Livre / Marine, Guerre et Cinéma : critique

Publié par Jacques Demange le 22 octobre 2018

Résumé : Marine, Guerre et Cinéma est le septième titre de la collection Riveneuve Cinéma. Cet ouvrage qui présente plus de 120 films en images s’adresse aux cinéphiles d’hier et d’aujourd’hui. Dans les nombreux conflits du vingtième siècle, la marine s’est taillé une part importante et le cinéma a largement participé à l’effort de guerre pour mobiliser les énergies, dans le feu de l’ac­tion, et les imaginaires, une fois la paix revenue. Depuis Le cuirassé Potemkine de S.M. Eisenstein tourné en 1924 jusqu’au tout récent Dunkerque de Lloyd Nolan réalisé en 2107, voici une plongée dans près d’un siècle et plus de 120 films de Grande Bretagne, des Etats-Unis, d’Al­lemagne, de France ou d’Italie… On y découvre des réalisations méconnues telle Veille d’armes de Marcel L’herbier (1931) ou on y retrouve les grands classiques de l’histoire du cinéma par­mi lesquels L’Odyssée de l’African Queen de John Huston (1951), Ouragan sur le Caine d’Edward Dmytrick (1954) et l’incontournable Pont de la rivière Kwaï de David Lean (1957). De la Première Guerre mondiale à la Seconde en passant par la Corée ou la Guerre froide, l’épopée maritime fait se croiser les acteurs mythiques de l’histoire du cinéma Kirk Douglas, Bogart, Wayne… ainsi que des metteurs en scène tels qu’Hitchcock, Spielberg ou Powell.

♥♥♥♥♥

 

Marine guerre et cinema - livre

Marine, Guerre et Cinéma – livre

Après le train (en deux tomes) et le bateau, coécrits avec Patrick Brion, Georges Di Lallo, déjà auteur chez Riveneuve de filmographies commentées (Robert Redford, Dean Martin, Errol Flynn), poursuit son étude des machines cinétiques avec ce Marine, guerre et cinéma. Le présent ouvrage reprend la méthode de ses prédécesseurs : une approche chronologique structurée selon une analyse film par film dont la longueur varie de quelques lignes à une page selon l’importance que leur accorde l’auteur. Du Cuirassé Potemkine d’Eisenstein à Dunkerque de Christopher Nolan, plus de cent films sont référencés (le cinéma américain se taillant, en toute logique, la part du lion). Bien que Di Lallo se prémunisse de toute velléité exhaustive dans son avant-propos, la grande quantité d’exemples choisis reste appréciable, d’autant plus que celle-ci se présente comme un bon prétexte pour multiplier les illustrations. Captures d’écran et autres images d’exploitation profitent ainsi du grand format de l’ouvrage pour se déployer sur plusieurs pages. Mais comme ses prédécesseurs donc, la quantité des entrées et la qualité de la forme semblent parfois l’emporter sur la profondeur du fond. Car si l’auteur a pris soin d’enrichir ses propos de nombreuses anecdotes (l’ivresse réelle de Montgomery Clift sur le tournage de Tant qu’il y aura des hommes, les rapports difficiles de Zanuck et Wayne lors de la préparation du Jour le plus long, la collaboration non créditée de Tarantino pour l’écriture du scénario de USS Alabama de Tony Scott) ainsi qu’un retour assez complet sur la réception critique des films envisagés, la question de la marine à proprement parler reste trop souvent en berne.  À ce manque franchement dommageable dans le cadre d’une étude thématique, s’ajoute la présence de quelques coquilles (Gary Grant au lieu de Cary Grant, Lloyd Nolan à la place de Christopher Nolan…) Par ailleurs, si Di Lallo a pris soin de mentionner ses sources bibliographiques dans le corps du texte, une bibliographie élargie aurait été appréciable (celle présente à la fin de l’ouvrage ne comprenant que des titres relatifs à des biographies d’acteurs à l’exception des 50 ans de cinéma américain de Coursodon et Tavernier et du Cinéma de la guerre de Brion, et il est sur ce point assez incompréhensible qu’aucune mention ne soit faite de la pourtant très complète Encyclopédie de la guerre au cinéma et à la télévision de Jean-Pierre Andrevon parue chez Vendémiaire cette année). Si la belle mise en page réalisée par les éditions Riveneuve saura ravir les pupilles, les cinéphiles quelque peu consciencieux risqueront de rester sur leur faim. Dommage.

 

 

 

  • MARINE, GUERRE ET CINÉMA
  • Auteur : Georges Di Lallo
  • Éditions : Riveneuve
  • Collection : Cinéma 
  • Date de parution : 18 octobre 2018
  • Format : 256 pages
  • Tarif : 34 €

Commentaires

A la Une

Michael Mann lance un site dédié au processus de création de tous ses films

The Michael Mann Archives a été lancé le 16 juillet dernier, et le premier film accessible aux abonnés est aussi… Lire la suite >>

Spermageddon : un film d’animation norvégien prometteur

Originals Factory a acquis les droits de distribution en France de cette comédie musicale animée autour du sexe, qui sera… Lire la suite >>

The Substance : le film de body horror avec Demi Moore se dévoile dans un teaser intriguant

Le nouveau film de Coralie Fargeat verra s’affronter Demi Moore et Margaret Qualley autour de cette fameuse substance.    … Lire la suite >>

Gladiator II : une bande-annonce épique et intense pour la suite de l’épopée historique

Ridley Scott nous replonge dans l’arène du Colisée de Rome, avec Paul Mescal pour marcher dans les pas de son… Lire la suite >>

Emmanuelle : La relecture se dévoile dans une bande-annonce sensuelle et mystérieuse

Le nouveau long-métrage d’Audrey Diwan, avec Noémie Merlant dans le rôle-titre, révèle les premières images de cette nouvelle version du… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 MOI, MOCHE ET MECHANT 4 1 400 169 1 1 400 169
2 LE COMTE DE MONTE-CRISTO 1 076 425 3 3 539 650
3 VICE-VERSA 2 860 850 4 6 296 623
4 UN P'TIT TRUC EN PLUS 310 660 11 8 388 607
5 SANS UN BRUIT : JOUR 1 104 468 3 740 382
6 HORIZON : UNE SAGA AMERICAINE, CHAPITRE 1 71 398 2 193 015
7 LONGLEGS 69 851 1 69 851
8 TO THE MOON 60 663 1 60 663
9 BAD BOYS : RIDE OR DIE 53 569 6 1 175 179
10 ELYAS 45 371 2 147 466

Source: CBO Box office

Nos Podcasts