Livre / La Vie en gris et rose par Takeshi Kitano : critique

Publié par Charles Villalon le 15 janvier 2018

Résumé : Takeshi Kitano. le réalisateur de Sonatine, Hana-bi et Kikujiro, raconte son enfance dans le Japon d’après-guerre. Une enfance en gris et rose, aux couleurs que son père, peintre en bâtiment, essayait sur la porte de la maison avant d’en couvrir les murs de ses clients. Kitano raconte les jouets, les objets, les fêtes, les rencontres de son enfance et ressuscite toute une époque dans un inventaire à la Pérec qui célèbre l’amitié et les jeux des gosses de pauvres, quand l’imagination et l’invention remplaçaient l’argent. Si c’est bien l’enfance qui détermine notre sensibilité d’adulte, alors la sienne a aussi les couleurs de son gobelet de cantine en bakélite rouge, des caramels aux prunes, des toupies beigoma à peine plus grosses que le pouce, des cerfs-volants ornés de guerriers du kabuki, de la chasse aux libellules, de son père brutal et ivrogne et de sa mère qui se battait en vain pour que son fils travaille en classe, alors que lui n’aurait jamais arrêté de jouer…

♥♥♥♥

 

La Vie en gris et rose - Takeshi Kitano

La Vie en gris et rose – Takeshi Kitano

Précisons d’emblée, La Vie en gris et rose n’est pas l’autobiographie de Takeshi Kitano. À aucun moment il n’y évoque sa formation, son parcours, sa carrière ni son œuvre. Il n’y est même jamais question de cinéma. Composé de très brefs chapitres autonomes, La Vie en gris et rose est une évocation aléatoire de l’enfance de l’auteur –une enfance pauvre dans le Tokyo des années 50– qui se compose au gré des souvenirs. Kitano nous parle pêle-mêle de sa famille, de ses amis d’enfance, de ses jeux. Rien n’est structuré dans ce livre, tout s’offre spontanément, à la faveur d’une réminiscence qui resurgit à la surface de la mémoire : la rencontre d’un étranger dans un train ; un long périple, un jour d’orage, pour aller acheter un gant de base-ball ; la location d’une barque, avec des copains, lors d’une balade qui faillit tourner au drame. L’écriture de Kitano est extrêmement simple, sans la moindre fioriture. Le trait est net, et donne à voir précisément les saynètes qu’il nous conte, mais l’émotion est retenue. Si les épisodes sont parfois terribles, Beat Takeshi les relate avec détachement, sans le moindre pathos. Toutefois, certains détails sont traités avec un réel émoi, et Kitano nous laisse entrevoir l’impact qu’ils ont eu sur lui : la jeune fille nue, croisée au bain, de laquelle il ne put détacher le regard et qui fut sans doute sa première expérience érotique ; le petit carnet, retrouvé à la mort de son père, où celui-ci, analphabète, s’était entraîné toute sa vie durant à essayer d’écrire son nom ; le dévouement de sa mère, passant la nuit sous un lampadaire, éclairant avec une lampe de poche les pages du livre que lisait son fils aîné. Le livre, quoique très court, offre au lecteur un grand nombre de portraits, dépeint de nombreuses situations quotidiennes, anodines ou cocasses, qui constituent in fine un tableau saisissant du monde dans lequel Kitano a grandi. Ajoutons que les chapitres –qui sont autant de courtes nouvelles– sont illustrés par Kitano lui-même. Ces illustrations naïves, qui ressemblent à des dessins d’enfants, finissent de donner une couleur et un ton particulier à ce recueil très attachant. Appendice à l’œuvre du cinéaste, ce petit livre de souvenirs est aussi, comme l’auteur l’explique en conclusion de son ouvrage, l’occasion de revenir sur ces milliers de détails qui, enfant, l’ont marqué et qui, pour le meilleur et pour le pire, ont forgé sa sensibilité d’artiste.

 

 

 

  • LA VIE EN GRIS ET ROSE
  • Auteur.s : Takeshi Kitano
  • Éditions : Philippe Picquier 
  • Collection : Picquier Poche
  • Date de parution : 4 janvier 2018
  • Format : 128 pages
  • Tarif : 7,50 €

Commentaires

A la Une

Micheline Presle, star de Falbalas et du Diable au Corps, s’éteint à 101 ans

La doyenne du cinéma français, qui a partagé l’affiche avec les plus grands de l’époque comme Paul Newman et Erroll Flynn, nous a quittés ce 21 février.

Jurassic World 4 : Gareth Edwards en pourparlers pour réaliser le prochain volet

Après le départ de David Leitch, c’est Gareth Edwards, réalisateur de Rogue One, qui serait envisagé par Universal pour reprendre les rênes de l’univers Jurassic Park.

American Nails : Abel Ferrara prépare un film de gangsters moderne avec Asia Argento et Willem Dafoe

Abel Ferrara, réalisateur de Bad Lieutenant et de The King of New York prépare une histoire de gangsters moderne située en Italie, avec Asia Argento et Willem Defoe dans les rôles principaux.

Christopher Nolan aimerait réaliser un film d’horreur

À l’occasion d’un entretien avec la British Film Institute de Londres, Christopher Nolan, réalisateur d’Oppenheimer, de la trilogie The Dark Knight…

Les 4 Fantastiques : le casting dévoilé et une date de sortie annoncée

Pedro Pascal, Vanessa Kirby, Joseph Quinn et Ebon Moss-Bachrach composeront la nouvelle équipe de super-héros de ce nouvel opus des 4 Fantastiques dans le MCU. 

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BOB MARLEY : ONE LOVE 772 865 1 772 865
2 MAISON DE RETRAITE 2 526 067 1 526 067
3 COCORICO 383 132 2 967 838
4 CHIEN & CHAT 314 952 1 314 952
5 MADAME WEB 207 894 1 207 894
6 LE DERNIER JAGUAR 177 731 2 400 111
7 LA ZONE D'INTERET 130 142 3 535 450
8 DAAAAAALI ! 116 376 2 325 922
9 TOUT SAUF TOI 112 338 4 451 874
10 SANS JAMAIS NOUS CONNAITRE 74 540 1 74 540

Source: CBO Box office

Nos Podcasts