Paris Images Trade Show 2017

Paris Images Trade Show 2017

Dans le cadre du PITS, CineChronicle s’est entretenu avec Valérie Lépine-Karnic, déléguée générale de Film France. Elle nous communique les premiers résultats positifs de la réforme du crédit d’impôt international mis en vigueur depuis janvier 2016, tout en abordant les objectifs qui vont permettre aux studios d’effets spéciaux français de renforcer l’attractivité et la compétitivité de la France.

.

.

.

Valerie Lepine-Karnik

Valerie Lepine-Karnik

CineChronicle: En quoi consiste le rôle de Film France ?

Valérie Lépine-Karnic : Film France a été créé il y a une vingtaine d’années pour accompagner les productions dans l’hexagone et permettre aux producteurs d’avoir des conditions d’accueil de tournage satisfaisantes. Cela signifie identifier des décors et des équipes techniques grâce à notre réseau réparti sur toute la France. Depuis 2009, nous sommes en charge de l’expertise des demandes des crédits d’impôts. Un producteur étranger, qui veut tourner en France, va avoir recours à nous pour identifier les demandes et savoir s’il est éligible au dispositif du crédit d’impôt international. On va donc lire le scénario et l’accompagner jusqu’à l’agrément de son dossier au CNC. Nous sommes vraiment la porte d’entrée des producteurs étrangers qui viennent tourner en France, avec cette expertise particulière sur le crédit d’impôt international.

.

CC : En 2016, le crédit d’impôt est passé de 20 à 30% pour les productions françaises et étrangères, et à un plafond des dépenses éligibles à 30 millions d’euros. Quels en sont les résultats un an plus tard, du point de vue des tournages et de l’emploi ?

VLK : La réforme du crédit d’impôt en 2016 était particulièrement attendu dans un environnement international très concurrentiel puisque nos voisins et concurrents anglais avaient une offre de 25%. Passer à 30% en France est un avantage qui a été rapidement identifié par les studios américains et indiens. En 2016, il y a eu deux productions majeures en prises de vues réelles : Dunkerque de Christopher Nolan, dont le tournage a duré cinq semaines, et Bifikre de Aditya Chopra qui a entièrement été réalisé en France dont huit semaines tournées à Paris. L’animation, de son côté, continue d’être particulièrement intéressante. Les studios Illumination MacGuff ont poursuivi leurs productions à raison de deux longs métrages, avec Comme des Bêtes et prochainement Tous en Scènes, intégralement produit et réalisé à Paris. C’est donc une consolidation, avec 400 animateurs qui travaillent sur chaque film, englobant approximativement des équipes de 700-800 personnes en point fixe en permanence à Paris. Cela a permis l’arrivée d’un autre grand joueur, Mikros Image, avec Sherlock Gnomes, et une série Captain Underpants. Ces deux projets sont arrivés grâce au crédit d’impôt international de 30%.

.

Dunkerque - affiche

Dunkerque – affiche

CC : Pouvez-vous communiquer, en quelques chiffres, les pays et le nombre d’œuvres qui en ont bénéficié ?

VLK : À titre de comparaison, nous avons eu :

  1. 36 projets en 2016 contre 22 en 2015
  2. 14 longs métrages en 2016 contre 10 en 2015
  3. 19 séries en 2016 contre 12 en 2015

Pour les pays en 2016, les États-Unis arrivent en tête avec 23 projets dont Dunkerque, Cinquante nuances plus sombres et la série Twin Peaks, La Chine (4), l’Espagne (3, dont deux en réalité virtuelle), le Royaume-Uni (2), la Finlande (1, avec Angry Birds), L’Irlande, l’Allemagne et la Belgique (1). Mais le plus parlant, nous avons eu :

  1.  152,3 millions de dépenses éligibles réalisées en France en 2016 contre 57 millions en 2015.

