Le Daim de Quentin Dupieux : critique 

Publié par Sévan Lesaffre le 20 juin 2019

Synopsis : Georges, 44 ans, sans emploi et sans partenaire, se prend de passion pour le blouson en daim qu’il vient d’acheter.

 

♥♥♥♥♥

 

Le Daim - affiche

Le Daim – affiche

Un an après Au Poste !, l’inclassable Quentin Dupieux change de registre et revient avec Le Daim, présenté en ouverture de la Quinzaine. Le réalisateur de Rubber et Réalité manie avec toujours autant de plaisir l’absurde et l’humour noir, singulier mélange dont il a le secret, mais propose cette fois un personnage dont l’obsession pour un étrange blouson à franges va se révéler menaçante. Dupieux fait d’un habit apparemment banal l’élément central de son film : c’est un Jean Dujardin au bout du rouleau que l’on retrouve sous l’emprise d’un blouson marron taupe. Georges, en pleine crise de la quarantaine, est en fuite. Il roule sans but avant de répondre à la petite annonce d’un vieillard qui vend sa veste vintage 100% daim. Il lui achète une fortune. Dès lors, Georges ne quitte plus ce vêtement et le laisse même lui suggérer de commettre des actes terribles.. Dujardin est à son aise dans ce rôle d’inculte-misogyne-narcissique possédé, accompagné par Adèle Haenel (120 Battements par minuteLa Fille inconnue) – célèbre pour son regard qui transperce et ses mots qui scotchent –, incarnant Denise, une monteuse/serveuse cinéphile et loufoque dont la normalité apparente dissimule ses failles. Il en faut peu à Quentin Dupieux pour caractériser les protagonistes cinglés de cette « nouvelle » cauchemardesque, déroutante, anachronique et surréaliste, qui joue au passage avec les codes du western (l’arrivée d’un nouveau venu dans le village) et du slasher (les meurtres à répétition). En fuite, Georges s’invente une nouvelle vie, se retire dans un hôtel vieillot et désert dans la vallée d’Aspe puis échafaude un plan sanguinaire.

 

Jean Dujardin et Adele Haenel - Le Daim

Jean Dujardin et Adele Haenel – Le Daim

 

La comédie noire et délirante vire alors au thriller improbable. Le malaise s’installe. Il est vrai que le cinéaste a conçu le blouson comme un personnage à part entière dont l’influence pernicieuse exacerbe les pulsions saugrenues de son propriétaire à tendance sociopathe. Georges et sa panoplie deviennent donc partners in crime. Malgré le déploiement d’une mise en scène réaliste, « au premier degré », et une photographie en symbiose avec le sujet, l’atmosphère pesante stagne, le flou prend racine, les décors austères se succèdent, les dialogues tournent en rond. Aussi, chaque tension se solde par une perte d’intensité dramatique.

 

Ceux qui goûtent peu au cosmos déluré de Dupieux resteront sans doute de marbre face au scénario minimaliste, farfelu, sans queue ni tête du Daim. Les autres y verront probablement une courte comédie existentielle expérimentale (d’une petite heure et quart) rythmée et très construite. Car ici, faut-il le préciser, Quentin Dupieux reste fidèle à la logique absurde qui lui est propre : il filme avant tout la folie, se confronte à un personnage qui, dans la peau de l’animal, déraille et raconte une obsession pure et buzzatienne, en ne lui donnant aucune explication. Ce constat acerbe sur la solitude est agrémenté d’un humour corrosif, appuyé par un comique de répétition ainsi qu’une mise en abyme quasi-constante, parabole du désir primitif du cinéaste. Mais Le Daim, dépassé par son armature et ses airs d’objet cinématographique radicalement singulier, s’avère surtout anecdotique voire superficiel. Pourtant, ubuesque, énigmatique et inquiétant à la fois.

 

 

 

  • LE DAIM
  • Sortie : 19 juin 2019
  • Réalisation :  Quentin Dupieux
  • Avec : Jean Dujardin, Adèle Haenel, Albert Delpy, Pierre Gommé, Coralie Russier, Stéphane Jobert, Laurent Nicolas, Marie Bunuel…
  • Scénario : Quentin Dupieux
  • Production : Thomas et Mathieu Verhaeghe
  • Photographie : Quentin Dupieux
  • Montage : Quentin Dupieux
  • Décors : Joan Le Boru
  • Costumes : Isabelle Pannetier
  • Musique : Martin Caraux
  • Distribution : Diaphana Distribution
  • Durée : 1h17

 

Commentaires

A la Une

Disclaimer : Cate Blanchett et Kevin Kline dans une série d’Alfonso Cuarón

Apple continue d’attirer de grands noms sur sa plateforme de streaming en offrant une série à Alfonso Cuarón qui dirigera… Lire la suite >>

Renfield : Nicolas Cage en comte Dracula

Universal continue à développer son Dark Universe en s’attaquant au célèbre vampire avec Nicolas Cage et Nicholas Hoult.    … Lire la suite >>

David Gulpilil, du contrechamp au plein cadre

Emporté à l’âge de 68 ans par un cancer du poumon ce 29 novembre 2021, l’acteur australien aborigène David Gulpilil… Lire la suite >>

Stephen Sondheim, compositeur d’images

Disparu le 26 novembre 2021, le compositeur et parolier Stephen Sondheim a su marquer de sa personnalité certaines des plus… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Ridley Scott rejette l’échec sur les millenials et leurs smartphones

Un peu plus d’un mois après la sortie du Dernier Duel, Ridley Scott explique l’insuccès de son drame historique par… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ENCANTO, LA FANTASTIQUE FAMILLE MADRIGAL 526 906 1 526 906
2 LES BODIN'S EN THAILANDE 330 688 2 910 869
3 HOUSE OF GUCCI 293 474 1 293 474
4 ALINE 191 109 3 1 087 526
5 LES ETERNELS 123 205 4 1 579 070
6 RESIDENT EVIL : BIENVENUE A RACCOON CITY 110 288 1 110 288
7 ON EST FAIT POUR S'ENTENDRE 102 040 2 260 962
8 DE SON VIVANT 90 106 1 90 106
9 SUPREMES 77 095 1 77 095
10 AMANTS 72 186 2 208 189

Source: CBO Box office

Nos Podcasts