Synopsis : Paris 1967. Jean-Luc Godard, le cinéaste le plus en vue de sa génération, tourne La Chinoise avec la femme qu’il aime, Anne Wiazemsky, de 20 ans sa cadette. Ils sont heureux, amoureux, séduisants, ils se marient. Mais la réception du film à sa sortie enclenche chez Jean-Luc une remise en question profonde. Mai 68 va amplifier le processus, et la crise que traverse Jean-Luc va le transformer profondément passant de cinéaste star en artiste maoiste hors système aussi incompris qu’incompréhensible.

♥♥♥♥♥

 

Le Redoutable - affiche

Le Redoutable – affiche

On aurait sans doute préféré que Michel Hazanavicius s’attaque au Redoutable après The Artist, la pépite aux multi-récompenses dont l’Oscar du meilleur film, plutôt qu’à The Search. Ce drame de guerre, inspiré du film de Fred Zinnemann, ratait son traitement replacé dans le contexte contemporain de la Tchétchénie. Heureusement, il revient aujourd’hui avec une agréable expérience godardienne, tirée du roman autobiographique d’Anne Wiazemsky, Un an après, présentée en compétition officielle au 70e Festival de Cannes. De la mise en scène aux couleurs primaires jusqu’aux phrasés légendaires, Le Redoutable prend ainsi la forme d’une comédie hommage à Godard pour ce qu’il est, ce qu’il dit et ce qu’il a changé dans le panorama cinématographique. Mais plus encore, à travers l’intime s’affirme la complexité d’une relation sentimentale tandis que Godard s’interroge en tant qu’artiste et militant politique. Le récit, découpé en chapitre, suit l’histoire d’amour entre le cinéaste de renom et la jeune comédienne, petite-fille de François Mauriac, avec en toile de fond sa période maoïste, le tournage de La Chinoise et mai 68. Hazanavicius laisse voir les facettes de ce personnage dans toutes ses contradictions, et laisse s’exprimer le conflit intérieur entre l’homme et le mythe. Le résultat est plutôt plaisant. Le cinéaste d’À bout de souffle, obsédé par la politique de De Gaulle, méprise et vilipende le Septième Art, le Festival de Cannes, ses admirateurs, sa jeune épouse, ses amis. L’insupportable Godard prend dès lors la posture du parfait « vieux con » qu’il ne cesse de clamer. À travers la reconstitution des décors rétro et la playlist musicale entraînante, Hazanavicius transforme son Godard en une caricature loufoque qui passe sont temps à casser ses lunettes fumées. Mais le point le plus enthousiasmant, on la doit surtout à la métamorphose de Louis Garrel, qui chuinte à merveille, et à Stacy Martin, vue dans Nymphomaniac et Taj Mahal, qui prête à Anne Wiazemsky sa moue boudeuse, ses silences éloquents et son attitude de jeune femme pleine de retenue et de discrétion. Le cinéaste de OSS 117 aurait sans doute gagné à pousser son sujet plus en profondeur pour mieux dépeindre le portrait de ce mythe et éternel enfant terrible du cinéma français.

.

.

  • Notes de la rédaction cannoise
  • Antoine Gaudé : ♥♥♥♥♥
  • Philippe Descottes : ♥♥♥♥♥

.

.

.

  • LE REDOUTABLE
  • Sortie salles : 13 septembre 2017
  • Réalisation Michel Hazanacius
  • Avec : Louis Garrel, Stacy Martin, Bérénice Bejo, Micha Lescot, Grégory Gadebois, Tanya Lopert, Eric Marcel
  • Scénario : Michel Hazanavicius d’après l’oeuvre de Anne Wiazemsky
  • Production : Riad Sattouf, Michel Hazanavicius, Florence Gastaud, Daniel Delume
  • Photographie : Guillaume Schiffman
  • Montage : Anne-Sophie Bion
  • Décors : Christian Marti
  • Costume : Sabrina Riccardi
  • Distribution : StudioCanal
  • Durée : 1h47

.

Commentaires

A la Une

Mort de George Floyd : le discours poignant de l’acteur John Boyega

L’interprète de Finn, héros de la saga Star Wars, s’est fait le porte-voix de l’indignation face à l’impunité des meurtres… Lire la suite >>

Ari Aster travaille sur une comédie cauchemardesque de 4 heures

Le réalisateur d’Hérédité et de Midsommar n’en a pas fini de traumatiser des rétines et se lance dans un nouveau… Lire la suite >>

Lovecraft Country : second trailer pour la série coproduite par J.J Abrams et Jordan Peele

La série de huit épisodes de Lovecraft Country, qui donne vie aux créatures lovecraftiennes dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950,… Lire la suite >>

Léa Seydoux dans Le bal des folles d’Arnaud des Pallières

Prochainement à l’affiche des très attendus The French Dispatch et Mourir peut attendre, Léa Seydoux décroche le rôle principal du… Lire la suite >>

Cannes 2020 : The French Dispatch, Soul parmi les 56 films sélectionnés

Pierre Lescure et Thierry Frémaux ont dévoilé ce mercredi 3 juin les 56 longs-métrages sélectionnés pour être présentés dans différents… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts