Cannes 2017/ Happy End de Michael Haneke : critique

Publié par Antoine Gaudé le 28 mai 2017

Synopsis : « Tout autour le Monde et nous au milieu, aveugles. » Instantané d’une famille bourgeoise européenne. 

♥♥♥♥

 

Happy End - affiche

Happy End – affiche

Sélectionné en Compétition, le nouveau film de Michael Haneke, Happy End, débute par une série de périscopes, sarcastiques et cyniques, qui annoncent la pauvre modernité d’un film déjà vieux. S’il suffisait de filmer des bourges, malheureux et lâches, égoïstes et superficiels, pour comprendre le mal d’une époque dénaturée et déshumanisée, Haneke aurait certainement tout compris à notre société occidentale. Et il a beau filmer des commentaires Facebook, envoyer le tube de Sia et des vidéos d’adolescents youtubeurs, il ne fait que prendre les apparats de cette modernité, médiatisée et mondialisée, de ce narcissisme existentiel qui nous ronge et nous prive, même chez les enfants, d’une forme d’innocence. Son langage à lui, le cinéma, reste vieux comme le monde. Il (re)filme ces mêmes gens odieux et inconséquents – du grand-père suicidaire au père hypocrite en passant par la mère égoïste – même la petite dernière savoure ce spectacle décadent alors qu’elle avait pourtant courageusement tiré la « sonnette d’alarme ». Mais visiblement, personne n’en tire aucune leçon. La mise en scène est même d’une morne austérité, anti-vitaliste par excellence, sécrétant son lot de scènes bouffonnes où des rires gênés prennent le pas sur la médiocrité de la vision monde. Clairement, il n’aime pas ses personnages et les décrit bêtement et méchamment. Ce sont des caricatures grossières, incapable d’émotions sincères et donc a fortiori de nous en procurer. On reste donc las devant un tel spectacle, où la pauvreté des personnages n’a d’égal que celle d’un vieux cinéma d’auteur qui tourne en rond, tel un bourgeois qui s’ennuie dans sa tour d’ivoire ne sachant plus quoi filmer, ni raconter.

.

.

  • Notes de la rédaction cannoise 
  • Philippe Descottes : ♥♥♥♥♥

.

.

.

  • HAPPY END écrit et réalisé par Michael Haneke en salles le 18 octobre 2017
  • Avec : Isabelle Huppert, Toby Jones, Mathieu Kassovitz, Jean-Louis Trintignant, Franz Rogowski, Fantine Harduin, Dominique Besnehard, Nabiha Akkari…
  • Production : Margaret Ménégoz, Stefan Arndt, Uwe Schott, Veit Heiduschka, Michael Katz
  • Photographie : Christian Berger
  • Montage : Monika Willi
  • Décors : Olivier Radot
  • Costumes : Catherine Leterrier
  • Distribution : Les Films du Losange
  • Durée : 1h50

.

Commentaires

A la Une

Ambulance : Bande-annonce explosive pour le prochain Michael Bay

Michael Bay prend d’assaut les rues de L.A aux côtés de Jake Gyllenhaal et Yahya Abdul-Mateen II dans un thriller… Lire la suite >>

Une première bande-annonce pour Uncharted

Après de nombreux reports pour cause de pandémie et des images volés sur Internet, Uncharted donne des nouvelles avec un… Lire la suite >>

Paradise Highway : Juliette Binoche rejoint Morgan Freeman au casting

Lionsgate a annoncé la présence des deux acteurs dans un thriller sur le milieu des chauffeurs routiers.      … Lire la suite >>

The Great : Un trailer pour la saison 2

La série d’Hulu revient le 19 novembre après une première saison acclamée par la critique et qui accueillera Gillian Anderson… Lire la suite >>

Being the Ricardos : Amazon diffuse les premières images

Porté par Nicole Kidman et Javier Bardem, le prochain film d’Aaron Sorkin sur l’envers du décor de la série I… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 MOURIR PEUT ATTENDRE 778 195 2 2 163 053
2 EIFFEL 408 803 1 408 803
3 LE LOUP ET LE LION 199 085 1 199 085
4 DUNE 186 954 5 2 655 361
5 LA FAMILLE ADDAMS 2 : UNE VIREE D'ENFER 156 133 1 156 133
6 LE DERNIER DUEL 147 221 1 147 221
7 JULIE (EN 12 CHAPITRES) 67 515 1 67 515
8 BOITE NOIRE 67 148 6 1 037 372
9 BAC NORD 63 773 9 2 104 377
10 SHANG-CHI ET LA LEGENDE DES DIX ANNEAUX 38 809 7 1 343 241

Source: CBO Box office

Nos Podcasts