Queen & Slim de Melina Matsoukas : Critique

Publié par Joanna Wadel le 12 février 2020

Synopsis: En Ohio à la suite d’un rendez-vous amoureux, deux jeunes afroaméricains qui se rencontrent pour la première fois, sont arrêtés pour une infraction mineure au Code de la route. La situation dégénère, de manière aussi soudaine que tragiquement banale, quand le jeune homme abat en position de légitime défense le policier blanc qui les a arrêtés. Sur la route, ces deux fugitifs malgré eux vont apprendre à se découvrir l’un l’autre dans des circonstances si extrêmes et désespérées que va naître un amour sincère et puissant révélant le cœur de l’humanité qu’ils partagent et qui va changer le reste de leurs vies.

♥♥♥♥♥

 

Queen and Slim - affiche

Queen and Slim – affiche

Un date Tinder qui tourne au vinaigre à la suite d’un contrôle au faciès. Nul besoin d’être sensibilisé aux tensions communautaires et au sort des Afro-Américains pour comprendre que Queen & Slim fait état d’une réalité. L’ouverture décisive projette la salle au cœur de cette violence qui gangrène la société américaine. D’une complicité naissante entre deux jeunes dans un fast-food de l’Ohio, à la brutalité policière qui frappe sans prévenir comme le fatum, sur une route enneigée. Le premier film de Melina Matsoukas, réalisatrice des clips de Beyonce et de Rihanna, porte les stigmates d’une génération tenue de subir les reflux d’un racisme séculaire, sans cesse rattrapée par la ségrégation raciale – et sociale – qu’elle traîne comme un boulet. La fuite forcée des protagonistes débouche sur un road trip où l’expression de la culture Noire US, sa musique, ses lieux, sa mode, côtoie les paysages nationaux. Dans leur cavale, Queen (Jodie Turner-Smith) et Slim (Daniel Kaluuya) trouvent un vivier de soutiens inattendus, et deviennent malgré eux les icônes d’une insurrection contre les violences systémiques de l’État. Le film, visuel, est à l’image de la carrière de Matsoukas, chargé d’une playlist rap, hip-hop disséminée au gré des différents actes de cette aventure narrée avec souffle et un soin du détail esthétique. Le contexte inspiré des causes du mouvement Black Lives Matters et son engrenage meurtrier jouxte un récit plus romancé, dans lequel le duo parcourt le pays, affublés d’oripeaux qui rappellent le bling-bling des années 80. À travers une série de séquences contemplatives, comme hors du temps, les héros se réapproprient l’espace, et découvrent l’étendue de territoires qui leur semblaient hostiles.

 

Queen and Slim

Queen and Slim

 

Mais en voulant mêler la dimension fictive à la grille de lecture politique de l’intrigue pour tendre vers l’universel, l’intention de la scénariste Lena Waithe (Master of None) ne parvient pas toujours à passionner pour l’infortune de ces Bonnie & Clyde transformés en martyrs. Si le film est de bonne facture, on ne sait qu’en retenir. Car en dépit de sa pertinence et de l’importance de son discours, Queen & Slim manque de plus d’audace. Le métrage délaye sa force dans une trame démonstrative et un idéalisme latent qui le desservent. Le choix de mythifier le sujet dans les dernières minutes n’aide pas. 

 

Le cinéma afro-américain militant ne cesse pourtant de s’enrichir, entre la verve du pionner Spike Lee (BlackKklansman), l’horreur désarçonnante de Jordan Peele (Get out), – dont l’acteur Daniel Kaluuya, producteur délégué, confirme encore ici son talent -, et des œuvres comme The Hate U Give, de George Tillman Jr, qui propose également une réflexion sur la thématique des bavures policières.

 

Queen and Slim

Queen and Slim

 

Dans ce panel, Queen & Slim ne détonne pas mais ne démérite pas pour autant. Malina Matsoukas s’empare d’un thème d’actualité encore peu traité, mais devenu essentiel ; la violence policière et le racisme sous-jacent envers la communauté afro-américaine. Elle y apporte un regard précieux, celui d’une femme, cinéaste et noire, encore trop rares dans la profession. Road movie attachant pourvu d’un élan engagé, et porté par le jeu de ses deux acteurs, Queen & Slim pourrait donc être le premier opus d’une filmographie au fort potentiel. Du moins, on l’espère.

 

 

 

  • QUEEN & SLIM
  • Sortie salles : 12 février 2020
  • Réalisation : Melina Matsoukas
  • Avec : Daniel Kaluuya, Jodie Turner-Smith, Bokeem Woodbine, Chloë Sevigny, Flea, Gralen Bryant Banks
  • Scénario : Lena Waithe et James Frey
  • Production : James Frey, Lena Waithe, Melina Matsoukas, Michelle Knudsen, Andrew Coles, Brad Weston et Pamela Abdy
  • Photographie : Tat Radcliffe
  • Décors : Karen Murphy
  • Costumes : Shiona Turini
  • Musique : Kier Lehman
  • Distribution :  Universal Pictures International France
  • Durée : 2h12

 

Commentaires

A la Une

Kaamelott – Premier Volet se précise dans un premier trailer

La suite des aventures du roi Arthur et de ses chevaliers arrive dans moins d’un mois au cinéma. Un premier… Lire la suite >>

Polaris : Joaquin Phoenix et Rooney Mara dans le nouveau projet de Lynne Ramsay

Après A Beautiful Day, Joaquin Phoenix va retrouver la réalisatrice Lynne Ramsay pour Polaris, aux côtés de sa compagne Rooney… Lire la suite >>

Blacula revient d’entre les morts dans une nouvelle version

La MGM et les producteurs Deon Taylor et Roxanne Avent Taylor préparent une relecture de Blacula, classique de l’horreur et… Lire la suite >>

Colin Farrell et Rachel Weisz dans une relecture du mythe œdipien de Todd Solondz

Après The Lobster de Yorgos Lanthimos, Colin Farrell et Rachel Weisz vont se retrouver dans le nouveau film cauchemardesque et… Lire la suite >>

Zoë Kravitz passe à la réalisation avec Pussy Island

Zoë Kravitz fera ses débuts derrière la caméra avec Pussy Island, qui mettra en vedette Channing Tatum dans la peau… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 CONJURING : SOUS L'EMPRISE DU DIABLE 409 283 2 1 074 759
2 SANS UN BRUIT 2 228 844 1 228 844
3 UN HOMME EN COLERE 149 025 1 149 025
4 UN TOUR CHEZ MA FILLE 146 389 1 146 389
5 LES 2 ALFRED 118 883 1 118 883
6 NOMADLAND 104 442 2 229 469
7 LE DISCOURS 94 587 2 216 327
8 THE FATHER 82 439 4 467 582
9 ADIEU LES CONS 73 187 35 1 757 150
10 LES BOUCHETROUS 55 260 4 245 014

Source: CBO Box office

Nos Podcasts