Une vie de Stéphane Brizé: critique

Publié par Lucia Miguel le 23 novembre 2016

Synopsis: Normandie, 1819. A peine sortie du couvent où elle a fait ses études, Jeanne Le Perthuis des Vauds, jeune femme trop protégée et encore pleine des rêves de l’enfance, se marie avec Julien de Lamare. Très vite, il se révèle pingre, brutal et volage. Les illusions de Jeanne commencement alors peu à peu à s’envoler.

♥♥♥♥♥

 

Une vie - affiche

Une vie – affiche

Un an après La loi du marché, qui a valu à Vincent Lindon de remporter le Prix d’interprétation au 68e Festival de Cannes et le César du meilleur acteur, Stéphane Brizé revient avec un premier long métrage d’époque. D’après l’oeuvre de Guy de Maupassant, Une vie retrace l’existence de Jeanne Le Perthuis des Vauds, jeune fille unique issue d’une famille de l’aristocratie rurale normande du début du XIXe siècle. Lorsque Jeanne (Judith Chemla) revient chez ses parents après ses études dans un couvent, tout semble lui sourire. Mais face aux malheurs qui la touchent, la jeune fille devenue femme préfère se cacher derrière un aveuglement qui l’écarte de plus en plus de la réalité, l’entraînant dans une folie inévitable. Cette enfermement s’exprime ici à travers le format 1:33 dans lequel Brizé manipule caméra à l’épaule et plans très resserrés. La vie intérieure du personnage est en grande partie portée par la technique même. Si Une vie a déjà été adapté de nombreuses fois sur petit et grand écrans, ce choix de mise en scène lui confère une résonance contemporaine, grâce également au langage et aux dialogues d’une fluidité appréciable. Jeanne est profondément marquée par les vicissitudes de sa vie (un mari qui la trompe, un fils qui lui ment pour lui soutirer de l’argent…), mais elle garde, par protection, l’innocence et la pureté de son enfance. Pour conter ces trente années qui passent, Brizé prend le parti de traiter les ellipses différemment. Les moments clés n’apparaissent qu’à travers leurs conséquences ; les mariages, les naissances et les morts laissent ainsi place au quotidien et à la lassitude d’une vie qui peine à évoluer. 

.

Judith Chemla - Une vie de Stephane Brize

Judith Chemla – Une vie de Stephane Brizé

.

Sur deux heures, le récit se raconte à travers des moments d’existence plus insignifiants. Les trop grandes longueurs émanent de ce parti pris ; les instants choisis sont filmés en temps réel, donnant à ressentir le poids du temps qui semble figé. Et dans sa démarche d’adaptation, Brizé laisse s’exprimer davantage le visage de Jeanne. Car si le film reste fidèle à la trame narrative du livre, la grande différence entre les deux est qu’il est raconté du point de vue de cette femme. Elle est omniprésente, toujours filmée de profil, dans une posture rappelant les portraits picturaux. Le travail sur la photo (lumière et couleur désaturée) renforce cette impression. Avec son allure fragile et sa beauté diaphane, Judith Chemla, comédienne issue du théâtre et de l’opéra qu’on a pu découvrir également au cinéma dans La princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier, incarne à merveille cette femme-enfant, dans un jeu entre retenu et sentiments exacerbés. Quant au reste du casting, on regrette le trop peu de présence à l’écran de Jean-Pierre Darroussin et Yolande Moreau dans les rôles des parents, qui ne font office ici que de noms au générique. Brizé parvient toutefois à signer un portrait de femme sensible, surprotégée, triste et vouée à un absolu, pourtant bien dépassé par les figures féminines fortes et super puissantes qui envahissent désormais les écrans.

.

.

.

  • UNE VIE réalisé par Stéphane Brizé en salles le 23 novembre 2016.
  • Avec : Judith Chemla, Jean-Pierre Darroussin, Yolande Moreau, Swann Arlaud, Nina Meurisse…
  • Scénario : Stéphane Brizé et Florence Vignon, d’après l’oeuvre de Guy de Maupassant
  • Production : Miléna Poylo, Gilles Sacuto
  • Photographie : Antoine Héberlé
  • Montage : Anne Klotz
  • Décors : Valérie Saradjian
  • Costumes : Madeline Fontaine
  • Musique : Olivier Baumont
  • Distribution : Diaphana
  • Durée : 1h59

.

Commentaires

A la Une

The Bikeriders : Michael Shannon retrouve le réalisateur Jeff Nichols

Pour son sixième long-métrage, le cinéaste Jeff Nichols fait à nouveau appel à son acteur fétiche Michael Shannon, et collabore… Lire la suite >>

Wednesday : Première bande-annonce de la série de Tim Burton

Après trois ans d’absence, le réalisateur américain a dévoilé les images de sa première série télévisée pour le géant du… Lire la suite >>

Wise Guys : Robert De Niro dans le prochain film de gangsters de Barry Levinson

L’acteur de 79 ans retrouve le scénariste des Affranchis et s’associe au réalisateur de Rain Man, Barry Levinson, pour un… Lire la suite >>

Le Magicien d’Oz : Kenya Barris à la réalisation du remake

Le créateur de la série Black-ish, Kenya Barris, prend les rênes du remake du Magicien d’Oz pour le studio Warner… Lire la suite >>

Modigliani : Johnny Depp à la réalisation d’un biopic sur le célèbre peintre coproduit par Al Pacino

Pour son second long-métrage, l’acteur américain s’attaque au sculpteur italien Amedeo Modigliani, avec Al Pacino en tant que coproducteur.  … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ONE PIECE FILM RED 575 182 1 575 182
2 BULLET TRAIN 313 237 2 804 304
3 NOPE 224 705 1 224 705
4 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 213 497 6 3 358 761
5 THOR : LOVE AND THUNDER 197 826 5 2 577 053
6 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 191 457 3 747 548
7 TOP GUN : MAVERICK 180 658 12 6 057 934
8 LA TRES TRES GRANDE CLASSE 157 884 1 157 884
9 DUCOBU PRESIDENT ! 97 550 5 967 713
10 MENTEUR 82 714 5 777 133

Source: CBO Box office

Nos Podcasts