 251 189
9 SIDONIE AU JAPON 53 732 1 53 732
10 LE JEU DE LA REINE 49 130 2 156 002

Source: CBO Box office

Nos Podcasts