Livre/ La Liste Noire à Hollywood par Élisabeth Chamorand : critique

Publié par Jacques Demange le 11 juillet 2017

Résumé : Alors que l’accent a été mis sur les excés de fanatiques anticommunistes qui ont persécuté des communistes et de nombreux progressistes, durant la période 1950 – 54, communément appelée le Maccarthysme, ce livre cherche à montrer que la répression de la gauche américaine commence dès 1947 avec la décision des studios d’Hollywood de ne plus employer dix de leurs cinéastes communistes. C’est le début de la Liste Noire.

♥♥♥♥

 

La Liste Noire a Hollywood - couverture

La Liste Noire a Hollywood – couverture

Dans l’inconscient cinéphile, la formule « les dix d’Hollywood » renvoie à l’une des périodes les plus sombres de l’Histoire du cinéma américain, l’un de ces moments où le réel dépasse en horreur la plus sordide des fictions. Souvent mentionné dans les livres d’histoire, ce tragique épisode reste pourtant souvent mal compris, un écueil essentiellement dû à ses nombreux paradoxes. Comment un réalisateur au tempérament aussi progressif qu’Elia Kazan a-t-il pu accepter de se prêter au jeu des délateurs, conduisant certains de ses pairs à la marginalité, l’exil, l’incarcération ou même le suicide ? Comment une nation qui sut si bien résister aux sirènes des totalitarismes des années trente put ainsi sombrer dans une paranoïa primaire et haineuse ? Aujourd’hui encore ces questions restent en suspens, résonnant à travers les photographies d’archives, les images des films et les douloureux souvenirs des victimes. Introduite par une chronologie très précise, l’étude d’Élisabeth Chamorand, spécialiste de la civilisation américaine, cherche à résoudre ces nombreuses incompréhensions. Synthétique, sa recherche débute aux débuts des années trente et s’achève en 1974, année où la Guilde des acteurs décida d’abolir le serment de loyauté qui obligeait chaque acteur désireux d’appartenir à la puissante institution d’assurer de son intégrité politique. L’étude de ces quarante années permet de revenir sur les origines et les différentes étapes qui générèrent la violence de l’événement. Le contrecoup des avancées sociales du New Deal au cours de l’après-guerre, le développement des tensions entre les États-Unis et l’URSS, l’apparente nécessité de revenir aux spécificités d’une identité américaine constituèrent la toile de fond de cette période. Mais c’est bien l’étude du système hollywoodien qui permet de comprendre la rapidité phénoménale avec laquelle le maccarthysme a pu progresser au sein de l’industrie cinématographique.

.

De façon très précise, Chamorand décrit la montée en puissance des financiers à l’intérieur des grands studios, une évolution économique qui va de pair avec la mise en application du Production Code (code de censure) en 1934. Peu considérés par les producteurs, les scénaristes appelés en renfort après l’adoption définitive du parlant, prennent rapidement conscience de l’importance de former un syndicat. Les revendications des artisans de l’usine à rêves conduisent à des conflits plus ou moins virulents avec les dirigeants des majors. La traditionnelle opposition de l’art et de l’industrie semble alors se politiser. En explorant les déterminismes historiques de ces affrontements, l’auteure affirme la pertinence scientifique de son écrit.

.

On peut cependant regretter que l’aspect civilisationnel et artistique soit parfois délaissé au profit de la seule recension chronologique. Cet écueil, sans doute dû à la concision imposée par la collection, empêche de s’attarder sur l’évolution créatrice de la période. Une étude plus appuyée de l’évolution des scénarios écrits par les victimes de la chasse aux sorcières aurait pu ainsi être intéressante, de même qu’une analyse consacrée à des films en particulier (Sur les quais de Kazan, par exemple). Malgré ces manques, cette Liste Noire à Hollywood s’offre comme une introduction intéressante (et en langue française) pour qui aimerait se pencher plus longuement sur les différentes facettes de cette période (avant la lecture des incunables anglo-saxons, The Inquisition of Hollywood de Larry Ceplair et Steven Englund, en tête).

.

.

.

  • LA LISTE NOIRE À HOLLYWOOD par Élisabeth Chamorand disponible aux éditions L’Harmattan, Collection « Pour Comprendre » depuis le mois de juin 2017.
  • 118 pages
  • 13,30 € (tarif éditeur) – 9,99 € (version numérique)

Commentaires

A la Une

The Bikeriders : Michael Shannon retrouve le réalisateur Jeff Nichols

Pour son sixième long-métrage, le cinéaste Jeff Nichols fait à nouveau appel à son acteur fétiche Michael Shannon, et collabore… Lire la suite >>

Wednesday : Première bande-annonce de la série de Tim Burton

Après trois ans d’absence, le réalisateur américain a dévoilé les images de sa première série télévisée pour le géant du… Lire la suite >>

Wise Guys : Robert De Niro dans le prochain film de gangsters de Barry Levinson

L’acteur de 79 ans retrouve le scénariste des Affranchis et s’associe au réalisateur de Rain Man, Barry Levinson, pour un… Lire la suite >>

Le Magicien d’Oz : Kenya Barris à la réalisation du remake

Le créateur de la série Black-ish, Kenya Barris, prend les rênes du remake du Magicien d’Oz pour le studio Warner… Lire la suite >>

Modigliani : Johnny Depp à la réalisation d’un biopic sur le célèbre peintre coproduit par Al Pacino

Pour son second long-métrage, l’acteur américain s’attaque au sculpteur italien Amedeo Modigliani, avec Al Pacino en tant que coproducteur.  … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ONE PIECE FILM RED 575 182 1 575 182
2 BULLET TRAIN 313 237 2 804 304
3 NOPE 224 705 1 224 705
4 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 213 497 6 3 358 761
5 THOR : LOVE AND THUNDER 197 826 5 2 577 053
6 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 191 457 3 747 548
7 TOP GUN : MAVERICK 180 658 12 6 057 934
8 LA TRES TRES GRANDE CLASSE 157 884 1 157 884
9 DUCOBU PRESIDENT ! 97 550 5 967 713
10 MENTEUR 82 714 5 777 133

Source: CBO Box office

Nos Podcasts