Deepwater de Peter Berg : critique

Publié par Antoine Gaudé le 13 octobre 2016

Synopsis : D’après l’incroyable histoire vraie de la plus grande catastrophe pétrolière de l’histoire. La plateforme Deepwater Horizon tourne non-stop pour tirer profit des 800 millions de litres de pétrole présents dans les profondeurs du golfe du Mexique. Mike Williams, électricien sur la plateforme et père de famille, connaît les risques de son métier mais fait confiance au professionnalisme de son patron Jimmy Harrell. En revanche, tous se méfient de la société locataire de la plateforme dirigée par Donald Vidrine, qui ne pense qu’à son bénéfice. Lorsque cette société décide contre l’avis des techniciens de la déplacer trop rapidement, ils sont loin de se douter que les 5 millions de barils sous leurs pieds sont prêts à exploser… Le seul courage de Mike et ses collègues suffira-t-il à limiter les dégâts et sauver ce qui peut encore l’être ?

♥♥♥♥♥

 

Deepwater - affiche

Deepwater – affiche

Entre deux blockbusters de science-fiction plutôt bourrins (Hancock, Battleship), Peter Berg se construit une carrière de spécialiste du films tirés de faits réels (Le Royaume, Du sang et des larmes, et prochainement Traque à Boston). Si sa veine « politique » le tire parfois vers un Oliver Stone naïf, c’est bien du côté de Paul Greengrass et de Michael Mann que son cinéma trouve ses échos les plus sincères. Dans sa première partie, Deepwater est en mode reportage télé, une combinaison hyperréaliste entre montage cut et décadrages incessants. Berg filme ainsi des professionnels sur leur lieu de travail en n’omettant aucun détail superflu – du jargon technique aux blagues salaces – et délimite efficacement les enjeux et les rapports de force en présence. Sa mise en place est certes didactique, car il nous cartographie pour ainsi dire la plateforme pétrolière, mais elle s’avère des plus pertinentes pour la suite des événements. Tout dans cette première heure – de la présentation des personnages à la mise en place du cadre spatio-temporel, en passant par une montée progressive du suspense à base de bulle dans l’eau – s’avère un modèle du film catastrophe. Mais lorsque la « catastrophe » se produit, tout dérape. L’urgence de la situation n’engendre aucune idée visuelle et narrative, qui pourrait apporter une certaine fraîcheur au genre. L’approche frontale de l’événement perd de son intérêt lorsqu’il s’éparpille en multipliant les points de vue. La force du film devient pour ainsi dire sa faiblesse. À vouloir offrir le plus bel hommage à ses personnes et rendre justice à leurs actes héroïques, le trop-plein de personnages handicape la structure du récit.

.

Deepwater de Peter Berg

Deepwater de Peter Berg

.

Alors qu’il brillait dans sa première partie avec un cinéma plus intime, centré autour du personnage de Mark Walhberg, parfait en redneck bouffi, Deepwater finit submergé par l’envergure de son genre. Il ne sait plus quel personnage suivre, quel point de vue adopter, quelles images utiliser (numériques ? réelles ? archives ?). Les détails qui faisaient sa force au départ (les vues dans les tuyaux de forage, les conflits sur les questions techniques…) n’ont plus leur place dans la seconde partie (la très mauvaise scène de l’oiseau mazouté). Le dynamisme du récit est complètement rompu. Dans son cinéma, Berg semble souvent incapable de basculer du très grand au très petit, et inversement. Et en prenant de l’altitude – cette fameuse hauteur réflexive – Deepwater repose sur des artifices bien trop éculés. Des variations d’échelle que Mann et Greengrass maîtrisent le plus souvent. Mais ce qui le motive ici, ce n’est pas la portée économique de l’accident, voire ses répercussions écologiques, mais bien les Américains ordinaires qui risquent leur vie tous les jours sur ce « puits de l’enfer ». À la hauteur de vue du héros, le film s’avère dès lors captivant, et foisonne d’idées pour nous immerger dans le quotidien exigeant de la vie d’une plateforme. Malgré son budget considérable – 110 millions de dollars –, ce blockbuster prévaut ainsi pour ses qualités « documentarisantes » sur ce milieu méconnu, sur ses travailleurs invétérés et méticuleux, et sa capacité à construire un véritable suspense avec pour seul et unique mot : pression.

.

.

.

  • DEEPWATER de Peter Berg en salles depuis le 12 octobre 2016.
  • Avec : Mark Wahlberg, Kate Hudson, Kurt Russell, John Malkovitch, Dylan O’Brien, Gina Rodriguez, Brad Leland, J.D. Evernmore…
  • Scénario : Matthew Sand, Matthew Michael Carnahan d’après l’œuvre de David Barstow, David Rohden, Stéphanie Saul
  • Production : Lorenzo di Bonaventura, Mark Vahradian, David Womark, Stephen Levinson
  • Photographie : Enrique Chediak
  • Montage : Colby Parker Jr., Gabriel Fleming
  • Décors : Chris Seagers, Victor J. Zolfo
  • Costumes : Kasia Walicka-Maimone
  • Musique : Steve Jablonsky
  • Distribution : SND
  • Durée : 1h47

.

Commentaires

A la Une

Cannes 2020 : The French Dispatch, Soul parmi les 56 films sélectionnés

Pierre Lescure et Thierry Frémaux ont dévoilé ce mercredi 3 juin les 56 longs-métrages sélectionnés pour être présentés dans différents… Lire la suite >>

[Vidéo] Décès de George Floyd : Spike Lee réagit en citant son film Do The Right Thing

Le réalisateur américain au cinéma militant a monté une vidéo qui rapproche l’arrestation qui a entraîné la mort de l’Afro-Américain… Lire la suite >>

Cinémas : l’UGC George V va fermer définitivement

L’UGC George V des Champs-Élysées tire sa révérence. Le bail de l’établissement, probablement transformé en hôtel de luxe, ne sera… Lire la suite >>

WandaVision : un ancien X-Men intègre le casting

L’une des stars des films X-Men distribués par la Fox vient de rejoindre le casting de WandaVision, la minisérie Disney+… Lire la suite >>

Mission – Impossible 7 : le tournage va reprendre

Interrompue par la pandémie de Covid-19, la production de Mission : Impossible 7 va pouvoir redémarrer en septembre prochain avec le… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts