César 2016 : compte-rendu et palmarès complet

Publié par Lucia Miguel le 27 février 2016
Philippe Faucon, Arnaud Desplechin, Vincent Lindon et Catherine Frot - Lauréats Cesar 2016

Philippe Faucon, Arnaud Desplechin, Vincent Lindon et Catherine Frot – Lauréats Cesar 2016

La 41ème cérémonie des César a souligné la diversité du cinéma français : Fatima fut la surprise de la soirée remportant le trophée suprême, tandis que Mustang rafle celui du premier film. Arnaud Desplechin, Catherine Frot et Vincent Landon ont été également récompensés.

 

 

 

Florence Foresti

Florence Foresti

La maîtresse de cérémonie, l’énergique Florence Foresti, a respecté le timing, en référence à la soirée interminable de l’année dernière. La 41e cérémonie, présidée par Claude Lelouch et qui s’est déroulée au Théâtre du Châtelet ce vendredi 26 février, s’est clôturée à minuit pile. Pas trop de temps mort ni de malaise insupportable. L’humoriste a amusé l’audience avec des sketches et des vannes à l’image de ses spectacles ; de la princesse à la dresseuse de dauphins, elle est parvenue à mener une soirée souvent longue, très longue, trop longue. Si certains sketches des remettants ont été mauvais, comme celui de Jonathan Cohen ou encore le Palmashow, on retient particulièrement l’échange cocasse et plein de sens de Zabou Breitman et Pierre Deladonchamps, sur l’antisémitisme, la violence, le ‘vivre ensemble’ et l’hypocrisie ambiante, la parodie de « Bloqués » avec Vanessa Paradis ou encore Audrey Lamy en Lara Fabian.

 

Fatima (meilleur film), Mustang (meilleur premier film) - Cesar 2016

Fatima (meilleur film), Mustang (meilleur premier film) – Cesar 2016

Cette édition, qui a alterné ambiance one (wo)man show et chansons – dont la reprise de It’s only Mystery dans Subway par Christine and the Queens sur des échasses -, a fait la part belle à deux œuvres fortes, découvertes à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes. D’abord, Fatima, qui remporte trois statuettes, dont celle du meilleur film. Son réalisateur Philippe Faucon a exprimé sous l’émotion sa surprise : “J’ose à peine y croire”. Cette œuvre confidentielle, composée d’actrices non-professionnelles, est le reflet de la réalité sociale, de la tension entre deux cultures qui cohabitent sans réussir à s’entendre et le parcours difficile des jeunes des cités pour réussir professionnellement. Cela devrait redonner un coup de peps à ce film confidentiel qui comptabilise moins de 300 000 entrées dans l’Hexagone. Ensuite, MUSTANG (notre critique) de la Franco-Turque Deniz Gamze Ergüven, récompensé par quatre beaux prix, dont ceux des meilleurs premier film, scénario original et musique signée Warren Ellis, comparse habituel de Nick Cave. Ce drame solaire et plein de force, qui représentera la France aux Oscars dans la catégorie Meilleur Film Étranger, se concentre sur cinq jeunes sœurs turques défendant avec fougue leur joie de vivre et leur liberté contre l’emprise d’un patriarcat étouffant.

 

