Livre / Marine, Guerre et Cinéma : critique

Publié par Jacques Demange le 22 octobre 2018

Résumé : Marine, Guerre et Cinéma est le septième titre de la collection Riveneuve Cinéma. Cet ouvrage qui présente plus de 120 films en images s’adresse aux cinéphiles d’hier et d’aujourd’hui. Dans les nombreux conflits du vingtième siècle, la marine s’est taillé une part importante et le cinéma a largement participé à l’effort de guerre pour mobiliser les énergies, dans le feu de l’ac­tion, et les imaginaires, une fois la paix revenue. Depuis Le cuirassé Potemkine de S.M. Eisenstein tourné en 1924 jusqu’au tout récent Dunkerque de Lloyd Nolan réalisé en 2107, voici une plongée dans près d’un siècle et plus de 120 films de Grande Bretagne, des Etats-Unis, d’Al­lemagne, de France ou d’Italie… On y découvre des réalisations méconnues telle Veille d’armes de Marcel L’herbier (1931) ou on y retrouve les grands classiques de l’histoire du cinéma par­mi lesquels L’Odyssée de l’African Queen de John Huston (1951), Ouragan sur le Caine d’Edward Dmytrick (1954) et l’incontournable Pont de la rivière Kwaï de David Lean (1957). De la Première Guerre mondiale à la Seconde en passant par la Corée ou la Guerre froide, l’épopée maritime fait se croiser les acteurs mythiques de l’histoire du cinéma Kirk Douglas, Bogart, Wayne… ainsi que des metteurs en scène tels qu’Hitchcock, Spielberg ou Powell.

♥♥♥♥♥

 

Marine guerre et cinema - livre

Marine, Guerre et Cinéma – livre

Après le train (en deux tomes) et le bateau, coécrits avec Patrick Brion, Georges Di Lallo, déjà auteur chez Riveneuve de filmographies commentées (Robert Redford, Dean Martin, Errol Flynn), poursuit son étude des machines cinétiques avec ce Marine, guerre et cinéma. Le présent ouvrage reprend la méthode de ses prédécesseurs : une approche chronologique structurée selon une analyse film par film dont la longueur varie de quelques lignes à une page selon l’importance que leur accorde l’auteur. Du Cuirassé Potemkine d’Eisenstein à Dunkerque de Christopher Nolan, plus de cent films sont référencés (le cinéma américain se taillant, en toute logique, la part du lion). Bien que Di Lallo se prémunisse de toute velléité exhaustive dans son avant-propos, la grande quantité d’exemples choisis reste appréciable, d’autant plus que celle-ci se présente comme un bon prétexte pour multiplier les illustrations. Captures d’écran et autres images d’exploitation profitent ainsi du grand format de l’ouvrage pour se déployer sur plusieurs pages. Mais comme ses prédécesseurs donc, la quantité des entrées et la qualité de la forme semblent parfois l’emporter sur la profondeur du fond. Car si l’auteur a pris soin d’enrichir ses propos de nombreuses anecdotes (l’ivresse réelle de Montgomery Clift sur le tournage de Tant qu’il y aura des hommes, les rapports difficiles de Zanuck et Wayne lors de la préparation du Jour le plus long, la collaboration non créditée de Tarantino pour l’écriture du scénario de USS Alabama de Tony Scott) ainsi qu’un retour assez complet sur la réception critique des films envisagés, la question de la marine à proprement parler reste trop souvent en berne.  À ce manque franchement dommageable dans le cadre d’une étude thématique, s’ajoute la présence de quelques coquilles (Gary Grant au lieu de Cary Grant, Lloyd Nolan à la place de Christopher Nolan…) Par ailleurs, si Di Lallo a pris soin de mentionner ses sources bibliographiques dans le corps du texte, une bibliographie élargie aurait été appréciable (celle présente à la fin de l’ouvrage ne comprenant que des titres relatifs à des biographies d’acteurs à l’exception des 50 ans de cinéma américain de Coursodon et Tavernier et du Cinéma de la guerre de Brion, et il est sur ce point assez incompréhensible qu’aucune mention ne soit faite de la pourtant très complète Encyclopédie de la guerre au cinéma et à la télévision de Jean-Pierre Andrevon parue chez Vendémiaire cette année). Si la belle mise en page réalisée par les éditions Riveneuve saura ravir les pupilles, les cinéphiles quelque peu consciencieux risqueront de rester sur leur faim. Dommage.

 

 

 

  • MARINE, GUERRE ET CINÉMA
  • Auteur : Georges Di Lallo
  • Éditions : Riveneuve
  • Collection : Cinéma 
  • Date de parution : 18 octobre 2018
  • Format : 256 pages
  • Tarif : 34 €

Commentaires

A la Une

Un premier trailer pour Doctor Sleep, suite de Shining avec Ewan McGregor

Le premier trailer de la suite de Shining, avec Ewan McGregor dans le rôle de Danny devenu adulte, a été… Lire la suite >>

Le spin-off de The Big Lebowski centré sur Jesus Quintana se précise

John Turturro travaille toujours sur Going Places, le spin-off de The Big Lebowski, basé sur son personnage de Jesus Quintana…. Lire la suite >>

Steven Spielberg en projet sur une série d’horreur pour la plateforme Quibi

Steven Spielberg écrira une série d’horreur exclusivement conçue pour la future plateforme de vidéo à la demande sur mobile, Quibi…. Lire la suite >>

Michel Hazanavicius et les frères Dardenne collaborent pour un conte animé

Le cinéaste français va porter à l’écran le conte de Jean-Claude Grumberg, La plus précieuse des marchandises, sous la forme d’un film… Lire la suite >>

Un trailer cauchemardesque pour Midsommar par le réalisateur d’Hérédité

Midsommar, film d’horreur suédo-américain écrit et réalisé par Ari Aster, déjà derrière Hérédité, a dévoilé son trailer cauchemardesque. Le long-métrage invite… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 X-MEN : DARK PHOENIX 689 880 1 689 880
2 ALADDIN 493 107 3 1 625 789
3 PARASITE 376 842 1 376 842
4 ROCKETMAN 207 474 2 484 491
5 GODZILLA II - ROI DES MONSTRES 180 859 2 523 433
6 VENISE N'EST PAS EN ITALIE 177 268 2 370 045
7 MA 160 898 1 160 898
8 JOHN WICK PARABELLUM 134 907 3 666 622
9 POKEMON DETECTIVE PIKACHU 128 366 5 1 576 380
10 DOULEUR ET GLOIRE 101 199 4 681 941

Source: CBO Box office

Nos Podcasts