Série / Betty (Saison 1) : critique

Publié par Erica Farges le 12 juin 2020

Synopsis : A New York, la vie d’un groupe de jeunes femmes évoluant dans l’univers, à prédominance masculine, du skateboard. Elles s’appellent Janay, Honeybear, Kirt, Indigo et Camille. Très différentes les unes des autres, elles partagent une passion commune.

 

♥♥♥♥

 

Betty - poster

Betty – poster

Dans ce spin-off du long-métrage Skate Kitchen, Crystal Moselle retrouve sa bande attitrée de skateuses new-yorkaises. Depuis leur rencontre dans un parc il y a quelques années, la réalisatrice avait déjà mis en scène à deux reprises ces passionnées de skate dans leurs versions fictives avant de créer ce reboot sous forme de série pour HBO, disponible sur OCS en France. Avec toujours les rues de New York comme décor, Betty se déroule après les péripéties de Skate Kitchen. Camille (Rachelle Vinberg), Janay (Ardelia Lovelace), Honeybear (Moonbear), Kirt (Nina Moran) et Indigo (Ajani Russell) sont toujours inséparables. Si le film, qui a inspiré la série, porte surtout sur Camille, une jeune fille intégrant un collectif de skateuses, malgré la désapprobation de sa sévère mère, cette fois on assiste à une œuvre chorale qui dépeint l’univers du skate féminin principalement par le biais du groupe. L’image contemplative et réaliste capture leur quotidien, souvent basé sur les expériences réelles des actrices non-professionnelles qui ont également été consultantes pour l’écriture du scénario. Défilent à l’écran des séquences d’après-midi au skatepark, des discussions banales et des soirées entre copines. Bien que d’apparence très commune, ces scènes de la vie quotidienne abordent aussi le sexisme, présent chez les skateurs et par le harcèlement dans l’espace public, la quête identitaire, les discriminations raciales et les violences sexuelles. L’ambiance mêlant skate, décors urbains et une jeunesse confrontée à des problématiques graves rappelle l’univers de Larry Clark. Mais au lieu d’adopter une perspective dramatique et fataliste, Crystal Moselle actualise la mise en scène de ces thématiques. Les séquences tour à tour contemplatives et punchy intègrent les figures de skate dans l’architecture de la ville avec une caméra qui accompagne leurs mouvements.

 

Serie Betty

Serie Betty

 

Dépourvu d’une esthétisation excessive et en restant sur une image très naturaliste, l’ensemble prend une tonalité solaire et édulcorée qui tranche avec le style bien plus sombre souvent abordé sur ce sujet dans les films et séries. Les situations que traversent les personnages ne sont pas présentées comme des épreuves insurmontables, mais plutôt comme des situations injustes qui doivent évoluer positivement. Et c’est dans ce sens que va l’attitude des héroïnes charismatiques. Par la détermination à se faire une place dans le milieu du skate et leur relation au monde, elles produisent le changement à leur façon.

 

Le choix du titre s’inscrit d’ailleurs dans cette volonté de modifier les regards sur les skateuses. À la base, une « Betty » est une appellation condescendante pour désigner une fille qui fait du skate ou fréquente des skateurs, sous-entendant qu’elle n’a aucune légitimité dans ce milieu. Ici, la créatrice et réalisatrice offre l’opportunité aux actrices qui, dans la vraie vie, forment le collectif Skate Kitchen, de donner une nouvelle connotation à ce terme. Elles se le réapproprient ainsi pour valoriser l’espace que les femmes se créent dans ce sport. 

 

 

 

  • BETTY
  • Diffusion : depuis le 2 mai 2020
  • Plateforme / Chaîne : HBO et OCS (US+24), disponible en replay
  • Création : Crystal Moselle
  • Réalisation : Crystal Moselle
  • Avec : Ardelia Lovelace, Nina Moran, Ajani Russell, Rachelle Vinberg, Moonbear, Edmund Donovan, Alexander Cooper, Katerina Tannenbaum, Reza Nader, C.J. Ortiz
  • 6 épisodes de 25-27 minutes

 

Commentaires

A la Une

Cannes 2024 : Le Studio Ghibli sera récompensé d’une Palme d’or d’honneur

Pour la première fois de son histoire, le comité d’organisation du Festival de Cannes va décerner une Palme d’Or d’honneur collective à un studio de cinéma. Un choix audacieux pour …

Y a-t-il un flic : Pamela Anderson rejoint Liam Neeson dans le remake 

Le projet de remake de la saga Y a-t-il un flic va raviver la nostalgie de nombreux fans, avec l’arrivée de l’icône Pamela Anderson aux côtés de Liam Neeson.

Cannes 2024 : La Quinzaine des cinéastes dévoile sa sélection officielle

La 56e sélection de la Quinzaine des cinéastes se révèle avec des films indépendants, engagés et atypiques à travers le globe.

Cannes 2024 : La sélection de la Semaine de la Critique

La Semaine de la Critique, qui aura lieu entre le 15 et le 23 mai, a dévoilé sa sélection qui vise toujours à mettre en avant les premiers et seconds longs-métrages.

Cannes 2024 : La sélection officielle dévoilée

La sélection officielle de cette 77e édition du Festival de Cannes promet d’être intéressante. Un nouveau film de Yórgos Lánthimos avec Emma Stone, le retour de la saga Mad Max, un projet de Francis Ford Coppola vieux de presque 40 ans, et bien d’autres surprises…

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 S.O.S FANTOMES : LA MENACE DE GLACE 308 185 1 308 185
2 KUNG FU PANDA 4 300 396 3 1 460 893
3 GODZILLA X KONG : LE NOUVEL EMPIRE 245 400 2 688 104
4 NOUS, LES LEROY 204 366 1 204 366
5 DUCOBU PASSE AU VERT ! 163 343 2 394 526
6 LA MALEDICTION : L'ORIGINE 104 374 1 104 374
7 DUNE DEUXIEME PARTIE 92 500 7 3 957 190
8 LE MAL N'EXISTE PAS 69 187 1 69 187
9 PAS DE VAGUES 63 322 3 328 687
10 ET PLUS SI AFFINITES 58 491 2 208 240

Source: CBO Box office

Nos Podcasts