Zira Hanrot (Fatima), Rod Paradot (La Tête Haute) – Lauréats César 2016

Zira Hanrot (Fatima), Rod Paradot (La Tête Haute) – Lauréats César 2016

Les 4 276 membres votants de l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma ont également récompensé des personnalités déjà confirmées mais qui n’avaient pourtant jamais reçu de César dans leur carrière. Ainsi, nommé déjà à 3 occasions, Arnaud Desplechin remporte enfin le trophée du meilleur réalisateur pour TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE (notre critique), film intimiste sur les souvenirs, la vie et les sentiments qui la construisent. Après 6 citations dans cette catégorie et outre le César du meilleur second rôle dans Un Air de Famille, Catherine Frot reçoit celui de la meilleure actrice pour sa performance vocale dans MARGUERITE de Xavier Giannoli (notre critique), également distingué pour les décors, les costumes et le son. Cette tragicomédie, se concentre sur une femme fortunée qui chante tragiquement faux. Quant à Vincent Landon, lauréat du prix d’interprétation à Cannes, après 5 nominations, il se voit aussi enfin décerner son premier César pour son rôle bouleversant dans LA LOI DU MARCHÉ de Stephane Brizé (notre critique). Ce drame social est centré sur un quinquagénaire qui démarre un nouveau travail en tant qu’agent de sécurité dans un supermarché après 20 mois de chômage. Aux côtés des chevronnés, le très jeune Rod Paradot pour son tout premier rôle dans LA TÊTE HAUTE (notre critique) et Zita Hanrot pour Fatima sont repartis fièrement avec les César des meilleurs espoirs.

 

Ce palmarès assez social et politique, à l’image du sacre de TIMBUKTU d’Abderrahmane Sissako l’année dernière, montre cette fois une double tendance, à la fois tourné vers la mixité culturelle et un certain classicisme du cinéma français. Parmi les grands absents, DHEEPAN de Jacques Audiard (notre critique), Palme d’or à Cannes, nommé dans 9 catégories, et MON ROI de Maïwen (notre critique), cité 8 fois, sont, quant à eux, repartis bredouille. Par ailleurs, BIRDMAN Alejandro González Iñarritu (notre critique) remporte une nouvelle victoire après le jackpot aux Oscars 2015, en tant que meilleur film étranger, devant LE FILS DE SAUL de Lazslo Nemes (notre critique) ou encore à YOUTH de Paolo Sorrentino (notre critique). On pourra retrouver le cinéaste mexicain aux Oscars 2016 pour son nouvel opus, THE REVENANT (notre critique), qui a toute les chances de rafler de nouveaux prix.

 

Michael Douglas - Cesar d'Honneur 2016

Michael Douglas – César d’Honneur 2016 – Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Mais l’un des plus beaux moments de la cérémonie fut celui du César d’Honneur remis à Michael Douglas, pour la seconde fois depuis 1998. Après un montage d’extraits de ses plus grands films et une standing ovation coutumière, la star hollywoodienne de 71 ans a remercié l’Académie dans un français quasiment parfait. Il a rendu hommage à la France en retraçant les œuvres importantes de son enfance, dont celles de François Truffaut, Jean-Luc Godard ou encore Jean-Paul Belmondo, Jeanne Moreau et Alain Delon. Il a bien sûr salué son père, Kirk, qui va souffler son centième anniversaire le 9 décembre prochain. Il a terminé son discours en exprimant son envie de tourner dans d’autres films, y compris en français : « Voyez ce discours comme une audition, et pensez à moi ! » en ajoutant “Vive la France!”.

 

Maintenant, place à la 88e cérémonie des Oscars ce dimanche 28 février à Los Angeles. En attendant, retrouvez en page suivante le palmarès complet de cette 41e édition :

Commentaires

A la Une

L’appel des 50 : les éditeurs vidéo français poussent un cri de détresse pour sauver le secteur

Cinquante éditeurs vidéo français s’unissent et appellent à sauver le secteur. Le marché de la copie physique (DVD, Blu-ray, Ultra… Lire la suite >>

Mort de George Floyd : le discours poignant de l’acteur John Boyega

L’interprète de Finn, héros de la saga Star Wars, s’est fait le porte-voix de l’indignation face à l’impunité des meurtres… Lire la suite >>

Ari Aster travaille sur une comédie cauchemardesque de 4 heures

Le réalisateur d’Hérédité et de Midsommar n’en a pas fini de traumatiser des rétines et se lance dans un nouveau… Lire la suite >>

Lovecraft Country : second trailer pour la série coproduite par J.J Abrams et Jordan Peele

La série de huit épisodes de Lovecraft Country, qui donne vie aux créatures lovecraftiennes dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950,… Lire la suite >>

Léa Seydoux dans Le bal des folles d’Arnaud des Pallières

Prochainement à l’affiche des très attendus The French Dispatch et Mourir peut attendre, Léa Seydoux décroche le rôle principal du… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts