Sortie DVD/ Histoires fantastiques (l’intégrale) : critique

Publié par Charles Villalon le 25 février 2017

Synopsis : Un parolier qui convoque l’esprit de Gershwin pour trouver l’inspiration, un scénariste qui écrit une sitcom grâce à ses plantes, un scientifique qui fusionne avec un ordinateur… Cette série d’anthologie, imaginées et produite par Steven Spielberg, regroupe plusieurs histoires très diverses unies par un parti pris narratif simple : filmer l’irruption du fantastique dans le quotidien.

♥♥♥♥

 

Histoires Fantastiques - coffret jaquette

Histoires Fantastiques – coffret jaquette

Le générique de Histoires Fantastiques est si daté qu’il semble de prime abord presque parodique au spectateur contemporain. Sur une musique de John Williams, qui évoque les grands succès de Spielberg de la décennie 1980, avec en premier lieu la saga Indiana Jones, défilent des images de synthèse rudimentaires qui donnent à l’ensemble un côté dépassé. Mais rapidement il se met à secréter un certain charme désuet qui est tout à fait à l’image de la série. Car cette qualification est sans doute celle qui convient le mieux pour décrire cette série d’anthologie créée par Spielberg, qui rendait hommage déjà à La Quatrième Dimension (The Twilight Zone). Les histoires qu’elle compile embrassent différents genres, du récit à suspense à la comédie en passant par le merveilleux, le mélodrame, le burlesque. Leur point commun, au-delà de l’impératif fantastique que résume bien son titre français, réside dans une modestie de l’ouvrage, une simplicité premier degré qui s’offre sans surplomb. La série télévisée n’était pas encore considérée comme un art à part entière et les épisodes n’ont d’autre but que de raconter une histoire, sans sous-texte critique ni second degré malin. Les plus belles réussites du lot ne vont d’ailleurs pas sans une certaine naïveté. On peut notamment penser au charmant épisode réalisé par Bob Balaban, Programme spatial, où la captation par des extra-terrestres de vieux programmes télévisés des années 60 est l’occasion de rendre un hommage nostalgique et touchant à une forme de divertissement disparu. De manière générale, c’est dans sa façon pure et sans détour de rechercher l’émerveillement que la série trouve sa force de séduction la plus profonde et fait de son principe unificateur, le fantastique, non plus un simple prétexte, mais un véritable parti pris. Il permet également de résoudre chaque épisode non sur une note morale – comme ce fut le cas également, quelques années plus tard, avec une autre série d’anthologie à succès, Les Contes de la crypte – mais sur la foi dans le principe directeur du récit, que celui-ci soit l’émoi, le rire ou l’effroi. De l’exercice de la comédie (Papa, momie, l’un des meilleurs épisodes des deux saisons) à celui du drame (Le Héros malgré lui, parmi d’autres exemples), le but évident de chaque réalisateur est d’épuiser les ressources inhérentes à chaque histoire, d’en tirer toute la sève, sans faire interférer un point de vue trop marqué.

.

.Papa momie - Histoires FantastiquesMiroir Miroir - Histoires FantastiquesThe Amazing Falsworth - Histoires FantastiquesVanessa - Histoires Fantastiques

.

Histoires fantastiques fut aussi l’occasion pour quelques cinéastes reconnus, d’être conviés à réaliser un ou deux épisodes, et de travailler, sur un mode mineur, leurs thèmes de prédilection. Joe Dante, qui vient alors de signer Gremlins, s’en donne à cœur joie dans la caricature d’une certaine vulgarité américaine qui incline doucement vers la pornographie dans Booh. Dans Vanessa, Clint Eastwood se fait brillamment la main dans le genre du mélodrame aux accents classiques, genre qui devient celui de ses plus grands chefs-d’œuvre et auquel il ne s’est que brièvement essayé jusque-là au cinéma (seul le beau Breezy, à l’époque, pouvait se ranger dans cette catégorie). Martin Scorsese invite Dick Cavett, le présentateur télé qui fut sa source d’inspiration principale pour le personnage de Jerry Langford dans La Valse des pantins, à venir jouer son propre rôle dans Miroir, miroir. Cet épisode, dans lequel il prolonge sa réflexion amère sur la célébrité, n’est d’ailleurs pas sans rappeler son opus antérieur, Raging Bull, dans la façon dont il s’articule autour d’un personnage qui ne reconnaît pas la présence terrifiante qu’il aperçoit dans le miroir. Le « I’m not that man » du grand De Niro n’est pas loin, même si le registre est très différent. Miroir, miroir est une histoire glaçante, la plus noire de la série, sans doute aussi l’une des plus réussies.

