Grâce à Dieu de François Ozon : critique

Publié par Erica Farges le 20 février 2019

Synopsis : Alexandre vit à Lyon avec sa femme et ses enfants. Un jour, il découvre par hasard que le prêtre qui a abusé de lui aux scouts officie toujours auprès d’enfants. Il se lance alors dans un combat, très vite rejoint par François et Emmanuel, également victimes du prêtre, pour « libérer leur parole » sur ce qu’ils ont subi. Mais les répercussions et conséquences de ces aveux ne laisseront personne indemne.

♥♥♥♥

 

Grace a Dieu - affiche

Grâce à Dieu – affiche

Cinéaste surtout célèbre pour ses thrillers mais qui aime explorer et mélanger divers genres, François Ozon réalise pour la première fois un long-métrage portant sur un fait divers. Inspiré de l’affaire du père Preynat, prête de l’Evêché de Lyon accusé d’avoir abusé sexuellement de plusieurs enfants dans les années 1980 et 1990, Grâce à Dieu, comme Les Chatouilles sorti l’année dernière, brise le tabou de la pédophilie. S’il s’agit clairement d’une fiction, les événements sont fidèlement repris, allant jusqu’à conserver les lieux, les institutions, les dates et la plupart des noms réels des personnes impliquées dans l’affaire. Le procès du père Preynat étant toujours en cours, la nouvelle réalisation d’Ozon fait remarquablement écho à l’actualité. Sa sortie en salles a d’ailleurs failli être repoussée pour ne pas interférer avec la procédure judiciaire et éviter les accusations de diffamation. Après un tournage gardé longtemps secret, puis en confirmant que le long-métrage se contentait de relater les faits, l’œuvre de François Ozon est finalement projetée dans les cinémas à la date initialement prévue, se révélant être un drame à la narration fluide et immersive qui se construit sous forme d’enquête sans pour autant tomber dans un pathos excessif. L’alternance des points de vue, le traitement impartial des personnages, ainsi que la mise en scène sobre soulignée par la photographie neutre et classique de Manu Dacosse (L’Amant double, La Confession, Alléluia) contribuent à empêcher un parti pris trop figé.

 

Grace a Dieu

Grâce à Dieu

 

Porté par des acteurs qui incarnent parfaitement ce groupe d’hommes fraternisant et se rassemblant autour d’un traumatisme partagé dans leur enfance pour faire face à la mécanique du silence d’une institution très puissante, on retrouve au casting Melvil Poupaud, Denis Ménochet, Swann Arlaud, Eric Caravaca et Nicolas Bridet. Sans oublier Bernard Verley endossant brillamment le rôle de l’accusé qui confirme dès le début ses agissements mais paraît, ou fait semblant, de ne pas mesurer la gravité de ses actes. Bien que les protagonistes évidents soient masculins, contrastant avec les autres réalisations d’Ozon où la figure féminine idéalisée est souvent centrale, les femmes apparaissent comme un soutien essentiel dans ce combat, personnages clés interprétés, entre autres, par Josiane Balasko, Hélène Vincent, Aurélia Petit et Julie Duclos. 

 

On assiste ici à une œuvre poignante à la mise en scène simple qui lève le voile sur les coulisses d’une investigation aux enjeux importants et aux recherches poussées entraînant une transformation des anciens scouts abusés par le prête, principalement dans leur rapport à la foi chrétienne. Pourtant, cette omerta est rompue, avec l’impuissance individuelle face au sacré qu’elle contient, en plaçant surtout la dimension humaine et la justice au centre, plutôt que d’insister sur les questions morales et spirituelles qu’aurait pu amener un tel sujet. Ainsi, en dénonçant au cinéma des méfaits graves à travers la parole collective, dont celle du cinéaste, pour qu’ils soient connus du plus grand nombre possible, Grâce à Dieu redonne de la force aux individus ayant subi ces maltraitances et l’injustice du mutisme qui les a accompagnées.

 

 

 

  • GRÂCE À DIEU
  • Sortie salles : 20 février 2019
  • Réalisation : François Ozon
  • Avec : Melvil Poupaud, Denis Ménochet, Swann Arlaud, Josiane Balasko, Frédéric Pierrot, Eric Caravaca, Hélène Vincent, Bernard Verley, Aurélia Petit, Julie Duclos, François Chattot, Jeanne Rosa
  • Scénario : François Ozon
  • Production : Nicolas Altmayer, Eric Altmayer, David Ragonig
  • Photographie : Manu Dacosse
  • Montage : Laure Gardette
  • Décors : Philippe Cord’homme
  • Costumes : Pascaline Chavanne
  • Musique : Evgueni Galperine et Sacha Galperine
  • Distribution : Mars Films
  • Durée : 2h17

 

Commentaires

A la Une

I Am Not Okay With This : premier trailer de la série qui mêle Stranger Things et The End Of The F***ing World

Découvrez les premières images de la nouvelle fiction du showrunner de The End Of The F***ing World, inspirée d’un roman… Lire la suite >>

Martin McDonagh : le réalisateur de Three Billboards dévoile son nouveau projet

Le dramaturge britannique derrière Bons baisers de Bruges et Three Billboards se lance dans un nouveau film sur la fin… Lire la suite >>

Don’t Look Up : Jennifer Lawrence à l’affiche de la nouvelle comédie d’Adam McKay

En plus du drame Bad Blood, l’actrice oscarisée et Adam Mckay se retrouveront pour Don’t Look Up, une comédie Netflix… Lire la suite >>

Stranger Things : un teaser et un premier spoiler pour la saison 4

La première bande-annonce de la prochaine saison de Stranger Things met fin à l’un des principaux suspenses de la saison… Lire la suite >>

O2 : Noomi Rapace au casting du thriller SF produit par Alexandre Aja

Dans ce film distribué par Wild Bunch, la star de Millenium interprétera une femme qui, à peine sortie de cryogénisation,… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SONIC LE FILM 771 015 1 771 015
2 LE PRINCE OUBLIE 457 031 1 457 031
3 DUCOBU 3 385 170 2 784 369
4 LE VOYAGE DU DR DOLITTLE 348 802 2 764 982
5 BIRDS OF PREY (ET LA FANTABULEUSE HISTOIRE DE HARLEY QUINN) 303 575 2 715 753
6 1917 235 158 5 1 959 090
7 NIGHTMARE ISLAND 206 429 1 206 429
8 BAD BOYS FOR LIFE 205 148 4 1 505 345
9 THE GENTLEMEN 185 527 2 423 567
10 LA FILLE AU BRACELET 144 499 1 144 499

Source: CBO Box office

Nos Podcasts