La Mort de Louis XIV de Albert Serra : critique

Publié par CineChronicle le 1 novembre 2016

Synopsis : Août 1715. À son retour de promenade, Louis XIV ressent une vive douleur à la jambe. Les jours suivants, le roi poursuit ses obligations mais ses nuits sont agitées, la fièvre le gagne. Il se nourrit peu et s’affaiblit de plus en plus. C’est le début de la lente agonie du plus grand roi de France, entouré de ses fidèles et des médecins.

♥♥♥♥

 

La Mort de Louis XIV de Albert Serra - affiche

La Mort de Louis XIV de Albert Serra – affiche

Présenté en séance spéciale lors du 69e Festival de Cannes, La Mort de Louis XIV est le cinquième film d’Albert Serra. Le réalisateur et producteur catalan avait reçu le Léopard d’or au Festival de Locarno pour Histoire de ma mort. Il s’empare à nouveau de ce sujet en s’intéressant de près au décès du plus célèbre des souverains français. Jean-Pierre Léaud, justement récompensé par une Palme d’honneur à la dernière édition cannoise pour l’ensemble de sa carrière, incarne ce personnage. Des acteurs moins médiatiques complètent le casting, ce qui laisse toute la place à l’inoubliable interprète d’Antoine Doinel. Albert Serra livre une œuvre purement historique qui s’appuie avec précision sur des événements rapportés par les chroniqueurs. L’Histoire avec un grand H s’y impose avec faste, articule les thèmes développés et justifie les directions artistiques d’Albert Serra. La Mort de Louis XIV nous plonge dans la cour de Versailles et décortique avec une minutie chirurgicale la personnalité du monarque. On apprécie aussi le remarquable travail de recherche qui permet de restituer au mieux la vie au château et tous ses rites. Albert Serra ne travestit rien, contrairement à ses comédiens. Il parvient à illustrer le ridicule du protocole et l’absurdité du culte voué au souverain. Chacun de ses gestes quotidiens, même les plus insignifiants, devient un événement. Les courtisans s’émerveillent dès la moindre apparition, le moindre mouvement. Prisonniers d’un cérémonial immuable, les protagonistes semblent confinés dans leur palais, condamnés à une existence monotone, rythmée par le bon vouloir du maître des lieux.

.

Jean-Pierre Leaud dans La Mort de Louis XIV

Jean-Pierre Léaud dans La Mort de Louis XIV

.

Outre sa démonstration sociologique, Albert Serra dresse une peinture réussie de la médecine de l’époque. Il offre une vision détaillée et documentée de l’avancée de la science au début du XVIIIe siècle, moment charnière entre archaïsme presque moyenâgeux et modernité balbutiante. Les docteurs ne délivrent pas véritablement de diagnostic, ils observent, notent, tâtonnent, discutent entre eux. On a encore recours aux fameuses saignées, sous l’emprise de la religion et de ses représentants omniprésents. De fait, les prières remplacent les remèdes quand les savants baissent les bras. On a même du mal à distinguer les vrais médecins des charlatans et des illuminés. Porté par l’audace et les choix assumés de son créateur, La Mort de Louis XIV s’avère néanmoins un objet artistique ardu, avec très peu d’action et dans lequel la caméra ne bouge pas. La mise en scène se compose uniquement de plans fixes sur les personnages et les lieux. L’objectif quitte rarement la chambre du roi. Si Albert Serra prend le parti de retranscrire jusqu’au bout l’agonie du souverain, il rend le déroulement pesant, très lent, voire répétitif. Ce sentiment est accentué par l’intrigue à huis clos, une lumière extrêmement sombre et une musique très diffuse. On a l’impression que tout se déroule la nuit. De telles options peuvent forcément larguer certains spectateurs car l’ennui n’est jamais loin, sachant que la fin est annoncée dans le titre. Cependant, La Mort de Louis XIV devrait ravir les passionnés d’histoire, d’expériences atypiques et d’esthétisme. Il vaut aussi et surtout pour la performance exceptionnelle de Jean-Pierre Léaud, véritablement transfiguré en Roi Soleil. 

.

Christophe Binet

.

.

.

  • LA MORT DE LOUIS XIV réalisé par Albert Serra en salles le 2 novembre 2016
  • Avec : Jean-Pierre Léaud, Patrick d’Assumçao, Marc Susini, Irène Silvagni, Bernard Belin, Jacques Henric…
  • Scénario : Albert Serra et Thierry Lounas
  • Production : Thierry Lounas, Joaquim Sapinho, Claire Bonnefoy, Montse Triola
  • Photographie : Jonathan Ricquebourg
  • Montage : Adriana Ribas, Artur Tort
  • Décors : Sebastian Vogler
  • Costumes : Nina Avramovic
  • Musique : Marc Verdaguer
  • Distribution : Capricci Films
  • Durée : 1h45

.

Commentaires

A la Une

Blacula revient d’entre les morts dans une nouvelle version

La MGM et les producteurs Deon Taylor et Roxanne Avent Taylor préparent une relecture de Blacula, classique de l’horreur et… Lire la suite >>

Colin Farrell et Rachel Weisz dans une relecture du mythe œdipien de Todd Solondz

Après The Lobster de Yorgos Lanthimos, Colin Farrell et Rachel Weisz vont se retrouver dans le nouveau film cauchemardesque et… Lire la suite >>

Zoë Kravitz passe à la réalisation avec Pussy Island

Zoë Kravitz fera ses débuts derrière la caméra avec Pussy Island, qui mettra en vedette Channing Tatum dans la peau… Lire la suite >>

Wild West : le nouveau vivier français du cinéma de genre

Cette nouvelle société de production, installée dans le sud-ouest de la France, va se consacrer entièrement aux films et séries… Lire la suite >>

Ned Beatty, acteur dans Délivrance, Network et Superman, nous a quittés

Disparu le 13 juin 2021 à l’âge de 83 ans, c’est en tant que second rôle que Ned Beatty se… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 CONJURING : SOUS L'EMPRISE DU DIABLE 665 476 1 665 476
2 NOMADLAND 125 027 1 125 027
3 LE DISCOURS 121 740 1 121 740
4 THE FATHER 93 583 3 385 143
5 ADIEU LES CONS 88 201 34 1 683 963
6 DEMON SLAYER - KIMETSU NO YAIBA - LE FILM :... 49 311 4 659 599
7 TOM & JERRY 42 542 4 461 621
8 NOBODY 41 594 2 122 034
9 LES BOUCHETROUS 41 435 3 189 754
10 CHACUN CHEZ SOI 40 025 2 129 066

Source: CBO Box office

Nos Podcasts