The Hate U Give de George Tillman Jr. : critique

Publié par Erica Farges le 24 janvier 2019

Synopsis : Starr est témoin de la mort de son meilleur ami d’enfance, Khalil, tué par balles par un officier de police. Confrontée aux nombreuses pressions de sa communauté, Starr doit trouver sa voix et se battre pour ce qui est juste.

♥♥♥♥♥

 

The Hate U Give - affiche

The Hate U Give – affiche

Il n’y a encore pas si longtemps, la représentation de la discrimination raciale à l’écran était surtout l’apanage des productions indépendantes et des films historiques. Depuis un an environ, on assiste à un nouveau traitement de ce sujet par d’autres genres cinématographiques. Après Black Panther de Ryan Coogler (Fruitvale Station, Creed : L’Héritage de Rocky Balboa), premier long-métrage de l’histoire du cinéma qui met la question raciale au centre d’un film de super-héros, c’est cette fois-ci George Tillman Jr. (Notorious BIG., Faster, Chemins Croisées) qui relève le défi audacieux d’intégrer la condition des Afro-Américains aux États-Unis dans un teen movie en adaptant le roman jeunesse éponyme d’Angie Thomas. Très touchée par le meurtre d’Oscar Grant, l’écrivaine, encore étudiante à l’époque des faits, décide d’écrire une courte nouvelle sur les violences policières envers la population afro-américaine. Face à la récurrence de ces évènements tragiques, elle se lance ensuite dans l’écriture de ce roman dont le titre et l’intrigue sont un hommage au militantisme du rappeur 2Pac. Reprenant le concept de « T.H.U.G. L.I.F.E. », acronyme de The Hate U Gave Little Infants Fucks Everybody, pouvant se traduire par « La haine que vous transmettez aux petits enfants détruit tout le monde », la romancière espère redonner un sens à cet engagement, vidé de sa dimension politique par la culture pop au fil des années. L’approche de l’œuvre littéraire ne laisse pas indifférent le cinéaste ayant déjà réalisé un biopic sur The Notorious B.I.G.

 

The Hate U Give

The Hate U Give

 

Conscient des influences réciproques entre le mouvement hip-hop et la situation des afro-descendants, George Tillman Jr. se lance dans cette adaptation en rassemblant un casting visant à attirer des spectateurs très jeunes. Effectivement, outre l’actrice principale Amandla Stenberg (Darkest Minds, Everything Everything, Colombiana) qui offre ici une performance bouleversante, on note la présence de plusieurs autres acteurs associés à des films et séries très plébiscités par le public cible, tels que l’ex-star Disney Sabrina Carpenter ou encore K.J. Apa, alias Archie de Riverdale. On remarque aussi des clins d’œil au milieu du rap avec le rappeur-acteur Common (Ocean’s 8, Suicide Squad, American Gangster) dans le rôle du tonton policier, ainsi que par le personnage de King, gangster régentant le quartier de Starr, interprété par Anthony Mackie (8 mile, Detroit, She Hate Me) qui jouait Tupac Shakur dans Notorious BIG.

 

Certaines des premières séquences reprenant les codes du teen movie peuvent laisser un peu perplexe et dubitatif quant à la pertinence du long-métrage, de même que la conclusion très édulcorée propre aux feel good movies contrastant totalement avec une bonne partie du récit filmique. Pourtant, la diversité des points de vue sur les méthodes des forces de l’ordre, les personnages attachants, ainsi qu’une narration extrêmement bien ficelée se mettent très vite en place de manière efficace. Les difficultés d’intégration et d’ascension sont montrées de manière perspicace. Que ce soit Starr et ses frères obligés d’être scolarisés dans une école privée majoritairement blanche ou les policiers noirs qui acceptent de taper sur leurs semblables, la seule possibilité de s’en sortir semble être d’adhérer totalement à un mode de pensée instauré par les WASP.

 

The Hate U Give

The Hate U Give

 

La violence de certaines scènes peut étonner pour un film tous publics, mais elle rappelle son omniprésence dans la vie de nombreux afro-descendants dès leur naissance. Ainsi, cette œuvre cinématographique laisse place à un riche débat qui redonne une voix aux jeunes gens pénalisés par un système injuste ancré dans la société américaine. The Hate U Give – La Haine Qu’on Donne offre une véritable possibilité d’identification à travers le cinéma pour une partie de la population qui était encore jusqu’à assez récemment sous-représentée dans ce domaine, tout en amenant ceux qui ne font pas partie de cette communauté à s’interroger sur leurs positions lorsqu’ils se prononcent sur cette cause.

 

 

 

  • THE HATE U GIVE – LA HAINE QU’ON DONNE (The Hate U Give)
  • Sortie salles : 23 janvier 2019
  • Réalisation : George Tillman Jr.
  • Avec : Amandla Stenberg, Regina Hall, Russell Hornsby, Anthony Mackie, Issa Rae, Common, Algee Smith, Sabrina Carpenter, K.J. Apa, Dominique Fishback, Lamar Johnson, T.J. Wright, Megan Lawless, Rhonda Johnson Dents
  • Scénario : Audrey Wells
  • Production : Marty Bowen, Robert Teitel, George Tillman Jr., Wyck Godfrey
  • Photographie : Mihai Malaimare Jr.
  • Montage : Alex Blatt et Craig Hayes
  • Décors : Frank Galline
  • Costumes : Frank L. Fleming
  • Musique : Dustin O’Halloran
  • Distribution : Twentieth Century Fox France
  • Durée: 2h13

 

Commentaires

A la Une

L’appel des 50 : les éditeurs vidéo français poussent un cri de détresse pour sauver le secteur

Cinquante éditeurs vidéo français s’unissent et appellent à sauver le secteur. Le marché de la copie physique (DVD, Blu-ray, Ultra… Lire la suite >>

Mort de George Floyd : le discours poignant de l’acteur John Boyega

L’interprète de Finn, héros de la saga Star Wars, s’est fait le porte-voix de l’indignation face à l’impunité des meurtres… Lire la suite >>

Ari Aster travaille sur une comédie cauchemardesque de 4 heures

Le réalisateur d’Hérédité et de Midsommar n’en a pas fini de traumatiser des rétines et se lance dans un nouveau… Lire la suite >>

Lovecraft Country : second trailer pour la série coproduite par J.J Abrams et Jordan Peele

La série de huit épisodes de Lovecraft Country, qui donne vie aux créatures lovecraftiennes dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950,… Lire la suite >>

Léa Seydoux dans Le bal des folles d’Arnaud des Pallières

Prochainement à l’affiche des très attendus The French Dispatch et Mourir peut attendre, Léa Seydoux décroche le rôle principal du… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts