Deepwater de Peter Berg : critique

Publié par Antoine Gaudé le 13 octobre 2016

Synopsis : D’après l’incroyable histoire vraie de la plus grande catastrophe pétrolière de l’histoire. La plateforme Deepwater Horizon tourne non-stop pour tirer profit des 800 millions de litres de pétrole présents dans les profondeurs du golfe du Mexique. Mike Williams, électricien sur la plateforme et père de famille, connaît les risques de son métier mais fait confiance au professionnalisme de son patron Jimmy Harrell. En revanche, tous se méfient de la société locataire de la plateforme dirigée par Donald Vidrine, qui ne pense qu’à son bénéfice. Lorsque cette société décide contre l’avis des techniciens de la déplacer trop rapidement, ils sont loin de se douter que les 5 millions de barils sous leurs pieds sont prêts à exploser… Le seul courage de Mike et ses collègues suffira-t-il à limiter les dégâts et sauver ce qui peut encore l’être ?

♥♥♥♥♥

 

Deepwater - affiche

Deepwater – affiche

Entre deux blockbusters de science-fiction plutôt bourrins (Hancock, Battleship), Peter Berg se construit une carrière de spécialiste du films tirés de faits réels (Le Royaume, Du sang et des larmes, et prochainement Traque à Boston). Si sa veine « politique » le tire parfois vers un Oliver Stone naïf, c’est bien du côté de Paul Greengrass et de Michael Mann que son cinéma trouve ses échos les plus sincères. Dans sa première partie, Deepwater est en mode reportage télé, une combinaison hyperréaliste entre montage cut et décadrages incessants. Berg filme ainsi des professionnels sur leur lieu de travail en n’omettant aucun détail superflu – du jargon technique aux blagues salaces – et délimite efficacement les enjeux et les rapports de force en présence. Sa mise en place est certes didactique, car il nous cartographie pour ainsi dire la plateforme pétrolière, mais elle s’avère des plus pertinentes pour la suite des événements. Tout dans cette première heure – de la présentation des personnages à la mise en place du cadre spatio-temporel, en passant par une montée progressive du suspense à base de bulle dans l’eau – s’avère un modèle du film catastrophe. Mais lorsque la « catastrophe » se produit, tout dérape. L’urgence de la situation n’engendre aucune idée visuelle et narrative, qui pourrait apporter une certaine fraîcheur au genre. L’approche frontale de l’événement perd de son intérêt lorsqu’il s’éparpille en multipliant les points de vue. La force du film devient pour ainsi dire sa faiblesse. À vouloir offrir le plus bel hommage à ses personnes et rendre justice à leurs actes héroïques, le trop-plein de personnages handicape la structure du récit.

.

Deepwater de Peter Berg

Deepwater de Peter Berg

.

Alors qu’il brillait dans sa première partie avec un cinéma plus intime, centré autour du personnage de Mark Walhberg, parfait en redneck bouffi, Deepwater finit submergé par l’envergure de son genre. Il ne sait plus quel personnage suivre, quel point de vue adopter, quelles images utiliser (numériques ? réelles ? archives ?). Les détails qui faisaient sa force au départ (les vues dans les tuyaux de forage, les conflits sur les questions techniques…) n’ont plus leur place dans la seconde partie (la très mauvaise scène de l’oiseau mazouté). Le dynamisme du récit est complètement rompu. Dans son cinéma, Berg semble souvent incapable de basculer du très grand au très petit, et inversement. Et en prenant de l’altitude – cette fameuse hauteur réflexive – Deepwater repose sur des artifices bien trop éculés. Des variations d’échelle que Mann et Greengrass maîtrisent le plus souvent. Mais ce qui le motive ici, ce n’est pas la portée économique de l’accident, voire ses répercussions écologiques, mais bien les Américains ordinaires qui risquent leur vie tous les jours sur ce « puits de l’enfer ». À la hauteur de vue du héros, le film s’avère dès lors captivant, et foisonne d’idées pour nous immerger dans le quotidien exigeant de la vie d’une plateforme. Malgré son budget considérable – 110 millions de dollars –, ce blockbuster prévaut ainsi pour ses qualités « documentarisantes » sur ce milieu méconnu, sur ses travailleurs invétérés et méticuleux, et sa capacité à construire un véritable suspense avec pour seul et unique mot : pression.

.

.

.

  • DEEPWATER de Peter Berg en salles depuis le 12 octobre 2016.
  • Avec : Mark Wahlberg, Kate Hudson, Kurt Russell, John Malkovitch, Dylan O’Brien, Gina Rodriguez, Brad Leland, J.D. Evernmore…
  • Scénario : Matthew Sand, Matthew Michael Carnahan d’après l’œuvre de David Barstow, David Rohden, Stéphanie Saul
  • Production : Lorenzo di Bonaventura, Mark Vahradian, David Womark, Stephen Levinson
  • Photographie : Enrique Chediak
  • Montage : Colby Parker Jr., Gabriel Fleming
  • Décors : Chris Seagers, Victor J. Zolfo
  • Costumes : Kasia Walicka-Maimone
  • Musique : Steve Jablonsky
  • Distribution : SND
  • Durée : 1h47

.

Commentaires

A la Une

Disclaimer : Cate Blanchett et Kevin Kline dans une série d’Alfonso Cuarón

Apple continue d’attirer de grands noms sur sa plateforme de streaming en offrant une série à Alfonso Cuarón qui dirigera… Lire la suite >>

Renfield : Nicolas Cage en comte Dracula

Universal continue à développer son Dark Universe en s’attaquant au célèbre vampire avec Nicolas Cage et Nicholas Hoult.    … Lire la suite >>

David Gulpilil, du contrechamp au plein cadre

Emporté à l’âge de 68 ans par un cancer du poumon ce 29 novembre 2021, l’acteur australien aborigène David Gulpilil… Lire la suite >>

Stephen Sondheim, compositeur d’images

Disparu le 26 novembre 2021, le compositeur et parolier Stephen Sondheim a su marquer de sa personnalité certaines des plus… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Ridley Scott rejette l’échec sur les millenials et leurs smartphones

Un peu plus d’un mois après la sortie du Dernier Duel, Ridley Scott explique l’insuccès de son drame historique par… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ENCANTO, LA FANTASTIQUE FAMILLE MADRIGAL 526 906 1 526 906
2 LES BODIN'S EN THAILANDE 330 688 2 910 869
3 HOUSE OF GUCCI 293 474 1 293 474
4 ALINE 191 109 3 1 087 526
5 LES ETERNELS 123 205 4 1 579 070
6 RESIDENT EVIL : BIENVENUE A RACCOON CITY 110 288 1 110 288
7 ON EST FAIT POUR S'ENTENDRE 102 040 2 260 962
8 DE SON VIVANT 90 106 1 90 106
9 SUPREMES 77 095 1 77 095
10 AMANTS 72 186 2 208 189

Source: CBO Box office

Nos Podcasts