.

La Mascotte - Histoires FantastiquesMister Magic - Histoires FantastiquesLife on Death Row - Histoires FantastiquesHistoires Fantastiques

.

Histoires fantastiques fut aussi l’opportunité pour le jeune Brad Bird, futur réalisateur de Ratatouille et des Indestructibles, de réaliser son premier film d’animation, l’excellent Chien de salon au sein duquel on sent la patte du non moins jeune Tim Burton, qui a collaboré à sa réalisation. Il offre une vision caustique de la famille américaine qui ne devait pas être très fréquente sur les ondes dans les années 80. Terminons sur l’intéressant cas Spielberg. Ayant choisi de réaliser les épisodes qui s’inscrivent dans la veine de son cinéma familial, il fait montre ici de ses plus grandes qualités comme de ses plus insignes faiblesses. La série démarre avec Le Train fantôme. L’histoire, pourtant superbe, d’un vieillard qui retourne sur le lieu de son enfance pour y réparer une erreur qui l’a rongé toute sa vie, révèle les travers de l’auteur. À l’inverse, le double épisode La Mascotte est une franche réussite, maniant le suspense émotionnel avec simplicité et justesse. L’irruption du fantastique à la fin de l’épisode n’apparaît pas ici comme une contrainte narrative mais comme une véritable profession de foi. C’est finalement à une autre expérience du fantastique, celle du voyage dans le temps, que nous convie ce beau coffret édité par Eléphant Films et Universal. Voyage vers une époque où la fiction télévisée, pour être plus humble et moins célébrée, révélait encore une forme d’innocence qui lui manque peut-être aujourd’hui.

.

.

Suppléments DVD : Cette édition propose trois documentaires intéressants d’Alain Carrazé, spécialiste des séries : Amazing Spielberg (15’), Réalisateurs Fantastiques (15’) et Anthologies Stories (15’). Il y raconte la genèse de la création de la série, sa réception critique. Il analyse également les rapports de Spielberg à la télévision et revient sur les différents réalisateurs prestigieux qui ont participé à la série. Cette mise en contexte est assez rapide mais pas inintéressante. On peut également découvrir une galerie de photos et des scènes coupées pour la première saison.

.

.

.

  • L’intégrale de la série HISTOIRES FANTASTIQUES (Amazing Stories), créée par Steven Spielberg, disponible en un coffret de 8 DVD (deux saisons avec 45 épisodes remasterisés) depuis le 22 février 2017.
  • Réalisations : Steven Spielberg, Joe Dante, Martin Scorsese, Clint Eastwood…
  • Avec : Kevin Costner, Charlie Sheen, Harvey Keitel, Sondra Locke, Kiefer Sutherland, Charles Durning…
  • Musique : John Williams
  • Édition : Eléphant Films – Universal
  • Durée totale : 20 heures environ

.

Commentaires

A la Une

David Fincher prépare un prequel à Chinatown pour Netflix

Le réalisateur David Fincher, à l’origine des shows Mindhunter et House of Cards, s’associe au légendaire scénariste Robert Towne pour le… Lire la suite >>

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 J'ACCUSE 501 228 1 501 228
2 LE MANS 66 402 917 1 402 917
3 LA BELLE EPOQUE 301 927 2 867 356
4 HORS NORMES 237 055 4 1 766 186
5 JOKER 214 963 6 5 289 128
6 COUNTDOWN 151 196 1 151 196
7 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 131 970 5 2 534 381
8 ABOMINABLE 120 298 4 1 757 859
9 MIDWAY 104 749 2 342 818
10 RETOUR A ZOMBIELAND 72 263 3 531 019

Source: CBO Box office

Nos Podcasts