Cela fait une majoration très substantielle. Elles se partagent entre l’animation (77,2 millions) et la prise de vue réelle (75,1 millions). Ces films n’ont pas profité d’un effet d’aubaine. S’il n’y avait pas eu l’augmentation du crédit d’impôt, clairement les producteurs ne venaient pas. Il s’agit vraiment d’emplois créés en France avec cet incitatif fiscal. On ne sait jamais ce qui relève de l’effet d’aubaine avec le crédit d’impôt national. Les films français se seraient sans doute tournés en France avec ou sans cet avantage fiscal supplémentaire. Mais avec le crédit d’impôt international, c’est catégorique. Si l’offre fiscal est plus attractive ailleurs, ils ne viennent pas.

.

Befikre - affiche

Befikre – affiche

CC : Quid de l’Inde, du Brésil…?

VLK : Pas de Brésil, mais nous avons un projet indien, Befikre, qui a été agréé en 2015, avant la hausse du crédit d’impôt international. La réforme a été votée en décembre 2014, mais est entrée en vigueur en 2016.

.

CC : L’industrie cinématographique et télévisuelle française va-t-elle ou profite-t-elle du Brexit depuis son référendum du 23 juin 2016 ?

VL : Il n’y a eu aucun mouvement post Brexit. On pourrait avoir des craintes et considérer que l’Angleterre sortante, les conditions, fixées par l’Union Européenne au regard des incitatifs fiscaux, disparaissent. La France a des contraintes, à partir du moment où elle fait partie de l’Europe, les dispositifs fiscaux sont régis par Bruxelles. Lorsque l’Angleterre sortira de l’UE, toutes ces contraintes mises par Bruxelles et qui encadrent les incitatifs fiscaux, sont susceptibles de disparaître. L’Angleterre peut devenir donc encore plus attractive pour les Américains. Mais je ne vois pas les Anglais améliorer leur dispositif et attirer plus de productions anglaises car ils sont déjà à saturation. Il n’y a plus de place ; les équipes travaillent à 100% et les studios sont pleins. On peut espérer cependant recevoir en France des productions américaines qui ne peuvent pas se tourner en Angleterre. Mais ce n’est pas un effet Brexit.

Commentaires

A la Une

Stranger Things : un teaser et un premier spoiler pour la saison 4

La première bande-annonce de la prochaine saison de Stranger Things met fin à l’un des principaux suspenses de la saison… Lire la suite >>

O2 : Noomi Rapace au casting du thriller SF produit par Alexandre Aja

Dans ce film distribué par Wild Bunch, la star de Millenium interprétera une femme qui, à peine sortie de cryogénisation,… Lire la suite >>

Mourir peut attendre : découvrez le titre phare du film chanté par Billie Eilish

La chanson du générique de Mourir peut attendre, composée et interprétée par Billie Eilish est enfin disponible. Elle comptabilise déjà… Lire la suite >>

The French Dispatch : un premier trailer à la hauteur des attentes pour le nouveau Wes Anderson

La bande-annonce promet une œuvre dantesque portée par une galerie d’interprètes qui laisse rêveur ; Tilda Swinton, Frances Mc Dormand, Timotée Chalamet, Elisabeth… Lire la suite >>

César 2020 : Le fonctionnement de l’Académie remis en cause par 400 personnalités

Entre polémiques, opacité et membres nommés à vie, les dysfonctionnements de l’Académie des César ont abouti à la mobilisation du… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LE VOYAGE DU DR DOLITTLE 416 180 1 416 180
2 BIRDS OF PREY (ET LA FANTABULEUSE HISTOIRE DE HARLEY QUINN) 412 178 1 412 178
3 DUCOBU 3 399 199 1 399 199
4 1917 279 512 4 1 723 932
5 BAD BOYS FOR LIFE 239 166 3 1 300 197
6 THE GENTLEMEN 238 040 1 238 040
7 #JESUISLA 112 363 1 112 363
8 LE LION 107 201 2 360 293
9 JOJO RABBIT 91 534 2 223 588
10 SAMSAM 86 711 1 86 711

Source: CBO Box office

Nos Podcasts